Fermer
Secteurs / Activités

      Les entrepreneurs attirés par la franchise même en temps de crise, constate l’enquête annuelle - Brève du 12 mai 2021

      La 17e édition de l’Enquête annuelle de la franchise Banque Populaire précise le profil des entrepreneurs attirés par cette forme de commerce indépendant organisé : 72 % d’entre eux étaient salariés avant de se lancer.

      Après un premier chapitre consacré aux effets de la crise sanitaire, la 17ème édition de l’Enquête annuelle de la franchise cherche, dans un deuxième volet rendu public le 4 mai dernier, à comprendre « pourquoi la franchise attire les entrepreneurs ».

      Selon cette étude (*) menée par l’institut Kantar pour la Banque Populaire, en partenariat avec la Fédération française de la franchise, 28 % des Français aimeraient créer leur entreprise, dont 4 sur 10 envisagent de le faire en franchise : une proportion stable par rapport à la précédente enquête (réalisée fin 2019 et publiée en 2020), malgré la crise sanitaire.

      L’accompagnement du franchiseur, première raison de choisir la franchise

      Conseils-DevenirFranchise-Convaincre-banquier

      « La première raison invoquée dans le choix de la franchise est l’accompagnement et les moyens mis à disposition pour développer l’affaire (45 %), devant le fait de bénéficier de la notoriété d’une marque connue (41 %) et de limiter les risques financiers (29 %) », soulignent les auteurs de l’enquête.

      En outre, 62 % des franchisés estiment que présenter un dossier en franchise a joué en leur faveur dans l’obtention de leur financement bancaire (67 % dans le secteur du commerce contre 54 % dans les services). De fait, 84 % des franchisés interrogés ont souscrit un emprunt bancaire pour financer leur projet, « une proportion en hausse sensible (+19 pts) par rapport aux années précédentes », souligne l’étude. Le coût total de la création d’entreprise a été supérieur à 200 000 € pour 42 % des franchisés interrogés, compris entre 100 et 200 000 € pour 21 % d’entre eux et inférieur à 100 000 € pour les 37 % restant.

      Un investissement total supérieur à 200 000 € pour 42 % des franchisés

      Ce deuxième volet de l’enquête annuelle rappelle également que, si les franchisés viennent d’horizons différents, la grande majorité d’entre eux était déjà en activité avant de se lancer : 72 % étaient salariés (dans le secteur privé pour la plupart) et 21 % étaient à leur compte. Parmi ceux (6 %) qui étaient inactifs, on compte 4 % d’étudiants. A noter : 51 % des franchisés en activité sont diplômés de niveau Bac +2 ou plus, 23 % ont le niveau Bac et 26 % « avant Bac ».

      Majoritairement actives dans secteur du commerce (55 % contre 45 % dans celui des services), les implantations en franchise sont globalement réparties sur l’ensemble du territoire, « même si elles se concentrent davantage dans l’Ouest (25 %) et le Sud-Est (27 %) », relève l’étude. Elles sont, pour plus des deux tiers, situées dans des villes (hors Île-de-France) de plus de 20 000 habitants (34 % entre 20 000 et 100 000 habitants, 33 % dans une ville de plus de 100 000 habitants).

      (*) Réalisée par téléphone du 4 au 25 septembre 2020 auprès d’un échantillon représentatif de 400 franchisés, constitué d’après la méthode des quotas (date de création de l’entreprise, secteur d’activité, région).

      A lire aussi :

      Face à la crise, la franchise a globalement bien résisté en 2020

      Les franchisés s’estiment mieux protégés face à la crise, selon l’enquête annuelle