Fermer
Secteurs / Activités

    Assistance du franchiseur : une obligation de moyens, selon les juges

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    5 février 2018

    Un franchisé qui réclamait à son ex-franchiseur d’importantes indemnités, entre autres pour défaut d’assistance, a été débouté par la cour d’appel de Paris. Aux yeux des juges, le franchiseur – dont le réseau a disparu depuis -, avait respecté ses obligations contractuelles.

    La Cour d’appel de Paris a débouté, le 20 décembre 2017, un franchisé qui réclamait d’importantes indemnités à son ex-franchiseur, notamment pour défaut d’assistance.

    Le litige commence en 2011. Après quelques mois d’activité, le franchisé d’un jeune réseau rencontre de grandes difficultés financières. Il suspend le paiement de ses redevances puis sollicite par courrier une aide de son franchiseur. Insatisfait de sa réponse, il cesse son exploitation et revend sa société à un tiers qui poursuit l’activité sous une autre enseigne.

    En 2012, son ex-franchiseur l’assigne en justice et obtient sa condamnation par le tribunal de commerce de Paris, entre autres à rembourser 90 000 € d’impayés. Le franchisé fait appel.

    Le franchisé met en cause la qualité de l’assistance

    Pour lui, son échec est dû au seul franchiseur qui a « menti sur la rentabilité de son concept et n’a Juridique-2fourni aucun avantage concurrentiel », les établissements sous franchise étant toujours en déficit après plusieurs années d’exploitation.

    Toujours selon le franchisé, le franchiseur a « gravement manqué à ses obligations contractuelles de formation et d’assistance, directement à l’origine du manque de rentabilité » du point de vente franchisé.

    Au lieu des 47 jours de formation initiale décrits dans le contrat délivré en avril 2009, le franchisé n’en a  reçu que 5 et demi. Quant à l’assistance, il estime que le franchiseur n’a pas répondu réellement « aux demandes d’aide adressées ».

    Le franchisé déclare avoir perdu dans l’aventure plus de 390 000 euros et investi en pure perte près de 220 000. Il demande le remboursement de ces sommes à la faveur de la résiliation de son contrat aux torts exclusifs du franchiseur.

    Pour les juges, le franchiseur a respecté son obligation d’assistance

    Mais la cour d’appel de Paris va décider, à l’inverse, de résilier le contrat aux torts exclusifs du franchisé, balayant un à un ses arguments.

    Le manque de rentabilité ? « L’insuffisance de marge dégagée par (le franchisé) ne peut caractériser une faute contractuelle imputable (au franchiseur »), répond la cour.

    Le manque de formation (non contredit par le franchiseur) ? « Aucune demande de formation » complémentaire n’a été adressée au franchiseur avant que le franchisé ne cesse de payer ses redevances. Le grief n’est donc « pas valable » pour justifier cette suspension.

    Le manque d’assistance ? Le courrier du franchisé a été suivi d’une visite un mois plus tard assortie de recommandations (comme la réduction du personnel). Le rapport de visite (du franchiseur) a mis « en lumière un dysfonctionnement interne » à la société franchisée. Et un courrier ultérieur de l’enseigne « démontre (qu’elle) a envoyé plusieurs (employés…) pour pallier les difficultés récurrentes de son franchisé liées à l’instabilité de son équipe (…)».

    Pour la cour, « ces éléments prouvent que (le franchiseur) a respecté son obligation d’assistance et de conseil ».

    Assistance : « une obligation de moyens », pas de résultat

    Peu importe qu’au final, ces « éléments » n’aient pas permis au franchisé de s’en sortir. Pour les magistrats de la cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4), «Si, pendant l’exécution du contrat, le franchiseur est tenu de procurer une assistance, celle-ci est de nature exclusivement technique et commerciale et constitue une obligation de moyens. » Et pas de résultat. «Le franchisé est un commerçant indépendant seul responsable de la gestion de son entreprise. »

    Ce qui compte aux yeux des juges, ce sont les signes, les preuves (écrites) de l’existence d’une assistance. Pas sa qualité ou son efficacité. Précisons que la société du franchiseur, qui revendiquait 38 unités début 2013, dont 31 en franchise, a été placée en liquidation judiciaire en janvier 2016.

