Fermer
Secteurs / Activités

    Sébastien Chapalain, Président de la franchise Class’croute

    Class’croute a 30 ans et compte 140 points de vente : nous voulons doubler la taille du réseau qui a encore du potentiel sur la France entière.

    Sébastien Chapalain, Président de la franchise de restauration rapide class'crouteVous venez de procéder à une opération de rachat avec le fonds FrenchFood Capital : pourquoi et quelles sont les conséquences pour l’actionnariat de Class’croute ?

    Class’croute était jusqu’à présent détenu aux deux tiers par des personnes physiques et pour un tiers par des fonds minoritaires, présents au capital depuis quinze ans. Dans le cadre de notre stratégie de développement, il était important de redonner du dynamisme à l’entreprise, avec des moyens financiers et humains. D’où l’arrivée de FrenchFood Capital au sein de Class’croute.

    Comment prévoyez-vous de faire évoluer la stratégie du réseau pour renforcer vos positions sur le marché de la restauration rapide à la française ?

    La stratégie du réseau ne change pas, mais l’arrivée de FrenchFood Capital va nous permettre d’accélérer principalement sur trois leviers : le développement, le digital et les services.

    L’atout principal de Class’croute sur son marché c’est son ancienneté, donc sa solidité. Quand j’ai été recruté en 2017, je me suis rendu compte que l’entreprise n’a jamais arrêté de croître en chiffre d’affaires : c’est encore le cas à périmètre constant sur l’exercice 2019.

    Le réseau s’est également toujours développé en nombre de points de vente, même si une tentative de diversification, avec le rachat de Joosbayoo en 2012, n’a pas fonctionné. Nous avons réalisé 14 ouvertures en 2019 comme en 2018, contre 5 à 6 ouvertures par an les années précédentes.

    Quels sont vos objectifs de développement en franchise pour 2020 ?

    L’enseigne a trente ans et compte 140 points de vente : elle a encore du potentiel sur la France entière. C’est pourquoi Class’croute va revenir sur le salon Franchise Expo Paris (où elle n’était plus présente depuis quelques années) pour redonner un coup de boost au développement avec de nouveaux franchisés. Nous misons aussi sur nos franchisés existants pour accroître le maillage territorial.

    En 2020, nous programmons 26 ouvertures, dont quasiment la moitié est déjà engagée, et nous prévoyons d’accélérer sur le second semestre. Grâce à l’arrivée de FrenchFood Capital, nous allons aussi ouvrir le champ des possibles : reprise de petits réseaux, portage, location-gérance… A terme, nous voulons doubler la taille du réseau : ce plan de développement repose sur une analyse ville par ville de notre potentiel basé sur nos propres clients, réalisée grâce à un algorithme mis au point par une start up.

    Class’croute est exclusivement implantée en zones d’activité et en quartiers d’affaires, sur la route des actifs : de ce fait, elle peut s’implanter dans de très grandes villes comme dans de toutes petites villes. Nous pouvons encore dupliquer le concept sur celles où il n’est pas encore présent. Mais aussi sur Nantes, Bordeaux ou Toulouse où nous n’avons que deux points de vente, alors que notre potentiel dans ces agglomérations est de quatre à six unités.

    Nous souhaitons aussi redéployer Class’croute en gares et aéroports, et accélérer sur le concept de corner en entreprise : on en compte une dizaine aujourd’hui. L’idée est d’accélérer ce déploiement avec nos franchisés qui ont déjà une cuisine centrale en région.

    Quels profils de franchisés recherchez-vous ?

    Intérieur de restaurant class'croute en franchise au nouveau conceptNous avons une préférence pour les cadres de l’agroalimentaire et les commerçants d’une quarantaine d’années. Ouvert du lundi au vendredi de 7h à 15h, au rythme des actifs, un restaurant emploie en moyenne une dizaine de salariés.

    Pour devenir franchisé Class’croute, il faut prévoir un niveau d’investissement initial de 200 à 250 000 € dont 30 % d’apport personnel. Grâce à l’arrivée de FrenchFood Capital, nous allons être capable d’aider un très bon candidat à ouvrir son restaurant, même s’il est un peu court en investissement.

    Comment prévoyez-vous de faire évoluer votre stratégie digitale ? Quels services allez-vous déployer ?

    Le volet digital est important : c’est le deuxième pilier de notre stratégie. Class’croute a été une des premières enseignes à lancer la commande en ligne et l’arrivée de FrenchFood Capital va nous permettre de mener à bien de nouveaux projets : site marchand, réseaux sociaux, présence sur Google… Class’croute ne communique pas sur les médias traditionnels car, compte tenu de nos implantations, on n’en a pas besoin, mais nous allons développer une relation one to one avec le consommateur via le digital.

    Le déploiement de notre service de co-working est également d’actualité : c’est le troisième pilier de notre stratégie. Nous continuons les tests initiés dans plusieurs villes, consistant à mélanger « food » et « work » en proposant, par exemple, la privatisation d’un espace au sein de nos restaurants en soirée pour une réunion de dirigeants ou de salariés, une présentation de produits, etc. Les résultats sont extrêmement positifs, et même au-delà de nos attentes, avec des progressions à deux chiffres. Nous sommes en train de conceptualiser ce nouveau service car nous avons l’offre, nous avons l’espace et ça fonctionne.

    120 000 €
    Apport personnel
    30 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur CLASS’CROUTE

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise CLASS’CROUTE