Fermer
Secteurs / Activités

    Franchises de commerce alimentaire : le chocolat à 100 %

    Les réseaux du chocolat sont toujours très nombreux à vouloir se développer en franchise. Dans le pain et la glace, seuls les leaders renforcent leurs positions.

    Les chocolatiers sont gourmands

    Sommaire

    Pas moins de dix chocolatiers ont répondu à notre enquête de fin 2014. Il y en a pour tous les goûts : chocolat français, praline belge, haut de gamme, pour tous les jours… Et partout : en cœur de ville, en centre commercial, mais aussi en périphérie d’agglomération.

    Malgré la morosité économique ambiante, le créneau du chocolat continue donc d’être dynamique. Profitant à la fois de la dimension “plaisir” du produit et de son statut de cadeau accessible.

    Jeff de Bruges est aujourd’hui avec 436 boutiques, dont 326 en franchise, le premier réseau dans l’Hexagone. Une belle réussite pour le concept créé par Philippe Jambon il y a près de 30 ans. Elle lui a aussi permis d’entamer, il y a plusieurs années, une expansion à l’international.

    Malgré 18 ouvertures en 2014, le vétéran du secteur, Leonidas, a de nouveau vu son parc  se contracter. L’enseigne demeure toutefois incontournable, avec 330 points de vente, et fait d’importants efforts pour inverser la tendance.

    Quant à De Neuville, qui affichait un réseau stable depuis plusieurs années, il a repris l’expansion avec un solde de 6 unités franchisées gagnées en un an.

    Soulignons l’apparition d’un nouveau venu, Gagao, avec un concept un peu différent de “cacaoteria artisanale”.

    De leur côté, les concepts qui visent les retail parks sur des surfaces importantes, comme Chocolats Roland Réauté ou Chocolaterie Monbana, ont maintenu ou renforcé légèrement leurs positions. À noter qu’en 2015, Le Marché au Chocolat, le concept de périphérie testé depuis un an par De Neuville, devrait entrer à son tour dans la course.

    Enseignes du même secteur