Fermer
Secteurs / Activités

      Jérémy Gay, Directeur Général du réseau de franchise Dépil Tech - Interview du 23 novembre 2020

      Interview
      23 novembre 2020

      Nous ne comprenons pas pourquoi les centres Dépil Tech sont fermés, alors que nous appliquons un protocole d’hygiène strict au quotidien.

      Jérémy Gay, Directeur Général du réseau, franchise Dépil Tech

      [Propos recueillis le 16 novembre 2020 : les centres Dépil Tech ont été autorisés à ouvrir leurs portes à partir du 28 novembre 2020.]

      Quel est l’impact de la situation sanitaire sur l’activité du réseau ?

      Comme n’importe quel commerce non-essentiel, le réseau est aujourd’hui fermé au public, comme lors du premier confinement, qui a entraîné 3 mois de fermeture pour nos unités implantées en centre commercial (une quinzaine sur 107 au total). Dans un premier temps, nous avons eu un peu de mal à comprendre pourquoi nous deviens fermer, car l’esthétique applique un protocole d’hygiène et de désinfection du matériel déjà strict au quotidien. Nous cherchons à renforcer nos protocoles pour pouvoir rouvrir au plus vite : s’il faut en faire plus, nous sommes prêts à investir. De plus, nous pratiquons nos soins sur rendez-vous, donc nos centres ne reçoivent pas un public de masse, contrairement aux grandes surfaces alimentaires.

      En mai dernier, quand les centres Dépil Tech ont réouvert après le premier confinement, ils ont très bien travaillé car ils ont reçu beaucoup de demandes de rendez-vous. Les clients se sont dit que c’était peut-être le bon moment pour une épilation définitive, après trois mois de fermeture et avant un éventuel reconfinement. Cela nous a permis d’enregistrer, au 31 octobre 2020, une hausse de 3,5 % de notre chiffre d’affaires par rapport à l’année précédente, malgré trois mois de fermeture.

      Le côté positif de la situation, c’est que nos centres ont pu tenir le coup en termes de trésorerie pendant deux-trois mois, mais attention : le chiffre d’affaires facturé depuis la réouverture, ce n’est pas du bénéfice. En effet, dans notre activité, les clients paient en plusieurs fois donc le chiffre d’affaires facturé n’est pas encore encaissé. C’est pourquoi, même si nos franchisés ont tenu face à la première vague, certains auront du mal à passer le cap de la deuxième vague, si le confinement dure trop longtemps.

      Dépil Tech est un très beau réseau, une entreprise française qui fait travailler 400 collaborateurs directs et indirects. C’est pourquoi nous ne comprenons pas pourquoi nos centres sont fermés alors que nous appliquons un protocole d’hygiène strict : notre activité aurait pu continuer dans de bonnes conditions. D’ailleurs, nous n’avons enregistré aucun cluster au moment du déconfinement. C’est dommage de ne pas penser aux PME : nous avons besoin de plus de soutien.

      Quelle est la situation des centres Dépil Tech depuis le reconfinement du 30 octobre dernier ?

      Nos centres franchisés sont fermés : ils ne peuvent pas faire grand-chose. Certains en profitent pour procéder à un nettoyage complet, passer un coup de peinture et se réorganiser. Par exemple commander des produits pour la réouverture car il existe un protocole spécifique à notre activité (que nous avons reçu un mois après le premier déconfinement !). Il nécessite des affichages, du gel, des produits bactéricides, fongicides etc.

