Fermer
Secteurs / Activités

    Benjamin Bohbot, responsable développement franchise KFC - Interview du 4 mars 2014

    Notre objectif d’ici 5 ans est de doubler la taille du réseau et de tripler le nombre de restaurants KFC en franchise.

    Où en est  développement de KFC en France ? Quelle est à ce jour la part des restaurants exploité par des franchisés ? Comment prévoyez-vous de la faire évoluer et quels sont vos objectifs d’expansion ?
    KFC a atteint le seuil de 160 restaurants en France, exploités pour moitié par des partenaires franchisés : c’est une tendance qui s’accentue puisque cette part n’était que d’un tiers il y a 4 ans. Notre objectif est de la porter de 50 % à 75 voire 80 %, et ainsi de devenir un réseau majoritairement franchisé.
    En matière d’expansion, nous souhaitons garder le cap, avec une accélération de la franchise, qui va constituer le moteur de notre développement. Notre objectif est de doubler la taille du réseau d’ici 5 ans, et de tripler le nombre de restaurants en franchise dans le même temps, soit environ 160 restaurants sur 320.
    Nous avons déjà accéléré nos ouvertures en 2013, avec une quinzaine de nouveaux restaurants. Nous prévoyons une vingtaine d’implantations en 2014, puis 20 à 25 inaugurations par an sur les années à venir.
    Aujourd’hui, 42 partenaires franchisés exploitent environ 80 restaurants KFC : pour la grande majorité, ils sont déjà multi sites. En moyenne dans le réseau, on compte deux restaurants par franchisé. Mais certains n’ont pas eu le temps de se développer car ils viennent seulement de nous rejoindre : les franchisés en activité depuis plus de 3 ans exploitent en moyenne 3 restaurants.
    Notre souhait est donc que chaque franchisé soit à la tête de 3 restaurants à terme. L’expansion du réseau passera ainsi par le développement des partenaires en place, mais aussi par le recrutement de nouveaux franchisés, à raison d’une trentaine de partenaires supplémentaires d’ici 5 ans.

    Comment prévoyez-vous d’atteindre vos objectifs et quels sont vos critères d’implantation ? Quelle sera la part de la succursale et de la location-gérance ?
    Les 20 ouvertures prévues pour 2014 sont pour l’essentiel signées et déjà bien avancées. Elles auront lieu sur toute France, avec un tiers d’implantations sur des villes où KFC n’est pas encore présent et quelques ouvertures en Ile-de-France pour continuer à mailler la région. Nous ouvrirons très peu de succursales dans les années qui viennent, et nous prévoyons de recentrer notre activité en propre sur quelques régions spécifiques.
    Nos critères d’implantations consistent à cibler des zones de chalandise au minimum de 50 000 habitants à 10 minutes. Notre choix porte sur des emplacements de qualité, très visibles, accessibles, proches de la population et des bassins d’emplois, donc générateurs de commerce. C’est notre premier critère, juste avant la qualité de l’opérateur.
    Notre stratégie consiste aussi à recruter un opérateur local, le franchisé, qui s’implante dans la durée et se dédie exclusivement au développement de l’enseigne KFC dans sa région. Cela nous permet un développement commercial plus qualitatif dans la durée, car un franchisé est capable de développer une qualité opérationnelle viable pour le client beaucoup plus rapidement.
    C’est KFC qui se charge de rechercher et valider l’emplacement, et de construire le restaurant car nous nous développons quasi-exclusivement en location-gérance et nous avons développé cette expertise, qui fait partie de notre structure. Nous ne cherchons pas dans un premier temps des candidats avec des qualités de développeur ou de promoteur, mais nous n’excluons pas un apport du local par un franchisé en pleine propriété. En fait, le succès de la location-gérance nous permet même d’envisager la franchise totale, dans un premier temps avec des partenaires existants.

    Comment a évolué l’activité de votre réseau en 2013 ? Comment vous positionnez-vous par rapport à la concurrence ? 
    En tendance globale, le secteur de la restauration a été en difficulté en 2013, mais KFC s’en est très bien tiré à périmètre constant, avec une très légère progression de notre activité (de l’ordre de +1 %) qui s’explique par le développement de notre notoriété et notre positionnement qualité/prix. Deux effets se sont un peu annulés : la contraction générale de la consommation et le développement commercial de KFC.
    KFC se positionne sur marché très dense, où les concurrents ne manquent pas d’idées et où les enseignes se tirent vers le haut. En période de crise, nous devons garder l’œil sur notre tarification, afin de proposer offre pertinente dans toutes les gammes de prix et de nous adapter à l’évolution du marché, comme nous le faisons en proposant un sandwich à 2 €.
    Nous restons sereins parce que personne ne viendra jamais chercher KFC sur ses platebandes : notre atout, c’est notre offre de poulet de qualité, non reconstitué donc plus qualitatif. Notre notoriété est bonne, notre attractivité est certaine et une confiance s’est créée avec les consommateurs : il y a 10 ans, notre offre était encore très américaine. Aujourd’hui, KFC s’est très largement adapté au marché français, et est très bien implanté dans la plupart des grandes agglomérations françaises : on fait partie du paysage !

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur KFC

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise KFC
    Consultez l'Indicateur de la Franchise