Fermer
Secteurs / Activités

    Rupture brutale en franchise : l’avis des juges

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    10 janvier 2018

    Qu’est-ce qu’une rupture brutale des relations de franchise ? Qu’est-ce qu’un préavis de rupture suffisant ? A partir de quand un franchisé peut-il être considéré comme victime d’un état de dépendance économique ? La cour d’appel de Paris vient de répondre.

    La cour d’appel de Paris vient de rendre, en matière de « rupture brutale » en franchise, une décision significative.

    Entre 1991 et 2000, un franchisé ouvre successivement cinq magasins à la même enseigne dans sa région. A plusieurs reprises les contrats de franchise  (un par point de vente) sont prolongés.

    Pour deux des magasins, face à certaines difficultés, le franchisé prend l’initiative de leur résiliation avec l’accord du franchiseur (en 1999 et 2001). Mais depuis 2010, les trois autres contrats ne sont plus renouvelés par le franchiseur et expirent à leur terme.

    Invoquant l’article L 442-6, I, 5° du Code de commerce, le franchisé réclame des indemnités. Selon lui, le préavis accordé par le franchiseur lors de la rupture du dernier contrat aurait dû être de 36 mois et non de 16. Eu égard notamment aux « 22 ans de relations commerciales » liant les deux parties et au fait que le franchisé était, explique-t-il, en situation de dépendance économique à l’égard de son franchiseur. Un franchiseur qui, à la faveur des renouvellements de contrats (et de leur modification), lui « imposait d’importants travaux d’agencement ».

    Dans un premier temps, le tribunal de commerce de Paris tient compte de l’ancienneté invoquée (mais pas de la dépendance) et donne en partie suite à la demande du franchisé. Les juges évaluent à 23 mois le délai de préavis nécessaire et condamnent le franchiseur à verser 234 500 € de dommages et intérêts au franchisé.

    Vous avez dit « dépendance économique » ?Cour-Appel

    Saisie, la cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) infirme ce jugement le 22 novembre 2017 et déboute le franchisé de ses demandes.

    Les magistrats parisiens rappellent d’abord la règle. Pour eux, « l’évaluation de la durée du préavis à accorder » peut être fonction « notamment de l’ancienneté des relations, du volume d’affaires réalisé avec l’auteur de la rupture, du secteur concerné, de l’état de dépendance économique de la victime, des dépenses non récupérables (…) et du temps nécessaire pour retrouver un partenaire sur le marché de rang équivalent. »

    En l’occurrence, contrairement au franchisé, la cour considère qu’il n’y a pas dans son cas de dépendance économique.

    D’abord parce que le franchisé  pouvait « solliciter du franchiseur l’autorisation de vendre d’autres produits (que les siens), ce (qu’il) n’a pas fait ». Choisissant ainsi « délibérément de s’approvisionner exclusivement auprès du franchiseur ».

    Ensuite parce que « la clause de non-affiliation d’une durée d’un an après la cessation du contrat était limitée dans le temps et dans l’espace et de surcroît ne s’appliquait pas si le contrat avait pris fin à l’initiative du franchiseur, sauf si la résiliation était la conséquence de fautes graves ou de manquements réitérés. » D’ailleurs, rappelle la cour, l’activité a pu continuer sous une autre enseigne au moins dans l’un des magasins du franchisé.

    Vous avez dit « préavis insuffisant » ?

    Quant à l’ancienneté des relations, il n’y a pas lieu ici, selon la cour, de la considérer globalement mais contrat par contrat. Dans la mesure où le franchiseur ne s’était « pas engagé à garantir (au franchisé) la conclusion de plusieurs contrats ».

    En outre, aux yeux de la cour, chacun des trois contrats concernés a été rompu avec un « préavis suffisant »…

    L’un des préavis (de 12 mois et demi pour 19 ans) a, souligne la cour, été écourté d’un mois par le franchisé. L’autre (de 2 ans et 4 mois au total pour 15 ans) a été prolongé deux fois par le franchiseur à la demande du franchisé (pour coïncider avec l’arrêt de son bail).

    Quant au dernier, « compte tenu de (sa) durée (totale…) de 14 ans (et non 22, souligne la cour), de l’absence d’état de dépendance économique imposé par le franchiseur et du secteur d’activité concerné, le préavis de 16 mois (…) est suffisant pour permettre (au franchisé) de trouver une solution de remplacement».

    Le franchisé ne peut d’ailleurs invoquer la brutalité, ajoutent les juges, dans la mesure où le franchiseur avait déjà rompu les deux autres contrats (et qu’il pouvait donc s’attendre à ce que cela continue).

    Débouté, dans ce même litige, de sa demande de déséquilibre significatif, le franchisé n’est pas davantage entendu sur le sujet de la rupture brutale.  Un sujet où, là encore, le ressenti du franchisé et ses arguments n’ont pas suffi  à convaincre les magistrats de la cour d’appel de Paris.

