Fermer
Secteurs / Activités

      André Barreteau, président-directeur général - Interview du 16 mars 2006

      Les prix des locaux commerciaux nous ont amenés à refuser des dossiers sur des villes qui nous intéressaient.

      Vous lancez un concept de « satellite » La Mie Câline. Pourquoi maintenant et qu’en attendez-vous ?
      Ce format s’adresse aux franchisés des grandes agglomérations (comptant au moins 100 000 habitants). Ils pourront créer 1 ou 2 satellites (60 m²) dans un quartier périphérique, approvisionnés par l’unité principale, en fonction de leurs souhaits, leurs moyens et leurs compétences ; car gérer plusieurs points de vente nécessite des aptitudes particulières. Mais notre but n’est pas de déclencher une guerre pour les parts de marché. La concurrence est précieuse : elle contribue à l’attractivité commerciale des villes.
       
      Votre développement sur des surfaces traditionnelles, qui a connu un fléchissement en 2005, va-t-il se poursuivre ?
      Il est vrai que nous avons ralenti le rythme en 2005. Cela est essentiellement dû à l’ascension du prix des emplacements commerciaux. Nous sommes dépendants de l’évolution du marché de l’immobilier commercial mais nous connaissons également nos seuils de rentabilité et donc les limites des investissements possibles. Et nous avons le devoir de dire non quand ce n’est pas possible. Nous avons ainsi été amenés à refuser des dossiers sur des villes qui nous intéressaient. Il ne faut pas chercher à faire du développement à tout prix mais du développement maîtrisé et rentable. Nous avons la capacité d’ouvrir jusqu’à une vingtaine de boutiques par an, mais si nous ne faisons qu’une dizaine d’inaugurations, ce n’est pas grave.
       
      Votre enseigne est désormais représentée au conseil d’administration de la FFF : comptez-vous y jouer un rôle dynamique ?
      Ma sœur vient d’être élue membre du CA de la FFF, mon épouse s’est impliquée dans l’Association Progrès et Management, et j’ai intégré moi-même le CA de la Fédération de la Boulangerie Industrielle. Ce n’est nullement le fruit du hasard. Nous avons estimé qu’il fallait rendre à ces trois structures ce qu’elles nous avaient donné pour le développement de notre réseau. Cela correspond aussi à un choix interne. Depuis quelques temps, pour préparer l’avenir, nous avons confié plus de responsabilités à une génération de jeunes cadres. Il fallait donner un sens à notre retrait progressif, tout en continuant à apporter notre expérience du terrain mais aussi une vision plus globale de nos métiers. Ce que notre engagement dans ces différentes structures permettra.

      80 000 €
      Apport personnel
      30 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur LA MIE CALINE

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise LA MIE CALINE
      Consultez l'Indicateur de la Franchise