Fermer
Secteurs / Activités

    Le marché du jouet, après les reprises de La Grande Récré et de Toys’R’Us

    Les récents bouleversements intervenus dans la distribution du jouet avec les reprises pratiquement concomitantes de La Grande Récré et de Toys’R’Us France sont-elles le signe d’une crise du marché ? Quelques éléments de réponse.

    ToysLe 8 octobre, le tribunal de commerce d’Evry a scellé le sort de la filiale française de Toys’R’Us, en redressement judiciaire depuis le mois de juillet, en retenant l’offre de Jellej Jouets, associé à l’enseigne Picwic, elle-même liée à la famille Mulliez. Le rapprochement prévu de Toys’R’Us et de Picwic devrait débuter début 2019

    La Grande RécréUne semaine plus tôt, le tribunal de commerce de Paris avait validé le plan de continuation du groupe Ludendo, propriétaire de La Grande Récré et représenté par Jean-Michel Grunberg, PDG de l’enseigne. Celui-ci s’est allié à la Financière immobilière bordelaise (FIB), un fonds spécialisé dans l’immobilier commercial dirigé par Michel Ohayon, qui a pris 36 % du capital du groupe et dispose d’une option pour monter à 95 % avant la fin de l’année.

    Si ces dénouements ont représenté un soulagement pour les fabricants de jouets, qui étaient suspendus, à quelques semaines de Noël, aux difficultés financières de deux réseaux représentant ensemble près de 18 % du marché hexagonal, ils ont renforcé les interrogations sur le secteur du jouet, et sur l’avenir de la distribution spécialisée sur ce créneau. D’autant que dans sa patrie d’origine, Toys’R’Us, le géant américain du jouet fondé en 1948, a été mis en liquidation judiciaire en mars et a fermé ses 800 magasins répartis à travers le pays. Mais rappelons aussi qu’en 1999, Toys R’Us avait déjà fermé la majorité de ses magasins en France.

    Alors qu’en est-il réellement ?

    Un marché mature mais de plus en plus concurrentiel

    Et d’abord quid du marché lui-même ? Le marché français du jouet est relativement stable. Depuis 2013 il n’a cessé de progresser, dans une fourchette de plus ou moins grande. Pour 2017, la Fédération française des industries Jouet Puériculture (FJP) n’a toutefois annoncé qu’une hausse de 0,4 % à 3,44 Mds€, un essoufflement qui serait lié à la mal-performance des licences, mais aussi au recul (-2,1 %) du nombre de naissances en 2017. La France demeure toutefois, avec 767 000 naissances en 2017, le pays d’Europe où la natalité est la plus forte. Selon le panel de l’institut d’études des marchés NPD, il s’est vendu en France 239 millions de jouets, correspondant à une dépense annuelle de 304 euros par enfant.

    Au premier semestre 2018, les ventes auraient, toujours selon NPD, reculé de 2 % en valeur, mais il faudra attendre la période des fêtes, toujours stratégiques, pour savoir si cette tendance se confirme, ce qui représenterait un repli après cinq ans de hausse.

    Quoi qu’il en soit, et même s’il affiche donc des signes de faiblesse, la situation du marché ne semble pas catastrophique. En outre, le long feuilleton de la reprise des deux enseignes susnommées a montré l’intérêt porté au secteur du jouet par plusieurs acteurs, dont certains extérieurs à cette activité. Ce qui est tout de même un signe d’attractivité.

    Des cartes rebattues dans la distribution ?

    En revanche, il est clair que la distribution se transforme avec la montée en puissance de nouveaux acteurs, dont bien sûr les ventes en ligne, qui accaparaient, en 2017, 25 % du marché hexagonal des jeux et jouets. Ce secteur se diversifie : outre les généralistes de la vente sur le web, comme le mastodonte Amazon ou encore Cdiscount, il faut désormais compter avec la progression des sites marchands des marques de jouets elle-même, ou encore avec des sites de ventes événementielles.

    De son côté, la grande distribution, qui développe depuis longtemps des rayons importants autour de la période de Noël, a aussi commencé à déployer des magasins spécialisés dans le jouet, comme l’a fait Leclerc depuis 2016. Tandis que Carrefour est aujourd’hui capable de créer, au même moment, de véritables shop-in-the-shops dédiés au jouet.

    Attaqués par les géants du commerce en ligne et leur offre pléthorique, les magasins physiques (il y a 1 279 magasins de jouets en France selon notre confrère LSA) qui supportent des coûts de structure importants, souffrent donc. Les commerces spécialisés représentent aujourd’hui 40 % de part de marché, contre 45 % en 2013.

    Mais les situations sont contrastées. Les petits magasins indépendants continuent de reculer. Quant à Ludendo et à Toys’R’Us, l’un de leurs points communs est qu’il s’agit de groupes uniquement ou principalement succursalistes, dont l’endettement a grevé les capacités à investir. La Grande Récré a sans doute été plombée par des loyers trop élevés. Quant à la maison-mère américaine de Toys’R’Us, elle a dû supporter un endettement très important depuis son rachat en 2005 par des groupes de capital-risque, par l’intermédiaire d’un LBO (achat à effet de levier)

    Pour leur part, les réseaux relevant du commerce associé semblent mieux résister, en s’appuyant sur la combativité de leurs adhérents, commerçants indépendants. C’est le cas de JouéClub, plus ancienne chaîne du jouet en France et seule coopérative du secteur, avec 350 points de vente en France mais aussi à l’international, mais également de King Jouet (plus de 200 magasins) ou encore du petit réseau Jouets Sajou (36 adhérents).