    A lire également

    • Le constructeur Maisons Pierre vise 10 créations en franchise par an
      22 Juin 2018

      En 1984, Pierre Jude créait son entreprise de maisons individuelles en Seine-et-Marne. Bientôt 35 ans plus tard, et avec 40 000 constructions au compteur, l’enseigne compte parmi les gros du secteur. En Ile-de-France, où elle totalise 24 succursales. Mais aussi désormais un peu partout dans le pays, où elle étend progressivement son réseau. Maisons Pierre fédère… Lire la suite

    • La franchise d’e-cigarette Clopinette renforce son maillage du territoire
      21 Juin 2018

      Le réseau de vente de cigarettes électroniques Clopinette (95 points de vente à fin mars dont 45 en franchise) prévoit d’ouvrir 30 à 40 boutiques cette année. Née en 2011 et développé en franchise depuis 2012, l’enseigne a inauguré une dizaine d’unités en 2017, et vu son chiffre d’affaires augmenter de 15 %, à plus… Lire la suite

    • Amis Bois lève des fonds pour accélérer son développement en franchise
      21 Juin 2018

      Enseigne de construction de maisons individuelles née en 2005, en Occitanie,  Ami Bois affiche l’ambition de développer un réseau de franchises national depuis 2015. Une première unité sous cette forme avait bien vu le jour, à Montpellier-Lattes, l’année suivante. Mais rien en 2017. Or voilà que deux franchises Ami Bois viennent d’ouvrir coup sur coup,… Lire la suite

    • Après Paris, la franchise La Mie Câline se renforce à Marseille
      20 Juin 2018

      Gianni Silvo vient d’ouvrir son second magasin La Mie Câline au cœur de la cité phocéenne. Il y a trois ans, cet ancien directeur multi-site d’une enseigne de fastfood reprenait le magasin La Mie Câline de la rue Saint-Ferréol à Marseille. Il avait dès le départ un objectif très clair : devenir multi-franchisé, sur Marseille et ses… Lire la suite

    • Résiliation anticipée du contrat de franchise : ce qu’il peut en coûter
      20 Juin 2018

      La cour d’appel de Paris vient de condamner un franchisé pour avoir résilié son contrat avant son terme. Dans ce litige, le contrat de franchise est signé pour 5 ans en mars 2013. Assez vite le franchisé – l’un des premiers du réseau – rencontre des difficultés, cesse de payer ses redevances et, fin 2014,… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Résiliation anticipée du contrat de franchise : ce qu’il peut en coûter
      20 Juin 2018

      La cour d’appel de Paris vient de condamner un franchisé pour avoir résilié son contrat avant son terme. Dans ce litige, le contrat de franchise est signé pour 5 ans en mars 2013. Assez vite le franchisé – l’un des premiers du réseau – rencontre des difficultés, cesse de payer ses redevances et, fin 2014,… Lire la suite

    • Site pilote en franchise : en faut-il plusieurs ?
      13 Juin 2018

      La cour d’appel de Paris a refusé récemment d’accorder à un ex-franchisé la nullité de son contrat. Le franchisé affirmait tout d’abord que son consentement avait été vicié car le franchiseur ne lui avait pas remis de DIP (Document d’information précontractuel) dans les délais prévus par la loi. La cour d’appel écarte ce motif en rappelant… Lire la suite

    • Un contrat de franchise Dépil Tech annulé
      05 Juin 2018

      Le tribunal de commerce de Nice vient d’annuler, le 14 mai 2018, un nouveau contrat de franchise Dépil Tech. Une annulation qui s’ajoute à deux autres prononcées le 25 janvier par le même tribunal. Cette fois les juges ordonnent, en conséquence de la nullité du contrat, le remboursement de 26 400 € réglés en 2015… Lire la suite

    • Franchise : la Cour de cassation précise
      30 Mai 2018

      Le 3 mai 2018, la Cour de cassation a tranché un litige portant sur l’annulation d’un contrat de franchise. Pour les magistrats d’appel, une ex-franchisée avait été induite en erreur par son franchiseur entre la remise du DIP et la signature du contrat par le biais d’une facture au montant conséquent et inexpliqué. Son consentement avait… Lire la suite

    • La résiliation d’un contrat de franchise pour défaut d’assistance refusée en cassation
      23 Mai 2018

      Le 7 mars 2018, la Cour de cassation a rejeté  le pourvoi d’un franchisé qui accusait son franchiseur d’avoir manqué à ses obligations d’assistance. Le franchisé mettait en cause la qualité de l’assistance reçue. Constat d’huissier à l’appui, il pointait l’absence de cohérence et de mise à jour des outils de communication du réseau (notamment… Lire la suite