      Le siège continue de travailler sur les sujets marketing, informatique, formation… Mais aussi sur la stratégie de la marque, pour cette année et pour l’année prochaine. Si l’on fermait pendant deux à trois mois, cela nous ferait perdre du retard sur la stratégie : il est impossible d’arrêter la machine. Au contraire, il faut faire en sorte que nos clients ne nous oublient pas, afin qu’ils soient présents à la réouverture : c’est ce qui s’est passé en mai

      Les franchisés sont un peu moins inquiets que lors du premier confinement, parce qu’ils pensent que les clients vont être de nouveau là au moment de la réouverture. Afin de les rassurer, nous devons anticiper cette réouverture : on ne peut pas rouvrir du jour au lendemain. C’est pourquoi nous devons essayer de savoir à quel moment on va pouvoir réouvrir. Cela risque d’être difficile en termes de trésorerie si la fermeture dure jusqu’au mois de février. Certains évoquent une ouverture 15 jours avant Noël, puis une refermeture en janvier… Mais nous sommes sur du service, pas sur du retail : en 15 jours, on ne va pas pouvoir recevoir tous nos clients !

      Quelles dispositions avez-vous prises pour accompagner vos franchisés durant cette période ?

      Franchise_Beaute_Depil_Tech_VitrineDépil Tech fêtera ses dix ans l’année prochaine donc nous avons des échanges avec nos franchisés régulièrement, car nous sommes encore une entreprise à taille humaine : une trentaine de personnes travaillent au siège. Depuis deux ans, nous avons aussi mis en place un conseil consultatif composé de 7 franchisés, un par région. C’est dans ce cadre que nous échangeons au quotidien sur les projets en cours.

      Dépil Tech est une belle marque, mais aussi un réseau de franchisés, donc un réseau de chefs d’entreprise indépendants qui ont des charges à payer et qui n’ont pas forcément droit à toutes les aides de l’Etat. De plus, ces aides restent faibles. Même en bénéficiant de la prise en charge par l’Etat du chômage partiel, il reste toutes les autres charges à payer : loyers, redevances de franchise, remboursements d’emprunt, Urssaf… Même si on peut décaler les échéances, il faut quand même payer.

      En tant que franchiseur, on ne peut pas récupérer l’activité que les centres ont perdue : le siège de Dépil Tech a vu son chiffre d’affaires baisser de 74 % sur les trois mois de fermeture lors du premier confinement. Nous nous sommes un peu rattrapés depuis la réouverture des centres, mais pas autant et, à aujourd’hui, nous avons réalisé moins de chiffre d’affaires en 2020 qu’en 2019.

      Nous prélevons une redevance fixe mensuelle, qui nous permet de payer nos charges fixes, plus une redevance proportionnelle au chiffre d’affaires des franchisés, qui n’a pas lieu d’être quand les centres sont fermés.

      Comment avez-vous fait évoluer votre offre et vos canaux de vente pour vous adapter à la situation actuelle ?

      Afin de maintenir le lien auprès de nos clients, nous avons maintenu notre opération dans le cadre de la Black Week, pour leur permettre de profiter de cette offre annuelle. Car cette opération de vente à distance est l’occasion pour nos franchisés de faire rentrer du chiffre d’affaires.

      De même, nous avons mis en place un partenariat avec le fabricant de produits cosmétiques Institut Esthederm pour la partie click & collect : quand un client Dépil Tech commande sur son site internet, Esthederm reverse 100 % de la marge à l’institut Dépil Tech aulequel ce client est abonné. Mais dans notre activité, la vente de produits cosmétiques reste additionnelle, c’est pourquoi nous sommes prêts à rouvrir et à accueillir nos clients.

      Où en est votre développement en franchise ?

      Dépil Tech compte 107 centres en France dont 12 succursales et 95 unités franchisées. Pour l’instant, le développement se poursuit : on ne note pas de baisse, ni de ralentissement. Après la première vague, c’est même reparti assez fort.

      Nous avons une quinzaine de projets en cours, dont 3-4 avec des franchisés déjà implantés, déjà multi franchisés ou qui veulent devenir multi franchisés par ouverture, rachat, agrandissement ou transfert sur une meilleure localisation. Nous avons aussi de nouveaux franchisés en cours de lancement qui attendent un peu de voir comment la situation va évoluer sur la durée.

      30 000 €
      Apport personnel
      22 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur DEPIL ‘TECH

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise DEPIL ‘TECH
      Consultez l'Indicateur de la Franchise