    Tous ces concepts mettent les bouchées doubles pour faire venir les consommateurs dans leurs unités et sont passés depuis longtemps à l’omnicanalité, c’est-à-dire à la complémentarité d’un magasin physique et du digital : conseils pour les parents, démonstration de jeu en magasin, théâtralisation des points de vente, animations et atelier pour enfants, produits exclusifs, mais aussi e-réservation, retrait en magasin. C’est en renforçant tous ces moyens qu’ils espèrent continuer à représenter une alternative durable sur le marché.

    100 000 €
    Apport personnel
    5 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    50 000 €
    Apport personnel
    0 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    100 000 €
    Apport personnel
    Voir la fiche
    150 000 €
    Apport personnel
    Voir la fiche

    A lire également sur JOUECLUB

    • Le marché du jouet, après les reprises de La Grande Récré et de Toys’R’Us
      28 Oct 2018

      Le 8 octobre, le tribunal de commerce d’Evry a scellé le sort de la filiale française de Toys’R’Us, en redressement judiciaire depuis le mois de juillet, en retenant l’offre de Jellej Jouets, associé à l’enseigne Picwic, elle-même liée à la famille Mulliez. Le rapprochement prévu de Toys’R’Us et de Picwic devrait débuter début 2019 Une… Lire la suite

    • L’enseigne coopérative JouéClub prépare activement la période des fêtes
      21 Sep 2018

      Après la présentation des tendances actuelles du marché du jouet lors d’une conférence de presse tenue fin août par le nouveau président de la coopérative, Jacques Baudoz, JouéClub se prépare à présenter son catalogue de Noël de 400 pages. Parallèlement, l’enseigne renforce comme tous les ans ses équipes. Le marché se caractérise en effet par… Lire la suite

    • Passage de relais à la tête de la coopérative JouéClub
      17 Mai 2018

      Jacques Baudoz, administrateur depuis 1997 et élu vice-président en 2016, succède à Alain Bourgeois-Muller à la présidence de JouéClub. Âgé de 51 ans, issu d’une famille du jouet implantée à Pontarlier (Haut-Doubs), Jacques Baudoz est diplômé de l’IAE de Montpellier. En 1995, il rejoint l’entreprise familiale, passée  sous l’enseigne JouéClub depuis 1977. Très impliqué dans… Lire la suite

    • La coopérative JouéClub fin prête pour la saison de Noël
      08 Sep 2017

      La saison de Noël est déterminante pour le marché du jouet en France avec plus de 50 millions de jouets vendus en l’espace de 2 mois. Pour la coopérative JouéClub, dont l’origine remonte à 1952, cela représente environ 60 % du chiffre d’affaires annuel. C’est donc une période-clé, pour laquelle elle se mobilise depuis des… Lire la suite

    • JouéClub confirme sa place de leader
      04 Avr 2017

      Avec un chiffre d’affaires de 633 millions d’euros en 2016, en augmentation de 1,6 % la coopérative JouéClub a confirmé sa première place parmi les enseignes du jouet sur un marché en hausse de 1,1 %. Avec un réseau de 348 points de vente en France (dont 4 Village JouéClub) et à l’international (avec une… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Lancer de Hache se lance en franchise
      12 Mar 2019

      Lancer de Hache vient d’ouvrir, dans l’agglomération nantaise, son premier centre en franchise. Situé sur la commune de Saint-Herblain, dans un local de 150 m², et disposant de 6 cibles, il peut accueillir jusqu’à 18 personnes par session d’une heure. Olivier Roux, le nouveau franchisé, recherchait une activité dans le domaine des loisirs lui permettant de… Lire la suite

    • L’Orange Bleue au Salon Franchise Expo 2019
      12 Mar 2019

      Avec 160 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018, 375.000 adhérents et 1200 collaborateurs, L’Orange Bleue s’est développée de manière constante depuis 1996. Malgré l’arrivée d’une concurrence massive, le groupe a toujours maintenu un accompagnement premium pour ses futurs licenciés et ses adhérents. Le salon de la franchise est un événement incontournable pour L’Orange Bleue… Lire la suite

    • Le groupe Moving renforce son capital pour grandir
      09 Mar 2019

      Le groupe Moving, un des pionniers du fitness en France, dont l’enseigne phare est aujourd’hui le concept low cost Fitness Park, a récemment ouvert son capital à Future French Champions, un fonds d’investissement détenu à parité par CDC International Capital et Qatar Investment Authority. L’opération devrait permettre de financer la poursuite de l’expansion du groupe… Lire la suite

    • Devenir franchisé dans les loisirs et les voyages : où s’implanter ?
      03 Mar 2019

      Rejoindre une franchise dans le domaine des loisirs ou des voyages, cela signifie à la fois choisir une activité plaisante, se positionner sur un marché porteur, et profiter du savoir-faire mis au point par la tête de réseau et la notoriété qu’elle a acquise. Mais, comme souvent, l’emplacement reste une condition essentielle du succès. C’est pourquoi il est… Lire la suite

    • BAM Karaoke Box amorce son développement en France et à l’international
      01 Mar 2019

      C’est en 2011, lors d’un voyage au Japon, qu’Arnaud Studer a découvert le karaoké en salle privée, véritable institution en Asie. À son retour à Paris, il souhaite développer ce concept en France mais en l’adaptant au contexte occidental et fonde BAM Karaoke Box, en estimant ainsi qu’il pourra ainsi dépoussiérer l’image du karaoké. Trois… Lire la suite

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur JOUECLUB

    Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

    Je suis intéressé par la franchise JOUECLUB Trouvez votrelocal