Fermer
Secteurs / Activités
    CASH EXPRESS HAB MARS 19

    Dépil Tech : l’épilation par lumière pulsée n’est pas illicite, selon une cour d’appel

    Brève
    2 janvier 2019

    Dans un litige Dépil Tech, une cour d’appel vient de prendre position à contre-courant de la jurisprudence de la Cour de cassation. Pour les magistrats d’Aix-en-Provence, l’activité d’épilation par lumière pulsée de cette franchise n’est pas illicite.

    Beauté EpilationUne franchisée Dépil Tech qui réclamait la nullité de son contrat pour objet illicite et le remboursement de son droit d’entrée vient d’être déboutée de ses demandes. C’est ce qu’a décidé, le 20 décembre 2018, la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

    Dans ce litige, la franchisée reçoit son DIP le 13 novembre 2014 et signe son contrat le 4 décembre en versant un droit d’entrée de 26 400 euros. Puis, elle cherche son financement pour l’ouverture d’un institut à l’enseigne dans un beau quartier de Paris. En vain. Entre mars et juillet 2015, toutes les banques contactées l’informent par écrit de leur refus. D’où son action en justice contre le franchiseur.

    Pour la franchisée, c’est évident au vu de son apport personnel (d’environ 30 % de l’investissement initial) et de la qualité de son business-plan : les 6 banques ont refusé son financement en raison de l’enseigne et pas de son dossier. L’une d’elle, mentionnée dans le DIP comme banque partenaire du franchiseur, l’a même précisé par écrit.

    Pour elle, comme elle en a pris conscience au cours de sa recherche d’emprunt, son contrat est nul car l’objet en est illicite puisqu’un arrêté de 1962 interdit en France aux non-médecins de pratiquer l’épilation autrement qu’à la cire ou à la pince. En outre, plusieurs décisions de justice ont confirmé le caractère illégal de l’épilation à la lumière pulsée. La franchisée estime également avoir été trompée sur la rentabilité réelle du concept.

    A l’appui de la décision : le Règlement européen du 5 avril 2017 sur les dispositifs médicaux

    cour d’appel de Colmar – Alsace – FranceSaisie, la cour d’appel d’Aix-en-Provence déboute la franchisée de ses demandes. Reprenant l’argumentation de Dépil Tech, les magistrats considèrent que :

    -1.« Concernant la dépilation par lumière pulsée, les textes contradictoires du code de la santé publique régissant ce domaine doivent être interprétés à la lumière du Règlement européen UE 2017/745 du 5 avril 2017 adopté qui sera prochainement applicable dans le secteur des appareils litigieux, notamment son article XVI paragraphe 5, qui n’assimile pas aux actes médicaux les équipements à lumière pulsée utilisés sur le corps humain. »

    -2.« De nombreux centres d’épilation à lumière pulsée sont ouverts sans que les pouvoirs publics en interdisent l’activité et des appareils d’épilation à lumière pulsée sont en vente libre auprès du public »,

    -3. « Aucun décret d’application (…) n’est intervenu pour interdire l’usage des appareils à lumière pulsée à visée esthétique. »

    Les magistrats estiment par ailleurs qu’il n’est « pas justifié que les refus de financement des banques (…) soient liés directement et exclusivement à l’activité envisagée par l’emprunteuse ».

    En conséquence, la cour d’appel d’Aix-en-Provence (2ème chambre) confirme le jugement du tribunal de commerce de Nice du 12 décembre 2016 selon lequel « le caractère illicite de l’activité du contrat de franchise n’est pas établi ». Le contrat n’est donc pas annulé.

    La tromperie sur la rentabilité est également écartée.

    Quant au droit d’entrée, qui « correspond (à l’accès) au savoir-faire et au droit d’utiliser la marque Dépil Tech », il « n’était pas lié à l’obtention d’un financement et reste donc acquis à la société Dépil Tech».

    Une décision contraire à la jurisprudence de la Cour de cassation

    Le Règlement européen du 5 avril 2017, qui assimile l’épilation à la lumière pulsée à une activité non-médicale vient aussi d’être invoqué par la chaîne de franchise Dépil Tech dans sa récente saisine du Conseil d’État. La réponse n’est, toutefois, pas attendue avant 2020.

    Quant à la Cour de cassation,  si elle n’a pas eu encore à se prononcer précisément sur l’impact de ce nouveau texte sur le secteur, elle a toujours suivi la même ligne, réaffirmée en décembre 2016 et en mars 2018, selon laquelle la seule législation à prendre en compte en matière d’épilation à la lumière pulsée était bien celle de l’arrêté de 1962.

    Si, comme c’est assez probable, la plus haute juridiction française est saisie par la franchisée dans ce litige, sa décision sera très attendue par les acteurs de ce secteur.

