Fermer
Secteurs / Activités

    Licence de marque : un candidat récupère les 30 000 € versés pour une réservation de territoire

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

    La cour d’appel de Paris vient d’annuler un contrat de réservation de territoire  accordé par une enseigne se développant en licence de marque. Motifs : un DIP incomplet et une confusion entretenue avec la franchise.

    La cour d’appel de Paris vient d’annuler, à sa demande, le contrat de réservation d’un entrepreneur tenté par une enseigne développée en licence de marque

    La première rencontre a lieu en mars 2012, au Salon de la franchise de Paris. Peu de temps après, le 4 avril, l’enseigne adresse au candidat un DIP (Document d’information précontractuelle) pour une implantation à Versailles.

    Le 10 juillet, un contrat de réservation d’une durée de 12 mois est signé contre versement de 29 900 € TTC. Le contrat prévoit classiquement que cette somme sera affectée au droit d’entrée si le point de vente ouvre dans le délai d’un an. Dans le cas contraire, elle sera perdue pour le candidat, au titre de l’indemnité d’immobilisation du territoire réservé.

    Mais dans la période, la marque-enseigne propose au candidat un emplacement… à Poitiers. C’est là que le bât blesse. En octobre, le candidat adresse différents courriels (au bailleur de Poitiers et à l’enseigne) qui dénotent sa désorientation. Dans l’un d’eux, il se déclare « circonspect sur la manière dont se déroulent les différents points du dossier ». Et, le 12 décembre, il demande à l’enseigne de lui rembourser la somme versée.

    Entre autres motifs pour abandonner son projet il invoque :

    -des frais de travaux et de location plus élevés qu’annoncés,

    -un investissement trop important au regard de la rentabilité potentielle,

    -un emplacement trop éloigné (Poitiers au lieu de Versailles).

    Sans réponse de la marqueenseigne, il l’assigne en justice. En mai 2015, le tribunal de commerce de Paris refuse d’annuler le contrat mais condamne la tête de réseau à rembourser à l’ex-candidat la moitié de la somme (14 500 €), avec exécution provisoire.

    Une information précontractuelle « imprécise et erronée »…

    Cour-AppelSaisie, la cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 5) annule le contrat de réservation.

    Pour les magistrats, le DIP remis n’est « pas conforme aux exigences » de la loi. « Incomplet », il « ne comprend pas en annexe les comptes annuels » de l’année précédant la signature du contrat, « ne précise  nullement la nature et le montant des dépenses et investissements spécifiques à la marque » auxquels le candidat « devra procéder avant de commencer l’exploitation » et « fait état d’informations anciennes (de 2004) concernant le marché local de l’agglomération de Versailles ».

    En outre, l’information précontractuelle délivrée est jugée « imprécise et erronée, en ce qu’elle se réfère tout à la fois à la (licence) de marque et à la franchise, alors que ces deux modes d’exploitation sont très différents (…) ».

    …Et une confusion « entretenue » avec la franchise

    « Cette confusion a au surplus été entretenue, notent les magistrats, par la remise, (avant) l’envoi du DIP, (…) d’une plaquette publicitaire se référant exclusivement à la franchise et mettant en exergue les prestations conséquentes d’assistance (de la marqueenseigne) et, (après) la signature du contrat de réservation, d’un livret d’accueil manifestement rédigé à destination des franchisés. »

    Si l’intention de tromper le candidat n’est pas prouvée aux yeux de la cour, l’information délivrée par l’enseigne l’a cependant « induit en erreur ».

    Une erreur « déterminante pour son consentement », « eu égard d’une part à son caractère substantiel, et, d’autre part, à sa dénonciation récurrente par l’intéressé dans les mois qui ont suivi la signature (…). »

    « De sorte que le contrat (de réservation) est entaché de nullité. » Pour la cour d’appel, le candidat doit donc être intégralement remboursé.

