Fermer
Secteurs / Activités

    Opposé à sa coopérative, un adhérent est débouté en cassation

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    15 novembre 2017

    Une enseigne se développant en coopérative accorde son agrément à un nouvel adhérent pour l’ouverture d’un point de vente. Estimant qu’elle empiète sur son territoire d’exclusivité, un coopérateur l’assigne en justice. En vain.

    Cour de cassation juridique franchiseLe 18 octobre 2017, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par un coopérateur en conflit  avec sa tête de réseau.

    A l’origine du litige: la décision prise par l’enseigne en 2011 d’agréer un autre commerçant sur ce que l’adhérent considère comme son territoire d’exclusivité.

    L’adhérent, qui n’a pas donné son accord à l’opération, s’estime floué. D’autant qu’il compte déjà plusieurs points de vente sur la zone et y investit depuis de longues années. Il assigne la coopérative en justice.

    Invoquant un « déséquilibre significatif » et un préavis non-conforme au Code de commerce, il réclame l’annulation de l’agrément et la réparation de son préjudice.

    Débouté en première instance, il fait appel.

    Statuts, règlement intérieur : les arguments de la coopérative

    En 2016, devant la cour d’appel de Paris, la coopérative avance ses arguments :

    -L’agrément du nouvel adhérent est conforme aux textes qui régissent le fonctionnement du réseau coopératif.

    -Il découle d’une décision du conseil d’administration de la coopérative, qui a fixé en 2011 pour toute la France à 20 % la part de marché local ouvrant droit à exclusivité d’implantation. Or, l’adhérent en litige n’avait pas atteint ce seuil. Il pouvait donc disposer d’un droit de priorité sur son bassin de consommation, mais pas d’exclusivité.

    -Si le conseil d’administration, élu en assemblée générale des adhérents-actionnaires, a fixé les règles de l’implantation et l’ouverture des points de vente, c’est que cela entrait dans le cadre de ses missions, fixées par le règlement intérieur de la coopérative, lui-même fondé sur ses statuts.

    -Un règlement intérieur rédigé certes par le conseil d’administration, mais approuvé et modifié régulièrement en assemblée générale.

    -Or l’adhérent en litige, associé actionnaire de la coopérative  a signé et approuvé à chaque ouverture de ses points de vente ce règlement et n’a manqué aucune assemblée générale.

    -Enfin, toujours selon la coopérative, l‘adhérent a été informé en temps voulu du projet d’ouverture d’un nouveau point de vente dans sa zone. Un délai lui a été fixé pour faire acte de candidature. Il n’y a pas réagi et n’a pas demandé de délai supplémentaire. L’agrément accordé à un autre commerçant est donc régulier.

    Pour la justice, la coopérative est dans son droit

    Par leur arrêt du 3 février 2016, les magistrats de Paris approuvent la tête de réseau et considèrent que « les dispositions de l’article (invoqué par le plaignant) du Code de commerce (L.442-6-I 2° et 5°) » sur le déséquilibre significatif et le préavis non conforme « ne sauraient s’appliquer ». Puisque ces dispositions sont « étrangères aux rapports entretenus » par les parties, rapports « issus du contrat de société qui les lie et qui relèvent du seul droit des sociétés ».

    Le coopérateur est débouté en appel.

    En cassation, les avocats de  l’adhérent contestent. Pour eux, l’article L.442-6 « s’applique à toute relation commerciale portant sur la fourniture d’un produit ou d’une prestation de service. » Ils affirment aussi que « le contrat de société qui unit une société coopérative de commerçants détaillants à son adhérent » n’exclut pas leur relation du champ d’application de l’article cité. Puisqu’elle constitue « une relation commerciale ». Car si l’adhérent est actionnaire, il est aussi client de la coopérative.

    Dans son arrêt (publié dans son bulletin d’information, ce qui veut dire qu’elle en souligne l’importance), la Cour de cassation rejette le pourvoi et reprend à son compte les conclusions de la cour d’appel. Pour elle, c’est « à bon droit » qu’elle a débouté le coopérateur.

    Ce litige éclaire le fonctionnement des réseaux coopératifs. Dans ce type de formule, les adhérents-associés décident et contrôlent leur direction en assemblée générale. Ils doivent aussi respecter le règlement intérieur auquel ils ont souscrit en adhérant et les décisions prises par leurs instances élues. Des décisions qui, comme on le voit, sont sans doute prises au nom de l’intérêt du réseau et donc des adhérents, mais ne leur sont pas toujours, individuellement favorables !

    A lire également

    • Le réseau Cyclable a atteint la cinquantaine de magasins
      19 Nov 2018

      Apparue en 2005 à Toulouse, l’enseigne Cyclable s’est développée discrètement, le temps de valider sa formule. En 2010 une société de développement a vu le jour et l’expansion s’est accélérée, en particulier en franchise. Aujourd’hui, le réseau regroupe environ une cinquantaine de points de vente dans toute la France, ainsi que deux en Suisse. Et l’expansion… Lire la suite

    • But en passe de reprendre Fly et son réseau de franchisés
      16 Nov 2018

      But est entrée en négociations exclusives avec Fly. En ligne de mire du n°3 de l’équipement de la maison, la reprise de la marque jeune habitat et de son réseau de franchisés. Une acquisition qui permettrait à la plus grande chaîne de magasins de meuble et décoration française, à la tête de 305 points de… Lire la suite

    • Prévisionnels erronés et DIP lacunaire condamnent un franchiseur
      16 Nov 2018

      La cour d’appel de Paris vient, le 24 octobre 2018, de condamner un franchiseur pour transmission de prévisionnels « grossièrement erronés » et d’un Document d’information précontractuelle (DIP) « lacunaire ». Dans ce litige, le contrat est conclu en décembre 2009. Et le point de vente ouvert aussitôt. Mais l’activité n’est pas à la hauteur du prévisionnel transmis par… Lire la suite

    • Le concept d’immobilier d’exception Ateliers Lofts & Associés s’ouvre à la franchise
      15 Nov 2018

      Créée à Paris en 1998, Ateliers Lofts & Associés est une agence immobilière spécialisée dans la vente ou la location de biens « exceptionnels, singuliers, rares, architecturaux »… bref, dans l’« immobilier hors normes ». Ses fondateurs ont également lancé Elux, spécialisée dans le repérage de lieux originaux pour les shootings de mode et les tournages de films ou… Lire la suite

    • V and B lance le développement de son concept Levrette Café
      14 Nov 2018

      L’enseigne de caves et bars à bières V and B, qui s’est implantée depuis le début de son expansion en périphérie, se lance désormais à la conquête des centres-villes. Une orientation qui prend une double forme. D’une part, un test est effectué depuis le début de l’année à Toulouse, en un format plus réduit de… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite

    • Toutes les clés pour entreprendre en restauration
      11 Sep 2018

      Le premier Forum dédié à l’Accompagnement des Entrepreneurs de la Restauration aura lieu le 25 septembre 2018 à Paris. Cette matinée d’ateliers en petits groupes, conférences et tables rondes s’adresse à « tout porteur de projet en restauration, quel que soit son état d’avancement », explique son organisateur Emergence concepts, agence conseil et incubateur sur ce secteur…. Lire la suite