    A lire également

    • Bureau Vallée et son fondateur obtiennent une distinction
      15 Mar 2019

      À l’occasion de la 18ème édition des Prix européens des fournitures de bureau (EOPA), qui s’est tenue à Amsterdam le 5 mars, Bureau Vallée a été doublement récompensé par les professionnels du secteur. Une reconnaissance qui a valu à Bureau Vallée le premier prix dans la catégorie “distributeur européen de l’année”, en s’imposant face à… Lire la suite

    • Un franchiseur condamné pour les engagements non tenus de sa centrale d’achats
      13 Mar 2019

      Statuant sur renvoi de la Cour de cassation, la cour d’appel d’Angers vient de trancher en faveur d’une franchisée un conflit qui dure depuis 10 ans. Dans ce litige, le contrat est signé en 2004 pour une ouverture de point de vente en juillet 2005. Mais en janvier 2008, après plusieurs courriers et une mise… Lire la suite

    • Cavavin a organisé son congrès dédié aux spiritueux
      13 Mar 2019

      Les 3 et 4 mars, le concept caviste Cavavin (160 points de vente au total, dont la majorité en franchise) a réuni ses partenaires à Paris pour un congrès « spiritueux », avec la participation d’une vingtaine de fournisseurs présentant entre autres 170 nouveautés en whiskies, rhums et autres alcools. Le congrès s’est déroulé le premier jour… Lire la suite

    • Lancer de Hache se lance en franchise
      12 Mar 2019

      Lancer de Hache vient d’ouvrir, dans l’agglomération nantaise, son premier centre en franchise. Situé sur la commune de Saint-Herblain, dans un local de 150 m², et disposant de 6 cibles, il peut accueillir jusqu’à 18 personnes par session d’une heure. Olivier Roux, le nouveau franchisé, recherchait une activité dans le domaine des loisirs lui permettant de… Lire la suite

    • Go sport vers une restructuration ?
      10 Mar 2019

      Le groupe Go Sport (qui fédère l’enseigne généraliste Go Sport, ainsi que les concepts spécialisés Go Sport Montagne (Twinner), Endurance Shop et Bike +), vient d’être pris en main par le cabinet Prosphères, spécialiste des retournements d’entreprise, un terme qui désigne les pratiques de restructuration et de refinancement des entreprises en difficulté. Prosphères se donne… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Dietplus « Un concept sain et honnête »
      13 Mar 2019

      Mélanie Sauvaget en est convaincue : une bonne alimentation est nécessaire pour se sentir bien et préserver sa santé ! En tant que coach dietplus, elle préconise des méthodes pour s’alimenter correctement sans privation et perdre du poids durablement. « Il faut s’adapter au client, ne pas imposer le protocole », dit-elle, et cet accompagnement… Lire la suite

    • dietplus : de nombreux outils pratiques au service des franchisés
      07 Mar 2019

      A chaque étape de leur projet, les membres du réseau dietplus sont accompagnés par leur franchiseur, que ce soit avant, pendant ou après l’ouverture de leur centre, et tout au long de leur activité. Ce soutien humain est renforcé par un large éventail d’outils et de supports pratiques dont l’efficacité a été attestée par plusieurs… Lire la suite

    • Agathe Domingues, Responsable Développement du réseau Body’minute
      05 Mar 2019

      Quels sont les spécificités du concept Body Minute sur le marché de la beauté ? Body’minute est un concept d’instituts de beauté, exclusivement féminin, sans rendez-vous et avec un rapport qualité-prix exceptionnel. Depuis 20 ans, en effet, nous démocratisons le métier de l’esthétique en proposant à toutes les femmes l’accès au bien-être. Une grande force du… Lire la suite

    • Encore 5 nouveaux centres pour le réseau dietplus en février
      27 Fév 2019

      La grande famille de la franchise dietplus ne cesse de s’agrandir. En février 2019, elle a accueilli 6 nouvelles franchisées, pour l’ouverture de 5 centres supplémentaires. Les nouvelles venues sont : – Cathy Defaye à Gradignan (Gironde) – Geneviève Chauvat et Chloé Desvaux à Launaguet (Haute-Garonne) – Séverine Jourdan à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loire) – Charlotte Lecigne… Lire la suite

    • Cryotera présent à Dijon, Reims et au salon Franchise Expo Paris 2019
      19 Fév 2019

      Fort d’une expérience réussie avec son premier centre, le Groupe a décidé de lancer son réseau de Licence en officialisant l’ouverture d’un deuxième centre CRYOTERA à Dijon et la signature d’un troisième centre prochainement au sud de l’hexagone. Présent sur le salon de la Franchise à Paris en Mars 2019, une dizaine d’ouvertures sont prévues… Lire la suite

    DIET PLUS BANNIERE
    Enseignes du même secteur