Fermer
Secteurs / Activités

    Florence préfère les marques - Brève du 8 juin 2007

    Apprendre de ses échecs et surtout ne pas se précipiter. Voilà quelle pourrait être la nouvelle philosophie de l’enseigne Florence, spécialisée dans la maroquinerie et la bagagerie. La tête de réseau vient d’inaugurer son nouveau concept de magasin sur 200m² dans la ville du nord qui l’a vue naître, Saint-Omer (62).

    Les lignes présentées dans le magasin sont toutes griffées (Longchamp, Lancel, Lancaster…). « Désormais, nous ciblons une clientèle moyen-haut de gamme via des marques qui véhiculent des valeurs » explique Vincent Boudry, le gérant de la société. Si le premier exercice financier de cette unité se montre performant, la direction réfléchira sérieusement à décliner le concept en franchise. « Nous avons tiré des leçons de nos erreurs passées, c’est pour cette raison que nous allons prendre notre temps pour cette phase de tests. Si tout se passe pour le mieux, on peut imaginer pouvoir tenter l’aventure du commerce indépendant organisé d’ici à mars 2009 ».
    Car Florence n’est pas franchement une inconnue de la franchise. C’est en 1993 que des premières succursales de cette enseigne voient le jour. Puis en 1994, place aux premières franchises. « Nous avions choisi de nous adosser à une filiale de Garant pour notre développement. Quand la maison-mère a eu des soucis financiers forcément nous en avons eu aussi ». Le 13 mai 2004, alors que le réseau atteint 37 boutiques, l’enseigne de maroquinerie est mise en redressement judiciaire. Les unités en franchise succombent et il ne reste plus aujourd’hui que les 7 succursales (5 dans le Nord, 1 au Havre et 1 à Pau).

    Ces boutiques seront rénovées avant de songer à la franchise mais elles ne seront peut-être pas toutes sur le même modèle. « Nous songeons à lancer un deuxième concept afin de segmenter notre offre et de nous adapter à la clientèle ».