Fermer
Secteurs / Activités

    Opposé à sa coopérative, un adhérent est débouté en cassation

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    15 novembre 2017

    Une enseigne se développant en coopérative accorde son agrément à un nouvel adhérent pour l’ouverture d’un point de vente. Estimant qu’elle empiète sur son territoire d’exclusivité, un coopérateur l’assigne en justice. En vain.

    Cour de cassation juridique franchiseLe 18 octobre 2017, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par un coopérateur en conflit  avec sa tête de réseau.

    A l’origine du litige: la décision prise par l’enseigne en 2011 d’agréer un autre commerçant sur ce que l’adhérent considère comme son territoire d’exclusivité.

    L’adhérent, qui n’a pas donné son accord à l’opération, s’estime floué. D’autant qu’il compte déjà plusieurs points de vente sur la zone et y investit depuis de longues années. Il assigne la coopérative en justice.

    Invoquant un « déséquilibre significatif » et un préavis non-conforme au Code de commerce, il réclame l’annulation de l’agrément et la réparation de son préjudice.

    Débouté en première instance, il fait appel.

    Statuts, règlement intérieur : les arguments de la coopérative

    En 2016, devant la cour d’appel de Paris, la coopérative avance ses arguments :

    -L’agrément du nouvel adhérent est conforme aux textes qui régissent le fonctionnement du réseau coopératif.

    -Il découle d’une décision du conseil d’administration de la coopérative, qui a fixé en 2011 pour toute la France à 20 % la part de marché local ouvrant droit à exclusivité d’implantation. Or, l’adhérent en litige n’avait pas atteint ce seuil. Il pouvait donc disposer d’un droit de priorité sur son bassin de consommation, mais pas d’exclusivité.

    -Si le conseil d’administration, élu en assemblée générale des adhérents-actionnaires, a fixé les règles de l’implantation et l’ouverture des points de vente, c’est que cela entrait dans le cadre de ses missions, fixées par le règlement intérieur de la coopérative, lui-même fondé sur ses statuts.

    -Un règlement intérieur rédigé certes par le conseil d’administration, mais approuvé et modifié régulièrement en assemblée générale.

    -Or l’adhérent en litige, associé actionnaire de la coopérative  a signé et approuvé à chaque ouverture de ses points de vente ce règlement et n’a manqué aucune assemblée générale.

    -Enfin, toujours selon la coopérative, l‘adhérent a été informé en temps voulu du projet d’ouverture d’un nouveau point de vente dans sa zone. Un délai lui a été fixé pour faire acte de candidature. Il n’y a pas réagi et n’a pas demandé de délai supplémentaire. L’agrément accordé à un autre commerçant est donc régulier.

    Pour la justice, la coopérative est dans son droit

    Par leur arrêt du 3 février 2016, les magistrats de Paris approuvent la tête de réseau et considèrent que « les dispositions de l’article (invoqué par le plaignant) du Code de commerce (L.442-6-I 2° et 5°) » sur le déséquilibre significatif et le préavis non conforme « ne sauraient s’appliquer ». Puisque ces dispositions sont « étrangères aux rapports entretenus » par les parties, rapports « issus du contrat de société qui les lie et qui relèvent du seul droit des sociétés ».

    Le coopérateur est débouté en appel.

    En cassation, les avocats de  l’adhérent contestent. Pour eux, l’article L.442-6 « s’applique à toute relation commerciale portant sur la fourniture d’un produit ou d’une prestation de service. » Ils affirment aussi que « le contrat de société qui unit une société coopérative de commerçants détaillants à son adhérent » n’exclut pas leur relation du champ d’application de l’article cité. Puisqu’elle constitue « une relation commerciale ». Car si l’adhérent est actionnaire, il est aussi client de la coopérative.

    Dans son arrêt (publié dans son bulletin d’information, ce qui veut dire qu’elle en souligne l’importance), la Cour de cassation rejette le pourvoi et reprend à son compte les conclusions de la cour d’appel. Pour elle, c’est « à bon droit » qu’elle a débouté le coopérateur.

    Ce litige éclaire le fonctionnement des réseaux coopératifs. Dans ce type de formule, les adhérents-associés décident et contrôlent leur direction en assemblée générale. Ils doivent aussi respecter le règlement intérieur auquel ils ont souscrit en adhérant et les décisions prises par leurs instances élues. Des décisions qui, comme on le voit, sont sans doute prises au nom de l’intérêt du réseau et donc des adhérents, mais ne leur sont pas toujours, individuellement favorables !

