H. La Croissanterie

David Giraudeau, Directeur Général de la franchise La Mie Câline

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Interview
1 juillet 2017

La Mie Câline compte plus de 220 magasins, principalement en franchise. Nous pouvons raisonnablement viser les 300 magasins ouverts à l’horizon 2020.

David Giraudeau, directeur général de la franchise La Mie CâlineOù en est le réseau La Mie Câline aujourd’hui et quels sont vos objectifs de développement en franchise ?

La Mie Câline a réalisé une belle année 2016, avec une progression de son chiffre d’affaires de 4,5% à 151 millions d’euros, soit encore une hausse de 1,7% à périmètre constant. A ce jour notre réseau compte plus de 220 magasins, principalement en franchise. Il est devenu mature avec, chaque année, un certain nombre de reprises à des partenaires partant en retraite ou arrivant en fin de contrat. Raisonnablement, nous pouvons viser les 300 magasins ouverts à l’horizon 2020, d’autant plus que, pour répondre aux nouveaux modes de consommation, nous nous diversifions, avec des formats de magasins spécifiques pour le centre-ville, la périphérie, les aires d’autoroute, simples corners ou boutiques proposant la dégustation sur place, sur des surfaces de 40 à 400 m². Cela nous a conduits à la multi-franchise : 1 franchisé La Mie Câline sur 4 a déjà plus d’un point de vente.

Quel profil de franchisé recherchez-vous et quelle formation leur apportez-vous ?

En priorité des partenaires, homme, femme ou couple, de terrain, dynamiques et possédant un vrai sens du commerce, sachant non seulement animer un magasin mais également participer à la préparation des produits. Les candidats ayant une expérience en restauration ou en commerce alimentaire possèdent évidement toutes les prédispositions pour aborder notre activité. Mais nous accueillons aussi des profils plus atypiques, de cadres en reconversion, par exemple. Et nous acceptons les entrepreneurs souhaitant animer un mini-réseau sur leur agglomération. À tous nous apportons une formation initiale de 13 semaines alternant théorie et pratique (en magasin), et passant en revue nos différents métiers : technique produits, aspect commercial (accueil, merchandising), hygiène, gestion (tableaux de bord, trésorerie, comptabilité), management. Un catalogue de formations est ensuite proposé aux franchisés en activité et à leurs équipes pour leur permettre d’étoffer leurs compétences.

Comment jugez-vous le marché de la boulangerie-pâtisserie aujourd’hui ?

Il faut préciser que la concurrence de La Mie Calîne est Magasin La Mie Câline franchisé de périphériedevenue difficile à définir précisément puisque nous nous positionnons à l’intersection de deux marchés différents : celui du pain et donc de la boulangerie-pâtisserie classique, et celui de la restauration rapide (sandwiches, salades, boissons, etc.). Le marché de la restauration rapide se porte bien et nous avons une gamme de produits percutants. Le marché du pain est devenu plus compliqué avec l’arrivée de concepts nouveaux, comme Marie Blachère et autres. Il s’est aussi déplacé vers la périphérie. A nous de nous adapter à ces évolutions.

Qu’en est-il du développement international de La Mie Câline ?

Nous avons, à partir des années 2000, réfléchi à une expansion à l’international, qui nous semblait un complément naturel de notre développement en France. C’est ainsi que nous avons commencé à ouvrir des points de vente en Belgique et en Espagne. Mais pour différentes raisons, en particulier parce qu’il est difficile de trouver les bons partenaires locaux, qui portent nos valeurs, nous avons arrêté ces expériences et entamé une réflexion sur d’autres formules d’exportation. Plutôt que de rechercher des master-franchisés, nous misons désormais sur le transfert de l’ensemble de notre savoir-faire industriel et commercial, et son adaptation aux marchés locaux. Nous avons concrétisé cette démarche à l’Île Maurice, où nous nous sommes lancés en co-branding sous l’appellation de Tamam by La Mie Câline. Nous avons élaboré avec nos partenaires une gamme de produits  correspondant à la demande locale et un atelier a été construit qui permet de réaliser la fabrication sur place. L’activité est adaptée aux réalités économiques du pays. Elle ne nécessite que de petits locaux et aussi de petits investissements. Sept points de vente sont déjà en activité et le potentiel est estimé à une quarantaine.

60 000 €
Apport personnel
25 000 €
Droit d'entrée
Voir la fiche
PICARD BAN17
Enseignes du même secteur
Demander une
documentation

Pour plus d'informations sur LA MIE CALINE

Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

Je suis intéressé par la franchise LA MIE CALINE
CREER LILLE PAV17
Financez votre projet Trouvez votrelocal