Fermer
Secteurs / Activités

    Christophe Borgnis, Directeur franchise France Starbucks

    Nous recherchons des partenaires franchisés qui deviendront les ambassadeurs de la marque Starbucks dans leur région.

    Vous avez annoncé en décembre 2013 votre intention de poursuivre en franchise votre développement sur le marché français, en parallèle de votre expansion en propre : où en êtes-vous à ce jour ?
    Nous sommes toujours en phase de recrutement de nos franchisés sur les 5 villes prioritaires que nous nous sommes fixées : Lille, Bordeaux, Toulouse, Nantes et Rennes. Nous sommes en discussions plus ou moins avancées avec des candidats, mais rien n’est encore signé : nous aurons plus de visibilité d’ici début 2015. D’autres grandes villes viendront dans une seconde vague, en 2015-2016, comme par exemple Strasbourg.
    C’est un processus qui demande du temps, nous devons faire connaissance avec les candidats, qui doivent comprendre notre état d’esprit, partager les valeurs de l’entreprise et bien comprendre la marque. Bref, il faut bien se connaître avant de se lancer.
    Le réseau est aujourd’hui présent à Paris, Lyon, Marseille, Nice, et continue de se développer en propre, y compris sous forme de licences concédées dans les gares et les aéroports. Nous n’allons pas convertir en franchise des unités en propre : nos futurs franchisés vont devoir ouvrir leur propre store dans leur ville.

    Quels sont les investissements nécessaires pour devenir franchisé Starbucks ? Quels profils de partenaires souhaitez-vous recrutez en priorité ?
    Notre droit d’entrée est de 35 000 €. L’investissement nécessaire pour l’implantation d’un salon franchisé Starbucks s’inscrit, selon son emplacement, dans une fourchette comprise entre 400 et 600 000 €. Il n’y aura pas de transformation d’un site existant, car nos salons de cafés n’ont pas les mêmes contraintes que les autres métiers de la restauration.
    Nous recherchons des franchisés qui partagent des valeurs communes avec nous, deviendront les ambassadeurs de la marque Starbucks dans leur région et ouvriront, selon les villes et les opportunités, entre 10 et 15 salons en 5 ans. Ils doivent faire preuve d’une connaissance de leur tissu local, avoir déjà développé une affaire en franchise ou en indépendant, en tant qu’opérationnel, dans la restauration ou les salons de café. Nous déterminerons ensemble le objectif de développement, en fonction du potentiel que nous aurons estimé et de de leur  connaissance de leur région.
    Certains candidats qui se sont présentés à nous spontanément semblent déjà répondre à ces critères. Il ne s’agit pas seulement d’expérience : nous souhaitons que nos futurs franchisés couvrent leur ville ou leur région, et aillent au bout de leur plan de développement. Nous leur dispenserons une immersion à la marque pendant deux jours et une formation à nos métiers pour eux et leurs équipes (un salon emploie 12 à 15 salariés), à raison d’une semaine de formation initiale, complétée par du coaching.

    Quels types d’emplacements recherchez-vous en priorité ? Quel pourrait être votre rythme de développement en franchise ?
    Nous ciblons en priorité des emplacements en centre-ville de 200 m² environ, mais nous sommes encore dans une phase exploratoire : la franchise est modèle nouveau pour Starbucks, même si nous avons ouverts 55 salons franchisés au Royaume-Uni depuis février 2013.
    Nous allons apprendre avec nos franchisés, et voir à quel rythme on peut ouvrir des salons dans une ville. Nous voulons surtout prendre le temps de bien choisir nos partenaires et nos emplacements, afin de soigner la construction du réseau.
    Au Royaume-Uni, le client ne voit pas la différence entre une franchise et une succursale, car nos franchisés sont passionnés par la marque et arrivent à le communiquer à leurs équipes. C’est très encourageant pour notre développement et nous souhaitons faire pareil en France.

    Enseignes du même secteur