Fermer
Secteurs / Activités

    Témoignage de Laure Saillour, première femme franchisée du réseau Attila

    Elle a exercé tous les métiers, ou presque, mais c’est dans la maintenance des toits que Laure Saillour a trouvé un challenge à sa hauteur. Première femme franchisée du réseau Attila, elle témoigne.

    Elle a été conseillère en formation, gestionnaire de patrimoine, a vendu des jeans, du vin, des berlines de luxe et même un temps assuré la gérance d’un château du 19ème siècle… A 48 ans, Laure Saillour a eu, c’est peu dire, une vie professionnelle bien remplie. “J’aime le changement et le challenge !”, résume-t-elle, sourire aux lèvres.

    Le coup de cœur pour un concept

    Laure-Saillour-EA-AttilaC’est au printemps 2016 que, justement en quête d’un nouveau projet, Laure découvre la franchise d’entretien de toitures Attila. “J’ai trouvé le concept génial et l’enseigne en était au stade idéal pour moi : après dix ans d’existence elle avait une maturité rassurante, sans que rien de soit figé. J’allais pouvoir apporter ma pierre à l’édifice”. Un cabinet de recrutement externe sélectionne sa candidature. Le franchiseur, lui, la validera quelques semaines plus tard. “Il était ravi qu’une femme, la première, veuille rejoindre son réseau !”. Le tempérament dynamique et les qualités commerciales de Laure achèveront de le convaincre.

    Un apport personnel constitué par crowdfunding

     “Dès lors, tout s’est enchaîné très vite !”. La candidate mène de front tous les chantiers. N’ayant alors que 10 000 euros en poche, elle doit impérativement trouver des fonds. “Un partenaire a accepté d’investir à mes côtés, puis j’ai sollicité Initiative Sarthe. J’ai surtout bénéficié d’une campagne de crowdfunding incroyablement efficace, via une plateforme spécialisée : en 55 minutes elle a réuni 25 000 € auprès de 155 prêteurs ayant engagé chacun entre 20 et 2 000 €”, raconte-t-elle. Les banques seront moins enthousiastes. La palme revenant à cette conseillère, persuadée qu’une femme ne serait pas capable de réussir dans le bâtiment…  Finalement, la créatrice parvient à emprunter  100 000 euros, qui viennent compléter les 75 000 € réunis au titre de son apport. Parallèlement, elle rencontre quatre franchisés installés afin de profiter de leur expérience. “Je les ai choisis sur des secteurs géographiques qui ressemblaient au miens et selon leur ancienneté dans le réseau : l’un était encore en phase de démarrage, deux autres en vitesse de croisière, le dernier était franchisé depuis plus de cinq ans. Ils m’ont donné leurs chiffres, ce qui m’a beaucoup aidé ensuite pour réaliser les prévisionnels, m’ont prévenu d’un certain nombre de points de vigilance…”

    Déjà 500 000 € de chiffre d’affaires

    Reste à créer l’entreprise, à proprement parler. “Installer le système informatique, la téléphonie, mettre le local aux couleurs d’Attila, préparer les contrats, trouver des techniciens expérimentés prêts à faire confiance à une débutante… Ça n’a l’air de rien mais c’est un boulot colossal”, prévient-elle. Le 15 avril 2017, la franchisée fait le grand saut. “J’ai connu des moments de doute. L’avantage, dans une bonne franchise, c’est qu’on peut les partager avec d’autres et prendre du recul”.

    Laure Saillour a eu raison de rester confiante. Son agence, qui emploie déjà 8 personnes, devrait atteindre 500 000 € de chiffre d’affaires en fin de première année. “Le but étant d’attraper le million dès le deuxième !”, annonce l’insatiable chef d’entreprise.

    60 000 €
    Apport personnel
    26 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur ATTILA

    Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise ATTILA Trouvez votrelocal