Fermer
Secteurs / Activités

    Un contrat de franchise non signé est-il valide ?

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    12 juillet 2017

    Que se passe-t-il quand un litige éclate entre un franchiseur et un franchisé qui n’ont pas signé de contrat de franchise mais collaborent depuis plusieurs années ?  « Tout dépend » sur quoi il y a eu réellement accord, répond la cour d’appel d’Orléans.

    La cour d’appel d’Orléans a tranché le 23 février dernier un litige inhabituel entre un franchiseur et un couple de franchisés.

    Octobre 2010 : le couple ouvre un restaurant franchisé dans une grande ville. La relation avec le franchiseur n’est pas idyllique : les franchisés constatent des problèmes notamment sur les livraisons. La politique de prix de l’enseigne, son marketing, sa communication ne correspondent pas non plus à leurs attentes. Ils dénonceront en outre au procès « l’absence de formation et d’animation » et « l’important  turn-over des salariés ».

    Moins de trois ans après le lancement, ils estiment, en août 2013, qu’ils n’ont plus à payer de redevances pour la partie bar-terrasse de leur établissement. Selon eux, son activité ne doit rien à l’enseigne du franchiseur. Quelques mois plus tard, en janvier 2014, ils divisent par deux leurs redevances sur la partie restaurant, les passant de 6 à 3 %.

    Le franchiseur réagit et saisit la justice en mai 2014. Les franchisés rompent les relations commerciales en juillet (avec effet en janvier 2015, soit un préavis de 6 mois).

    Contrat de franchise ou simples relations commerciales ?

    Pour le franchiseur,  qui « dénie toute pertinence aux griefs » avancés par les franchisés, les choses sont simples. Le couple de franchisés a rompu son contrat sans raison valable. Il doit s’acquitter à taux plein des redevances impayées et être sanctionné de 370 000 € de dommages et intérêts.

    Problème : il n’y a pas vraiment de contrat de franchise. Le « projet de contrat » transmis en janvier 2010 à titre d’information précontractuelle a bien servi de base aux relations commerciales entre les deux parties. Mais il n’y a jamais eu de contrat signé les engageant.

    Pour le franchisé, le franchiseur n’est donc pas fondé à s’en réclamer.  Au contraire, du fait de ses « nombreux manquements à ses obligations contractuelles », le franchiseur doit être sanctionné à hauteur des pertes subies par le franchisé dans l’affaire, soit plus de 540 000 euros.

    Ce qui caractérise un contrat de franchise

    Après avoir rappelé que « le contrat de franchise ne nécessite pas la passation d’un écrit pour sa validité » (contrairement au DIP), la cour d’appel d’Orléans retient dans ce litige « l’existence d’un (tel contrat) et non d’une simple relation commerciale ».

    Le franchiseur a en effet mis à disposition du franchisé une marque-enseigne, un savoir-faire et une collection de produits et services « offerts de manière originale et spécifique et exploités selon des techniques commerciales uniformes, préalablement expérimentées et constamment mises au point et contrôlées, toutes choses caractérisant le contrat de franchise ».

    Toutefois, ajoutent les magistrats, il n’est pas possible de «considérer de façon systématique que le projet de contrat non signé (vaut) contrat ». Encore faut-il rechercher « si un accord (s’est) réalisé entre les parties sur les points en litige ».

    Sur quels points en litige franchiseur et franchisé avaient-ils un accord au départ ?

    Et là, tout dépend.

    -Sur les redevances, les magistrats estiment que « compte tenu de la durée » pendant laquelle les paiements ont été effectués sans contestation (près de 3 ans), elles ont en l’occurrence « valeur contractuelle ». Et dans la mesure où rien ne prouve à leurs yeux que le bar-terrasse « attirait une clientèle différente de l’activité restaurant », les redevances sont dues en totalité jusqu’au 4 janvier 2015 inclus.

    -Sur la rupture, la cour retient qu’il n’y avait pas d’accord sur la durée du contrat (7 ans). Lequel doit par conséquent être considéré comme ayant été conclu pour une « durée indéterminée ».  A tout moment chacune des parties pouvait donc le rompre à condition de respecter un préavis raisonnable, ce qui a été le cas. Le franchisé n’a pas à être sanctionné sur ce point.

    Pas de contrat, pas d’obligations ?

    -Sur les demandes du franchisé concernant les « manquements contractuels du franchiseur », la cour estime que le franchisé est « mal venu de se plaindre » de la non-exécution d’un texte qu’il n’a pas signé. D’autant que l’essentiel des griefs formulés portait sur la politique commerciale du franchiseur  – que celui-ci était « seul habilité à définir » – ; et que le franchisé pouvait toujours abandonner en quittant le réseau …

    Enfin, pour la cour, le franchisé « n’établit nullement » que les pertes subies sont le résultat des manquements imputés au franchiseur. Seule, la « désorganisation des livraisons » est reconnue.

    Au terme de l’arrêt, le franchisé est condamné à verser les redevances réclamées par le franchiseur (quelque 55 000 €). Il reçoit en revanche 20 000 € d’indemnités pour compenser les livraisons irrégulières.

