Fermer
Secteurs / Activités

    Un franchisé KFC témoigne - Brève du 15 juin 2015

    Cinquantième franchisé KFC en France, Thierry Pémonge s'est implanté en 2014 à Mâcon où ses résultats dépassent les prévisions. De quoi l'encourager dans d'autres projets avec l'enseigne.

    Salarié de la grande distribution, Thierry Pémonge a été directeur adjoint puis directeur chez Carrefour. Il est attiré par la restauration, mais estime qu’il n’en a pas la capacité financière et qu’il n’est pas assez aguerri à la gestion.
     
    Lorsqu’un ami rejoint KFC en tant que franchisé en 2013, Thierry Pémonge commence à s’intéresser à la chaîne de poulet frit, au point de postuler lui aussi. Sa candidature est validée début 2014 et trois semaines plus tard le franchiseur lui propose d’exploiter, en location-gérance, le site de Mâcon, qu’il accepte après l’avoir étudié.
     
    Il part en formation, testant d’abord tous les postes d’un restaurant pendant un mois et demi avant de suivre un autre mois et demi de cursus pour être encadrant manager, puis 3 mois de plus pour devenir directeur de restaurant, avec examen à la clé… Son contrat de franchise est signé 3 semaines environ avant l’ouverture, le 14 octobre 2014.

    Un démarrage sur les chapeaux de roue

    En poste à Lorient, il doit déménager à Mâcon pour ouvrir son restaurant. “Pendant quelques mois, mon épouse et mes enfants sont restés à Lorient, puis nous avons déménagé à Mâcon pendant l’été, avant la rentrée des classes”, souligne Thierry Pémonge.
                                   
    Disposant de 200 000 euros en fonds propres, le franchisé gérant-locataire doit emprunter pour réunir le million d’euros d’investissement initial nécessaire (contre 2 M€ environ pour une franchise totale). Obtenir un financement n’a pas été trop difficile : j’ai eu la chance de rencontrer un bon interlocuteur local dans une banque partenaire de KFC“, raconte Thierry Pémonge.

    Etre un “couteau suisse”

    Thierry Pemonge franchisé KFCLe franchisé a ouvert avec l’aide de son épouse sur la partie RH et administrative : “Pour devenir franchisé, il faut être plutôt ‘couteau suisse’ : allier des qualités de bon manager, bon gestionnaire et être très opérationnel, en tout cas chez KFC, observe-t-il.
     
    Même si Mâcon n’abrite que 35 000 habitants, le KFC de Thierry Pémonge, dont l’activité pendant les 4 premiers mois a été supérieure de 30 % à ses prévisions, devrait générer le CA d’un établissement d’une agglomération de 80 000 habitants. Et le franchisé admet qu’un autre site KFC aux alentours fait partie de ses projets. “Je dois d’abord me structurer, bétonner la formation des équipes pour être sûr de m’appuyer sur des gens compétents.”

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur KFC

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise KFC
    Consultez l'Indicateur de la Franchise