    A lire aussi sur le sujet :

    L’article paru dans la lettre du cabinet Simon associés, n° de décembre 2017, page 8

    A lire également

    • L’enseigne L’Orange Bleue se renforce dans le Val d’Oise
      20 Fév 2018

      Deux nouveaux licenciés, Patricia Monnier et Stéphane Bustos ont rejoint le réseau de fitness L’Orange Bleue Mon Coach Fitness. Leur nouveau club est ouvert depuis la mi-janvier 2018 dans la commune d’Argenteuil. Accompagnés de leurs deux coachs diplômées d’État, ils accueillent leur clientèle dans une ambiance chaleureuse, conviviale et sportive. Dans leur offre : 50 cours… Lire la suite

    • Hamburger et pizza en franchise sont-elles des activités concurrentes ?
      20 Fév 2018

      La cour d’appel de Paris a validé, le 13 décembre dernier, une clause de non-concurrence incluse dans le contrat d’un franchiseur de hamburger. Une clause définissant un périmètre de protection du réseau très large. La clause prévoyait ainsi que les parties s’interdisaient, pendant toute la durée du contrat, « de créer, participer, exploiter ou s’intéresser d’une quelconque manière,… Lire la suite

    • Tryba essaime et déploie son nouveau concept de point de vente
      20 Fév 2018

      Tryba a inauguré 12 espaces conseil en 2017. Précisément, l’enseigne a ouvert 6 nouvelles concessions, à Clisson (44), Rennes (35), Châtenoy-en-Bresse (71), Niort (79), Marmande (47) et Saint-Dié-des-Vosges (88). Et 6 points de vente secondaires, rattachés à des concessions existantes. Le spécialiste en fenêtres, portes et volets affichait ainsi, fin décembre, 310 unités au compteur…. Lire la suite

    • Préservation du Patrimoine est élue Révélation de la Franchise 2018
      20 Fév 2018

      C’est un jeune réseau ambitieux qu’ont choisi de récompenser cette année les jurés du concours des Révélations de la Franchise. Lancé en propre en 2005, ouvert à la franchise l’an dernier et déjà à la tête de 10 unités sous cette forme à ce jour, Préservation du Patrimoine, c’est son nom, vise pas moins d’une… Lire la suite

    • Le Kiosque à Pizzas, « Meilleure enseigne 2018 » pour la 2ème fois
      16 Fév 2018

      N°1 en nombre de points vente sur le marché français de la pizza à emporter, avec 392 magasins gérés par 272 propriétaires indépendants, la licence de marque Le Kiosque à Pizzas a décroché, pour la deuxième année consécutive,  le titre de « Meilleure enseigne 2018 », attribué par le magazine Capital. Notée 7,85/10, la chaîne concourrait dans la… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Réseaux de franchise : l’instance de dialogue social n’est plus obligatoire
      15 Fév 2018

      « L’article 64 de la loi n° 2016‑1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels est abrogé ». C’est en ces termes (article 7) que le Sénat a adopté ce mercredi 14 février l’abrogation de l’article 64 de la loi Travail, en deuxième lecture… Lire la suite

    • Une clause de non-concurrence post-contractuelle annulée en appel
      12 Fév 2018

      La cour d’appel de Paris vient d’annuler la clause de non-concurrence post-contractuelle d’un contrat de franchise, avec des arguments intéressants à connaître. D’autant que cette clause figure dans tous les contrats du réseau concerné. Et que des clauses du même type peuvent se rencontrer également dans d’autres réseaux. Le litige éclate en 2011. Il porte… Lire la suite

    • Assistance du franchiseur : une obligation de moyens, selon les juges
      05 Fév 2018

      La Cour d’appel de Paris a débouté, le 20 décembre 2017, un franchisé qui réclamait d’importantes indemnités à son ex-franchiseur, notamment pour défaut d’assistance. Le litige commence en 2011. Après quelques mois d’activité, le franchisé d’un jeune réseau rencontre de grandes difficultés financières. Il suspend le paiement de ses redevances puis sollicite par courrier une… Lire la suite

    • Une clause d’approvisionnement exclusif validée en cassation
      30 Jan 2018

      Par deux arrêts du 20 décembre dernier, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de deux franchisés qui contestaient la validité d’une clause d’approvisionnement exclusif. Leurs contrats de franchise prévoyaient qu’ils devaient, pour le produit essentiel de leur concept de boulangerie, s’approvisionner exclusivement auprès d’un fournisseur désigné. Entre autres arguments, les ex-franchisés affirmaient que… Lire la suite

    • Passeport pour la franchise 2018 : inscriptions ouvertes jusqu’au 30 avril
      24 Jan 2018

      Après Tailor Corner en 2014, Syndic Experts en 2015, Persillé, Maison de Viande en 2016 et Ecureuil Vert en 2017, quel sera le lauréat de la 5ème édition du concours Passeport pour la Franchise, organisé par le cabinet Gouache avocats, lancée le 9 janvier dernier ? La réponse sera connue le 28 juin prochain. Il reste encore deux mois pour participer à ce… Lire la suite

    REED EXPO PARIS 2018 RECT
    Trouvez votrelocal