Fermer
Secteurs / Activités

    Le plan de continuation de La Grande Récré (groupe Ludendo) validé

    Brève
    4 octobre 2018

    Le groupe de distribution de jouets Ludendo (La Grande Récré) va être repris par son PDG, Jean-Michel Grunberg, soutenu financièrement par la Financière immobilière bordelaise (FIB).

    La grande Récré 3Le Tribunal de commerce de Paris a validé, le 2 octobre, le plan de continuation du Groupe Ludendo, propriétaire de l’enseigne de distribution de jouets La Grande Récré, présenté par Jean-Michel Grunberg, PDG de l’enseigne et fils du fondateur, Maurice Grunberg en 1977. En le préférant à l’offre de reprise présentée par le groupe Fnac Darty, qui s’était positionné avant l’été, mais qui ne reprenait pas le passif estimé à 150 millions d’euros.

    Conseillé par la banque d’affaires Wingate, Jean-Michel Grunberg s’est allié à la Financière immobilière bordelaise (FIB), un fonds spécialisé dans l’immobilier commercial dirigé par Michel Ohayon, qui a pris 36 % du capital du groupe et dispose d’une option pour monter à 95 % avant la fin de l’année. La FIB, également candidate à la reprise de la filiale française de Toys’R’Us, en redressement judiciaire elle aussi, a déjà repris, en février, les fonds de commerce et les murs de 22 magasins Galeries Lafayette en province.

    Le plan de continuation déposé le 11 juin, et désormais accepté, prévoit que le Groupe Ludendo, détenu aujourd’hui majoritairement par la holding familiale, se sépare des filiales et magasins non rentables, notamment à l’étranger (Espagne, Suisse, Belgique), pour ne conserver en direct que des magasins La Grande Récré en France, où Ludendo, après une restructuration déjà opérée cet été, n’emploie plus que 734 salariés. Les 88 magasins en franchise à fin mai 2018 ne sont pas concernés.

    Avec un chiffre d’affaires sous enseigne de 460 millions d’euros en 2017, le groupe Ludendo comptait près de 400 magasins La Grande Récré dans le monde, 2 500 collaborateurs directs et 100 franchisés, avant d’être placé en redressement judiciaire.

    De son côté FIB envisage, si son offre de reprise des actifs français de Toys’R’Us est acceptée, de regrouper les deux réseaux sous la même enseigne.

    Mise à jour du 09/10/2018 : L’offre de reprise des actifs français de Toys’R’Us par la Financière immobilière bordelaise n’a pas été retenue par le tribunal de commerce d’Évry (lire ci-dessous).

    A lire aussi :

    Après plusieurs mois d’incertitude, Toys’R’Us France est repris par la société Jellej

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur LA GRANDE RECRE

    Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise LA GRANDE RECRE
    Trouvez votrelocal