    A lire également

    • La franchise Fabrique Givrée prête à accélérer
      16 Août 2018

      Le glacier ardéchois La Fabrique Givrée a levé, début 2018, 2 millions d’euros auprès de la société de gestion de fonds d’investissement Odyssée Venture, qui est ainsi venue renforcer, au capital les trois actionnaires-fondateurs de l’entreprise, qui ont investi dans l’entreprise toutes leurs économies. Cet apport va notamment permettre à la marque de renforcer sa… Lire la suite

    • Le boulanger artisanal Louise propose désormais l’option franchise
      14 Août 2018

      Émanation de Holding Louise, le réseau Boulangerie Louise est apparu au début des années 2010 et a grandi rapidement en implantant ses unités (250 m² en moyenne) en périphérie d’agglomération, à proximité d’axes passants et avec un parking à proximité. Parmi les éléments caractéristiques du concept : une large gamme de pains et une offre complémentaire… Lire la suite

    • Boulangeries Paul : la sanction financière du franchiseur fortement réduite
      08 Août 2018

      La cour d’appel de Paris s’est prononcée à nouveau, le 20 juin dernier, dans le cadre du litige qui oppose l’enseigne de boulangeries Paul à un ex-franchisé. L’affaire avait été jugée une première fois en janvier 2015 par la même cour (autrement composée). Le verdict, sévère, avait surpris, notamment par le montant des dommages et… Lire la suite

    • Mobalpa se réinvente et mise sur la personnalisation
      06 Août 2018

      Couleurs acidulées et ambiance pop : le nouveau design du site web de l’enseigne donne le ton. A l’occasion de son 70ème anniversaire, Mobalpa se réinvente. Le spécialiste de la cuisine, du meuble de salle de bains et du rangement entend, plus que jamais, jouer la carte de la personnalisation, auprès de clients en quête d’un… Lire la suite

    • Marché aux Affaires : 10 magasins ouverts en seulement six mois
      03 Août 2018

      Nous l’avions quitté à la tête de 206 points de vente fin février. Voilà que Marché aux Affaires en compte désormais 217. En moins de six mois, le réseau de solderies s’est notamment installée à Ferrières d’Aunis (17), Saint Martin de Crau (13), Sallaumines (62), Aubigny sur Nère (18), Brou (28), ou encore Illzach (68)…. Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Déséquilibre significatif : un franchisé débouté en cassation
      11 Juil 2018

      Le 30 mai dernier, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi d’un franchisé qui invoquait notamment l’existence dans son contrat d’un « déséquilibre significatif ». Déséquilibre qui contribuait à justifier à ses yeux sa résiliation du contrat et son passage à la concurrence, après presque 20 ans de partenariat. Pour le franchisé, il y avait déséquilibre… Lire la suite

    • Nullité du contrat : le franchisé aurait dû mieux se renseigner, affirment les juges
      27 Juin 2018

      Voilà un litige comme il en survient encore trop souvent entre des acteurs de la franchise. Un cadre commercial veut se reconvertir. Il choisit, en 2012, un réseau qui lui paraît prometteur. Et un concept adapté à son profil puisque l’activité repose en grande partie sur les capacités commerciales de l’exploitant. Le réseau ne pratique… Lire la suite

    • Résiliation anticipée du contrat de franchise : ce qu’il peut en coûter
      20 Juin 2018

      La cour d’appel de Paris vient de condamner un franchisé pour avoir résilié son contrat avant son terme. Dans ce litige, le contrat de franchise est signé pour 5 ans en mars 2013. Assez vite le franchisé – l’un des premiers du réseau – rencontre des difficultés, cesse de payer ses redevances et, fin 2014,… Lire la suite

    • Site pilote en franchise : en faut-il plusieurs ?
      13 Juin 2018

      La cour d’appel de Paris a refusé récemment d’accorder à un ex-franchisé la nullité de son contrat. Le franchisé affirmait tout d’abord que son consentement avait été vicié car le franchiseur ne lui avait pas remis de DIP (Document d’information précontractuel) dans les délais prévus par la loi. La cour d’appel écarte ce motif en rappelant… Lire la suite

    • Un contrat de franchise Dépil Tech annulé
      05 Juin 2018

      Le tribunal de commerce de Nice vient d’annuler, le 14 mai 2018, un nouveau contrat de franchise Dépil Tech. Une annulation qui s’ajoute à deux autres prononcées le 25 janvier par le même tribunal. Cette fois les juges ordonnent, en conséquence de la nullité du contrat, le remboursement de 26 400 € réglés en 2015… Lire la suite