Un contrat de franchise non signé est-il valide ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Brève
12 juillet 2017

Que se passe-t-il quand un litige éclate entre un franchiseur et un franchisé qui n’ont pas signé de contrat de franchise mais collaborent depuis plusieurs années ?  « Tout dépend » sur quoi il y a eu réellement accord, répond la cour d’appel d’Orléans.

La cour d’appel d’Orléans a tranché le 23 février dernier un litige inhabituel entre un franchiseur et un couple de franchisés.

Octobre 2010 : le couple ouvre un restaurant franchisé dans une grande ville. La relation avec le franchiseur n’est pas idyllique : les franchisés constatent des problèmes notamment sur les livraisons. La politique de prix de l’enseigne, son marketing, sa communication ne correspondent pas non plus à leurs attentes. Ils dénonceront en outre au procès « l’absence de formation et d’animation » et « l’important  turn-over des salariés ».

Moins de trois ans après le lancement, ils estiment, en août 2013, qu’ils n’ont plus à payer de redevances pour la partie bar-terrasse de leur établissement. Selon eux, son activité ne doit rien à l’enseigne du franchiseur. Quelques mois plus tard, en janvier 2014, ils divisent par deux leurs redevances sur la partie restaurant, les passant de 6 à 3 %.

Le franchiseur réagit et saisit la justice en mai 2014. Les franchisés rompent les relations commerciales en juillet (avec effet en janvier 2015, soit un préavis de 6 mois).

Contrat de franchise ou simples relations commerciales ?

Pour le franchiseur,  qui « dénie toute pertinence aux griefs » avancés par les franchisés, les choses sont simples. Le couple de franchisés a rompu son contrat sans raison valable. Il doit s’acquitter à taux plein des redevances impayées et être sanctionné de 370 000 € de dommages et intérêts.

Problème : il n’y a pas vraiment de contrat de franchise. Le « projet de contrat » transmis en janvier 2010 à titre d’information précontractuelle a bien servi de base aux relations commerciales entre les deux parties. Mais il n’y a jamais eu de contrat signé les engageant.

Pour le franchisé, le franchiseur n’est donc pas fondé à s’en réclamer.  Au contraire, du fait de ses « nombreux manquements à ses obligations contractuelles », le franchiseur doit être sanctionné à hauteur des pertes subies par le franchisé dans l’affaire, soit plus de 540 000 euros.

Ce qui caractérise un contrat de franchise

Après avoir rappelé que « le contrat de franchise ne nécessite pas la passation d’un écrit pour sa validité » (contrairement au DIP), la cour d’appel d’Orléans retient dans ce litige « l’existence d’un (tel contrat) et non d’une simple relation commerciale ».

Le franchiseur a en effet mis à disposition du franchisé une marque-enseigne, un savoir-faire et une collection de produits et services « offerts de manière originale et spécifique et exploités selon des techniques commerciales uniformes, préalablement expérimentées et constamment mises au point et contrôlées, toutes choses caractérisant le contrat de franchise ».

Toutefois, ajoutent les magistrats, il n’est pas possible de «considérer de façon systématique que le projet de contrat non signé (vaut) contrat ». Encore faut-il rechercher « si un accord (s’est) réalisé entre les parties sur les points en litige ».

Sur quels points en litige franchiseur et franchisé avaient-ils un accord au départ ?

Et là, tout dépend.

-Sur les redevances, les magistrats estiment que « compte tenu de la durée » pendant laquelle les paiements ont été effectués sans contestation (près de 3 ans), elles ont en l’occurrence « valeur contractuelle ». Et dans la mesure où rien ne prouve à leurs yeux que le bar-terrasse « attirait une clientèle différente de l’activité restaurant », les redevances sont dues en totalité jusqu’au 4 janvier 2015 inclus.

-Sur la rupture, la cour retient qu’il n’y avait pas d’accord sur la durée du contrat (7 ans). Lequel doit par conséquent être considéré comme ayant été conclu pour une « durée indéterminée ».  A tout moment chacune des parties pouvait donc le rompre à condition de respecter un préavis raisonnable, ce qui a été le cas. Le franchisé n’a pas à être sanctionné sur ce point.

Pas de contrat, pas d’obligations ?

-Sur les demandes du franchisé concernant les « manquements contractuels du franchiseur », la cour estime que le franchisé est « mal venu de se plaindre » de la non-exécution d’un texte qu’il n’a pas signé. D’autant que l’essentiel des griefs formulés portait sur la politique commerciale du franchiseur  – que celui-ci était « seul habilité à définir » – ; et que le franchisé pouvait toujours abandonner en quittant le réseau …

Enfin, pour la cour, le franchisé « n’établit nullement » que les pertes subies sont le résultat des manquements imputés au franchiseur. Seule, la « désorganisation des livraisons » est reconnue.

Au terme de l’arrêt, le franchisé est condamné à verser les redevances réclamées par le franchiseur (quelque 55 000 €). Il reçoit en revanche 20 000 € d’indemnités pour compenser les livraisons irrégulières.

