Fermer
Secteurs / Activités

    Savoir-faire : comment le franchiseur “dirige” les salariés du franchisé.

    Tribune publiée le 7 novembre 2012 par MELLINGER
    En savoir plus sur l'auteur

    L’indépendance du franchisé dans l’exploitation de son entreprise est encadrée par l’obligation de respecter le concept, rappelle le consultant Gilbert Mellinger. Pour qui les techniques de management font partie intégrante du savoir-faire transmis par le franchiseur.

    Dans une relation de franchise, le franchiseur “donne le droit et impose l’obligation d’exploiter une entreprise en conformité avec le concept”. Ce concept est certes réputé exploité par le franchisé, mais ce dernier, dans la plupart des franchises, a la nécessité de recruter des salariés, qui sont, de fait, ceux qui chacun à son poste exploitent le concept.

    Mais la franchise est aussi une “coopération étroite entre deux entreprises financièrement et juridiquement indépendantes”. Il n’y a donc aucune relation de quelque nature que ce soit, entre le salarié du franchisé et le franchiseur qui ne peut pas intervenir dans la manière dont le salarié effectue son travail, alors que ce dernier est chargé de mettre en œuvre le concept….  bien ou mal!
    Comment concilier ces deux positions?

    Le franchiseur fixe les règles…

    L’indépendance du franchisé est limitée et encadrée dans l’exploitation de son entreprise par l’obligation de respect du concept. Les techniques de management font partie intégrante du concept et du savoir-faire transmis au franchisé. C’est à ce titre que le franchiseur va “intervenir” dans la gestion du personnel du franchisé.

    Il fixe les règles en matière de constitution de l’équipe du franchisé : il définit les profils de salariés que le franchisé doit recruter, l’évolution de son équipe en fonction de l’évolution du CA, les formations qu’ils doivent suivre, le comportement qu’ils doivent avoir, les règles vestimentaires qu’ils doivent respecter. Le franchiseur fait les recommandations en matière de grille de salaire, forme au management collectif et individuel et propose les contrats de travail.

    …propose les contrats de travail…

    Ce dernier point est particulièrement important et trop souvent négligé : le franchiseur doit veiller à ce que le contrat de travail décrive correctement la mission du salarié et surtout, prévoie la polyvalence, une caractéristique indispensable dans les structures de petite taille.

    L’exemple de Clarins illustre notre propos. Clarins, un des grands noms de la cosmétique française, innove totalement dans le monde des instituts en faisant cohabiter dans un même lieu, un spa, des cabines de soin, la vente de produits et une restauration fine et légère. Si le contrat de travail des esthéticiennes ne prévoit pas qu’elles doivent aussi participer au service des clients ou aux tâches liées à la préparation des plats, le franchisé ne pourra les y contraindre : son pouvoir de direction sera limité par le contrat de travail qui, de manière très classique, ne prévoirait que leur rôle au niveau des cabines et de la vente de produits.

    …mais ne prend aucune décision

    Cet exemple montre comment le savoir-faire permet (oblige) au franchiseur d’entrer dans un domaine qui pourrait être considéré comme étant du ressort exclusif du franchisé.

    Car, il va de soi que le franchiseur ne prend aucune décision concernant le personnel du franchisé, ni de recrutement, ni de sanction, ni de licenciement. Il commettrait un acte d’ingérence.

    En revanche, si dans l’exercice de son devoir d’assistance, le franchiseur relève des déviations par rapport aux règles liées au concept et décrites en détail dans le manuel opératoire, déviations dont les salariés seraient responsables, il va constater ces écarts, les signaler au franchisé à travers le compte rendu de visite et lui intimer d’y remédier.

    C’est alors au franchisé d’intervenir envers son salarié. Le franchiseur, quant à lui, veillera à ce que cette intervention soit efficace en vérifiant que le salarié respecte a nouveau les règles décrites dans le manuel opératoire….. Le manuel opératoire toujours lui!