Fermer
Secteurs / Activités

      Caroline Morizot, directrice du développement - Interview du 28 septembre 2006

      Interview
      28 septembre 2006

      Nous travaillons depuis 2 ans sur ce projet pour donner un nouvel élan au groupe et à Point Chaud.

      Le groupe Panidor, qui développe l’enseigne Point Chaud, vient de prendre le nom d'Elancia. S’agit-il d’une évolution stratégique majeure ?
      Cette décision correspond au changement de dimension du groupe, depuis sa création en 1962, à travers la reprise de plusieurs sociétés. Nous avons eu jusqu’à 9 sites de production ! Il faut donner à cet outil industriel une image unique, cohérente, tant en interne qu'en externe. Cela passe par la concentration (et la spécialisation) sur 5 usines, aujourd'hui capables de fournir une gamme très variée de produits. La nouvelle appellation se double d’un véritable projet d’entreprise.
       
      En quoi consiste ce nouveau projet d’entreprise ?
      Nous voulons signifier à nos différents marchés (grandes et moyennes surfaces, restauration hors foyer et terminaux de cuisson) qu’Elancia n'est plus une petite entreprise familiale mais est parvenue à un stade que je qualifie de semi-industriel, avec une envergure régionale. L’objectif immédiat est d’optimiser encore cet appareil productif. Nous avons aussi renforcé la sélection des matières premières dès l’origine. Et nous plaçons l’innovation au centre de nos préoccupations. Cela passe, par exemple, par la participation à Vita-Gora, un pôle de compétitivité régional (en Bourgogne) axé sur le goût, la nutrition et la santé, qui permet de mettre en relation l’entreprise et la recherche, afin de créer plus de valeur ajoutée.
       
      Cette préoccupation industrielle n’obère-t-elle pas la croissance du réseau de boutiques ?

      Je ne crois pas. Tout en poursuivant l'ouverture de nouveaux Point Chaud (environ huit par an avec comme secteurs prioritaires : Paris, l’Est, l’axe rhodanien et les quarts sud-est et nord-ouest du pays), nous continuons l'assainissement du réseau. Nous allons ainsi fermer trois unités, dont une à Lyon, qui ne correspondent plus à la franchise telle que nous la développons aujourd’hui. Quant à la marque Le Fournil d'Olivier, acquise en 2003, nous préparons sa relance pour 2008 sur la base d’un concept haut de gamme. Enfin nous avons mis en place, depuis le début 2006, une cellule internationale, dont est membre notre master franchisé belge, Didier Depreay, président de la fédération locale de la franchise. Deux pays font partie de nos priorités : l’Italie et la Croatie.

      120 000 €
      Apport personnel
      25 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur POINT CHAUD

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise POINT CHAUD
      Consultez l'Indicateur de la Franchise