Le fait de ne pas signer le contrat de franchise n’a donc pas permis aux parties d’éviter les litiges ni d’obtenir de la justice les compensations qu’elles souhaitaient…

A lire également

  • Saga Cosmetics : produits de beauté discount en centre-ville et en franchise
    11 Déc 2017

    Du maquillage et des produits de soins de grandes marques à prix discount : tel est, depuis plus de quinze ans, le credo du Nantais Saga Cosmetics. L’enseigne joue la singularité sur un marché de la beauté qui voit aujourd’hui s’affronter les Kiko, MAC et autres Sephora. Dans ses rayons, aucune marque propre, mais uniquement du… Lire la suite

  • Nouvelle organisation pour Point Service Mobiles
    10 Déc 2017

    À 62 ans et après onze années entièrement consacrées à Point Service Mobiles, Martine Bocquillon, fondatrice du concept spécialisé dans la réparation de smartphones et tablettes, va quitter prochainement sa fonction opérationnelle de présidente du directoire de PSM. Elle demeure vice-présidente du conseil de surveillance aux côtés de Jean-Marie Guian, président du conseil de surveillance… Lire la suite

  • Franchisés, futurs franchisés : les raisons de leur choix
    07 Déc 2017

    Près de la moitié des candidats à l’entreprenariat sont attirés par la franchise : c’est ce qui ressort de la 14ème édition de l’enquête annuelle de la franchise, réalisée par l’institut CSA pour la Banque Populaire, en partenariat avec la Fédération française de la franchise. En effet, selon les nouveaux éléments qui viennent d’être rendus publics, 39 % des… Lire la suite

  • Le Groupe Ludendo ouvre son capital pour booster son développement
    07 Déc 2017

    Le groupe Ludendo, dont l’enseigne phare est La Grande Récré (200 points de vente en France, dont 70 en franchise), est un groupe français de dimension internationale, spécialisé dans le commerce des jeux, des jouets, de la fête et des loisirs pour l’enfant et la famille. Avec près de 400 magasins dans le monde au… Lire la suite

  • Le réseau Les Savants Fous a atteint la vingtaine de franchisés
    06 Déc 2017

    Créé en 2006 et développé en franchise à partir de 2010, le réseau Les Savants Fous s’est donné pour objectif de faire aimer la science aux enfants dès le plus jeune âge à travers des animations originales, spectaculaires et éducatives, en privilégiant une approche ludique et vivante. Aujourd’hui 20 partenaires franchisés sont en activité dans l’Hexagone…. Lire la suite

A lire également sur ce thème

  • Franchises de restauration : Bercy continue son offensive judiciaire
    05 Déc 2017

    Des franchisés du secteur restauration viennent de recevoir, courant novembre, un courrier circulaire  à en-tête du Ministère de l’Économie et des Finances concernant leur enseigne. Par ce courrier, Bercy les invite à le rejoindre dans la procédure judiciaire qu’il a déclenchée le 2 février dernier à l’encontre de leur franchiseur. Les lecteurs de Franchise Magazine… Lire la suite

  • Plusieurs condamnations frappent la franchise Monbana
    01 Déc 2017

    Le 8 novembre 2017, le tribunal de commerce de Laval a annulé un contrat de franchise Monbana. Pour avoir « vicié le consentement » de son ex-franchisée de Bourges, le franchiseur est condamné à lui verser 460 000 €. Auteur de l’étude de site, le cabinet MC2 doit quant à lui payer 51 000 € à la… Lire la suite

  • Révélations de la Franchise 2018 : inscriptions ouvertes jusqu’au 21 janvier
    29 Nov 2017

    En mars 2017, La Côte et l’Arête et O’Tacos sont venus ajouter leurs noms à ceux de Pitaya (en 2016), Iscocomble et Feuillette  (en 2015) ou encore Big Fernand, Lynx Rh et Dim (en 2014) au palmarès des Révélations de la franchise (ex-Espoirs). Organisées par la Fédération française de la Franchise avec le concours des membres du Collège des Experts de la FFF, en partenariat avec Reed Expositions (Franchise Expo Paris et… Lire la suite

  • Attention à certains contrats de concession
    17 Nov 2017

    Par un arrêt du 3 octobre 2017, la cour d’appel d’Angers a donné tort à un concessionnaire qui réclamait la nullité de son contrat pour défaut d’informations précontractuelles. Le litige commence en  mai 2011. Séduit par un concept innovant basé sur une activité « 100 % Internet », un entrepreneur signe un contrat de concession. L’enseigne, qui… Lire la suite

  • Opposé à sa coopérative, un adhérent est débouté en cassation
    15 Nov 2017

    Le 18 octobre 2017, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par un coopérateur en conflit  avec sa tête de réseau. A l’origine du litige: la décision prise par l’enseigne en 2011 d’agréer un autre commerçant sur ce que l’adhérent considère comme son territoire d’exclusivité. L’adhérent, qui n’a pas donné son accord à… Lire la suite