Fermer
Secteurs / Activités

    Pierre Martin-Glinel, président

    Nous souhaitons implanter une trentaine de boutiques franchisées dans L’Hexagone

    Vous souhaitez avoir désormais recours à la franchise pour accélérer votre expansion. Pourquoi aujourd’hui ?
    C’est une question qui aurait peut-être pu se poser plus tôt. Mais pendant longtemps, le Savour Club, dont l’origine remonte à 1964, a vécu sur sa renommée. L’évolution économique, et en particulier celle de la vente par correspondance, qui était notre cœur de métier, nous a amené à chercher de nouveaux vecteurs de croissance. Le recours à la franchise, qui doit nous permettre d’étendre et de transformer notre réseau de boutiques, fait partie d’un plan plus général qui a pour but de faire passer notre chiffre d’affaires de 40 à 53 M€ d’ici quatre ans. Cela passe par le renforcement de notre ouverture à l’international (nous sommes désormais présents en Chine). Mais aussi par le développement d’un site Internet marchand, pour lequel, après des tâtonnements, nous pensons avoir trouvé le bon modèle économique.

    Quels objectifs vous fixez-vous en terme d’expansion du réseau ?
    Nous estimons pouvoir ouvrir une trentaine de points de vente en franchise, à moyen terme. Notre positionnement reste bien sûr qualitatif. Nous ne proposons que des crus sélectionnés par nos équipes. C’est ce qui nous distingue, dans un contexte où la consommation de vin, après un recul pendant des années, s’est stabilisée sur un niveau qualitatif plus élevé que par le passé. Notre notoriété et notre savoir-faire sont des atouts dont vont pouvoir profiter nos partenaires, qu’ils s’implantent en centre-ville (dans une rue ou un quartier à dominance alimentaire), en entrée de ville (à proximité de locomotives alimentaires), ou en drive’in dans une zone commerciale. J’ajoute que, pour élaborer notre projet de franchise, nous avons pris conseils auprès de spécialistes comme de créateurs de réseaux.

    Quel concept proposez-vous à vos futurs partenaires ?

    Nous avons ouvert notre première cave en 1979 et compté jusqu’à 15 boutiques mais avons du en fermer 3. Jusqu’à présent, elles étaient toutes, à l’exception d’une seule, implantées dans des parkings, sans visibilité sur la rue. La notoriété du Savour Club suffisait. Les clients pouvaient s’y garer et repartaient avec des cartons de 12 bouteilles. Aujourd’hui ce positionnement ne suffit plus. Nous avons donc conçu un modèle de boutique, à l’aménagement entièrement modulable en fonction de la surface, qui est déjà opérationnel à Paris-16ème et le sera bientôt à Lyon. Nous proposons un contrat de 7 ans, comprenant une obligation d‘achat à hauteur de 85 % auprès de notre centrale : Les Chais du Savour. De notre côté, nous apportons une large palette de services : l’accès à notre fichier de clientèle, de nombreux supports de vente, des animations régulières, etc.

    Enseignes du même secteur