    Le fait de ne pas signer le contrat de franchise n’a donc pas permis aux parties d’éviter les litiges ni d’obtenir de la justice les compensations qu’elles souhaitaient…

    A lire également

    • Centre Services développe en franchise deux concepts d’aide à domicile
      21 Fév 2018

      Ménage, repassage, jardinage pour les actifs, maintien à domicile pour les personnes âgées, en difficulté ou dépendantes : telles sont les prestations proposées par le réseau de services à la personne Centre Services. Née à Chartres en 2005, l’enseigne se développe en franchise depuis 2010, et compte actuellement 70 agences dans toute la France (dot une en propre… Lire la suite

    • L’enseigne L’Orange Bleue se renforce dans le Val d’Oise
      20 Fév 2018

      Deux nouveaux licenciés, Patricia Monnier et Stéphane Bustos ont rejoint le réseau de fitness L’Orange Bleue Mon Coach Fitness. Leur nouveau club est ouvert depuis la mi-janvier 2018 dans la commune d’Argenteuil. Accompagnés de leurs deux coachs diplômées d’État, ils accueillent leur clientèle dans une ambiance chaleureuse, conviviale et sportive. Dans leur offre : 50 cours… Lire la suite

    • Hamburger et pizza en franchise sont-elles des activités concurrentes ?
      20 Fév 2018

      La cour d’appel de Paris a validé, le 13 décembre dernier, une clause de non-concurrence incluse dans le contrat d’un franchiseur de hamburger. Une clause définissant un périmètre de protection du réseau très large. La clause prévoyait ainsi que les parties s’interdisaient, pendant toute la durée du contrat, « de créer, participer, exploiter ou s’intéresser d’une quelconque manière,… Lire la suite

    • Tryba essaime et déploie son nouveau concept de point de vente
      20 Fév 2018

      Tryba a inauguré 12 espaces conseil en 2017. Précisément, l’enseigne a ouvert 6 nouvelles concessions, à Clisson (44), Rennes (35), Châtenoy-en-Bresse (71), Niort (79), Marmande (47) et Saint-Dié-des-Vosges (88). Et 6 points de vente secondaires, rattachés à des concessions existantes. Le spécialiste en fenêtres, portes et volets affichait ainsi, fin décembre, 310 unités au compteur…. Lire la suite

    • Préservation du Patrimoine est élue Révélation de la Franchise 2018
      20 Fév 2018

      C’est un jeune réseau ambitieux qu’ont choisi de récompenser cette année les jurés du concours des Révélations de la Franchise. Lancé en propre en 2005, ouvert à la franchise l’an dernier et déjà à la tête de 10 unités sous cette forme à ce jour, Préservation du Patrimoine, c’est son nom, vise pas moins d’une… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Réseaux de franchise : l’instance de dialogue social n’est plus obligatoire
      15 Fév 2018

      « L’article 64 de la loi n° 2016‑1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels est abrogé ». C’est en ces termes (article 7) que le Sénat a adopté ce mercredi 14 février l’abrogation de l’article 64 de la loi Travail, en deuxième lecture… Lire la suite

    • Une clause de non-concurrence post-contractuelle annulée en appel
      12 Fév 2018

      La cour d’appel de Paris vient d’annuler la clause de non-concurrence post-contractuelle d’un contrat de franchise, avec des arguments intéressants à connaître. D’autant que cette clause figure dans tous les contrats du réseau concerné. Et que des clauses du même type peuvent se rencontrer également dans d’autres réseaux. Le litige éclate en 2011. Il porte… Lire la suite

    • Assistance du franchiseur : une obligation de moyens, selon les juges
      05 Fév 2018

      La Cour d’appel de Paris a débouté, le 20 décembre 2017, un franchisé qui réclamait d’importantes indemnités à son ex-franchiseur, notamment pour défaut d’assistance. Le litige commence en 2011. Après quelques mois d’activité, le franchisé d’un jeune réseau rencontre de grandes difficultés financières. Il suspend le paiement de ses redevances puis sollicite par courrier une… Lire la suite

    • Une clause d’approvisionnement exclusif validée en cassation
      30 Jan 2018

      Par deux arrêts du 20 décembre dernier, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de deux franchisés qui contestaient la validité d’une clause d’approvisionnement exclusif. Leurs contrats de franchise prévoyaient qu’ils devaient, pour le produit essentiel de leur concept de boulangerie, s’approvisionner exclusivement auprès d’un fournisseur désigné. Entre autres arguments, les ex-franchisés affirmaient que… Lire la suite

    • Passeport pour la franchise 2018 : inscriptions ouvertes jusqu’au 30 avril
      24 Jan 2018

      Après Tailor Corner en 2014, Syndic Experts en 2015, Persillé, Maison de Viande en 2016 et Ecureuil Vert en 2017, quel sera le lauréat de la 5ème édition du concours Passeport pour la Franchise, organisé par le cabinet Gouache avocats, lancée le 9 janvier dernier ? La réponse sera connue le 28 juin prochain. Il reste encore deux mois pour participer à ce… Lire la suite

    FINANCEMENT 2018 RECT
    Trouvez votrelocal