    A lire aussi sur le sujet :

    -L’article de Maître François-Luc Simon « Nullité du contrat de réservation » paru sur « La lettre des réseaux »

    A lire également

    • Business Power Lille : deux jours pour devenir franchisé dans les Hauts-de-France
      20 Juil 2018

      Créateur ou dirigeants d’entreprise dans les Hauts -de-France, Business Power est fait pour vous. Renommé, afin de mieux traduire son ambition d’accompagner les entrepreneurs tout au long de leur parcours, l’ancien Salon Créer revient les 10 et 11 septembre au Grand Palais de Lille. Pour deux jours de rencontres, de conseils, d’ateliers et de réseautage…. Lire la suite

    • FCA veut accélérer dans la rénovation thermique de l’habitat
      19 Juil 2018

      Elle fête en 2018 ses 30 ans d’existence mais voit déjà bien au-delà… L’entreprise FCA, spécialiste de la rénovation thermique de l’habitat, a profité de cet anniversaire pour réaffirmer ses ambitions : atteindre 40 agences ouvertes  et 40 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2028. Huit ans après ses débuts en franchise – elle s’est… Lire la suite

    • Élancia, une franchise de fitness qui se veut différente
      19 Juil 2018

      Christophe Delouche, le créateur d’Élancia, a commencé son parcours en devenant responsable d’une salle de fitness à Lyon en 1995. Un an plus tard il se met à son compte et achète une salle de sport à Chalon-sur-Saône. Il l’exploitera pendant deux ans, avant de la vendre pour créer début 1998 un nouveau centre de… Lire la suite

    • Ô Sorbet d’Amour accélère son développement en franchise
      18 Juil 2018

      Avec l’ouverture de sept nouvelles boutiques en franchise au cours du premier semestre 2018, Ô Sorbet d’Amour, l’enseigne dirigée par Pascal Hamon a de quoi être satisfaite et nourrit de belles ambitions pour l’avenir. Le réseau regroupe en effet désormais 24 boutiques en France et à l’étranger, et la marque é été élue « meilleure glace de l’année » pour la… Lire la suite

    • Franchise Midas : des opportunités de créations et de reprises
      17 Juil 2018

      Référence du monde de la franchise, présente sous cette forme  en France depuis 1979, Midas n’en a pas fini avec le développement. Déjà à la tête de 357 centres sur le territoire (à fin septembre 2017), l’enseigne de réparation rapide automobile continue d’inaugurer une vingtaine d’unités chaque année. Elle s’est par exemple installée depuis janvier… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Déséquilibre significatif : un franchisé débouté en cassation
      11 Juil 2018

      Le 30 mai dernier, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi d’un franchisé qui invoquait notamment l’existence dans son contrat d’un « déséquilibre significatif ». Déséquilibre qui contribuait à justifier à ses yeux sa résiliation du contrat et son passage à la concurrence, après presque 20 ans de partenariat. Pour le franchisé, il y avait déséquilibre… Lire la suite

    • Nullité du contrat : le franchisé aurait dû mieux se renseigner, affirment les juges
      27 Juin 2018

      Voilà un litige comme il en survient encore trop souvent entre des acteurs de la franchise. Un cadre commercial veut se reconvertir. Il choisit, en 2012, un réseau qui lui paraît prometteur. Et un concept adapté à son profil puisque l’activité repose en grande partie sur les capacités commerciales de l’exploitant. Le réseau ne pratique… Lire la suite

    • Résiliation anticipée du contrat de franchise : ce qu’il peut en coûter
      20 Juin 2018

      La cour d’appel de Paris vient de condamner un franchisé pour avoir résilié son contrat avant son terme. Dans ce litige, le contrat de franchise est signé pour 5 ans en mars 2013. Assez vite le franchisé – l’un des premiers du réseau – rencontre des difficultés, cesse de payer ses redevances et, fin 2014,… Lire la suite

    • Site pilote en franchise : en faut-il plusieurs ?
      13 Juin 2018

      La cour d’appel de Paris a refusé récemment d’accorder à un ex-franchisé la nullité de son contrat. Le franchisé affirmait tout d’abord que son consentement avait été vicié car le franchiseur ne lui avait pas remis de DIP (Document d’information précontractuel) dans les délais prévus par la loi. La cour d’appel écarte ce motif en rappelant… Lire la suite

    • Un contrat de franchise Dépil Tech annulé
      05 Juin 2018

      Le tribunal de commerce de Nice vient d’annuler, le 14 mai 2018, un nouveau contrat de franchise Dépil Tech. Une annulation qui s’ajoute à deux autres prononcées le 25 janvier par le même tribunal. Cette fois les juges ordonnent, en conséquence de la nullité du contrat, le remboursement de 26 400 € réglés en 2015… Lire la suite