Fermer
Secteurs / Activités
    H. La Croissanterie

    Les données chiffrées pour mieux comprendre la Franchise

    Dernière mise à jour le 8 août 2017

    La franchise est une stratégie de développement des entreprises. Elle permet chaque année à des milliers de franchisés en France de créer leur structure en rejoignant l’enseigne d’un franchiseur.

    La franchise est une stratégie de développement des entreprises. Elle permet chaque année à des milliers de franchisés en France de créer leur structure en rejoignant l’enseigne d’un franchiseur.

    La franchise est une stratégie de développement des entreprises présente partout dans le monde.

    Elle concerne principalement les secteurs du commerce et des services, mais peut aussi être développée dans d’autres secteurs d’activité.

    Arrivée en France dans les années 1970, la franchise a, depuis, largement prouvé son efficacité et ne cesse de prendre de l’importance.

    Même si elle ne représente encore qu’une petite part (environ 12 %) du chiffre d’affaires global du commerce de détail dans le pays. Et même si elle connait, comme toute stratégie d’entreprise, quelques échecs.

    Définition de la franchise

    La franchise est une méthode de collaboration entre l’entreprise du franchiseur et les entreprises des franchisés. Toutes étant indépendantes économiquement et juridiquement.

    Objectif affiché de cette alliance stratégique : le développement et le profit des deux parties au contrat.

    La franchise a aussi été définie comme « la réitération d’une réussite », celle du franchiseur, par les franchisés.

    Les trois caractéristiques fondamentales de la franchise sont l’enseigne, le savoir-faire et lassistance pendant le contrat. Sans ces trois piliers, pas de franchise.

    Mais pour qu’il puisse y avoir franchise avec succès, encore faut-il que le concept développé soit rentable. Et que cette rentabilité soit démontrée dans au moins un et si possible plusieurs établissements « pilotes ».  Pendant au moins 6 mois et même plutôt un an.

    Il faut encore que ce concept soit « franchisable », c’est à dire transmissible et qu’il puisse être reproduit par d’autres entrepreneurs que le franchiseur.

    Autre condition indispensable :  le franchiseur doit disposer des moyens humains et financiers nécessaires au développement d’un réseau. Conditions pas toujours remplies. Ce qui explique nombre d’échecs d‘apprentis franchiseurs et la nécessité pour les candidats à la franchise de bien choisir leur réseau.

    Le franchiseur initiateur et développeur

    Le franchiseur est l’initiateur du réseau de franchise. Commerçant ou prestataire de services, il peut aussi être fabricant, grossiste, investisseur ou industriel.
    Mais quel que soit son métier d’origine, il doit en maîtriser un second : celui de franchiseur.

    Le franchiseur doit d’abord être propriétaire de son enseigne et des signes de ralliement de la clientèle (marques et autres signes distinctifs). Ou, du moins, être titulaire des droits qui lui en permettent l’usage. Et en assurer la défense, la promotion et la croissance.

    Il doit ensuite disposer d’un réel savoir-faire, éprouvé dans ses propres établissements. Lequel doit apporter un  avantage concurrentiel sur le marché qui est le sien. Il doit aussi le faire évoluer tout au long du contrat, afin d’assurer la pérennité du réseau.

    Le franchiseur doit enfin transmettre ce savoir-faire à ses franchisés. D’abord à travers une formation initiale qui peut durer selon les cas plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Puis grâce à une assistance commerciale et/ou technique pendant toute la durée du contrat.

    Le rôle décisif du Franchisé

    Le franchisé, quoique membre d’un réseau, est un chef d’entreprise indépendant, au sens moral et juridique.

    En s’acquittant d’un droit d’entrée, il accède à l’usage de l’enseigne du franchiseur ainsi qu’à son savoir-faire et  à son assistance commerciale et/ou technique. Mais reste responsable de ses investissements et de ses emprunts.

    Propriétaire de sa clientèle, il doit aussi pouvoir recruter et gérer librement son personnel et décider de ses revenus. Dans le cas contraire, le contrat pourrait être requalifié en contrat de travail.

    Un arrêté ministériel de février 1991 contraint d’ailleurs le franchisé à indiquer, entre autres, sur sa vitrine, qu’il est indépendant.

    Le savoir-faire du franchiseur est réputé «secret, substantiel et identifié». Il est donc de l’intérêt du franchisé de ne pas le divulguer. Une obligation précisée dans le contrat (clause de confidentialité). Mais le franchisé peut  aussi contribuer à son évolution.

    De même, le franchisé se doit de respecter le concept et les règles du réseau.  C’est à dire accepter les contrôles et les challenges, jouer la transparence sur ses comptes, s’impliquer dans les réunions et commissions organisées par le franchiseur etc.
    Les franchisés les plus impliqués sont souvent les plus performants.

    La Franchise en chiffres

    Selon les statistiques de la FFF (Fédération Française de la Franchise), on compte en France près de 1900 franchiseurs et 71 000 franchisés.

     

     

    Ensemble, ils auraient réalisé en 2016 plus de 55 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

    Année Franchiseurs Franchisés CA en Mds
    1995  470 25 750 26,2
    1996  485 27 357 26,5
    1997  517 28 851 28,5
    1998  530 29 673 29,9
    1999  553 30 630 31,1
    2001  653 32 240 33,7
    2002  719 33 268 33,7
    2003  765 34 745 34,2
    2004  835 36 773 41,7
    2005  929 39 510 43
    2006 1037 43 680 45
    2007 1141 45 996 47
    2008 1234 49 094 49
    2009 1369 51 619 48
    2010 1472 55 871 47,9
    2011 1569 62 041 49,2
    2012 1658 65 059 50,7
    2013 1719 65 133 47,4
    2014 1796 68170 51,4
    2015 1834 69483 53,4
    2016 1900 71508 55,1