Fermer
Secteurs / Activités

    Salarié, entrepreneur, franchisé : quelles différences ?

    Tribune publiée le 28 juillet 2017 par Murphy TAILLY
    En savoir plus sur l'auteur

    Comment définir le statut professionnel qui correspond le mieux à votre personnalité ? Spécialiste des ressources humaines en lien avec la franchise, l’auteur rappelle les différences entre ces trois modèles : devenir franchisé, entrepreneur ou salarié.

    Par Murphy Tailly, Directeur associé Pôle Réseau & Franchise, TTI Success Insights

    Il existe de nombreux statuts professionnels : entrepreneurs, salariés, franchisés. Indépendance, salaire, prise de risques : certains peuvent nous paraître facilement plus avantageux que d’autres. Mais ce jugement reste subjectif puisque nous avons tous notre propre vision du monde du travail. Comment pouvons-nous définir le modèle qui correspond le mieux à notre perception ? En choisissant simplement celui qui sera le plus compatible avec notre personnalité.

    L’indépendance financière

    La question financière n’est évidemment pas du tout la même selon les statuts. En effet, lorsque l’on est salarié d’une entreprise on bénéficie d’une sécurité salariale alors qu’un entrepreneur lance seul son projet avec ses propres économies. Il ne bénéficie pas non plus d’une structure solide qui assure son développement comme un franchisé. Ce dernier n’est toutefois pas à l’abri d’un échec. Car même s’il bénéficie des clefs d’un modèle qui fonctionne, il reste le seul gestionnaire de son affaire. Une erreur peut rapidement l’amener à une situation financière difficile. Un entrepreneur et un franchisé sont donc beaucoup plus indépendants financièrement mais ont de plus grande responsabilité, vis-à-vis de la pérennité de leurs concepts et de leurs équipes.

    La prise de risques

    Un nouveau projet professionnel est souvent synonyme de challenge à réaliser, de pari à prendre. Lorsqu’il commence son affaire, un franchisé est quelque peu « avantagé » puisqu’il s’appuie sur une marque reconnue ou un concept déjà éprouvé. Alors qu’un entrepreneur est libre de mener son projet de A à Z, comme il le souhaite. Par contre, il ne bénéficie pas d’un réseau ou d’une entreprise qui fait office de filet s’il échoue. Ce qui lui offre une indépendance totale à laquelle ne peut prétendre un salarié ou un franchisé. Cela correspond pour certain à un idéal, celui d’être son propre patron. Il est seul décisionnaire quant à la gestion et l’organisation de son entreprise. Il peut donc envisager la constitution de sa propre équipe en fonction de ses valeurs et de sa vision. Enfin, pour ce qui est du salarié, la prise de risques est forcément moindre puisque ce dernier va s’investir dans un projet d’entreprise déjà pensé par son dirigeant.

    Une liberté d’actions

    Cette notion est mitigée pour un franchisé qui gère son affaire en autonomie car il a signé un contrat de franchise. C’est-à-dire qu’il est le représentant d’une marque et se doit de respecter une charte spécifique tant au niveau visuel que marketing. L’entrepreneur lui, ne signe aucun contrat et ne représente personne. Seul décisionnaire, il détermine lui-même le cadre de son projet. Et c’est ce même cadre définit qui sécurise et délimite les interventions du salarié. Cette liberté d’actions est donc très nuancée selon les fonctions. Mais pour certains les caractéristiques d’un seul poste ne correspondent pas à leur personnalité. Pour répondre à ces attentes, de nouveaux statuts voient le jour comme celui de l’intrapreneuriat. Cette démarche permet de combiner entrepreneuriat et salariat. En effet, on voit désormais des salariés porter seuls des projets tout en bénéficiant de la structure d’une entreprise.

    La personnalité au cœur de la vie professionnelle

    Comment savoir quel statut nous correspond ? Il faut simplement prendre en compte sa personnalité et se poser les questions adéquates :

    • Est-ce que j’ai le comportement requis pour diriger une équipe ?
    • Est-ce qu’avoir de grandes responsabilités créerait du stress chez moi ?
    • Est-ce que diriger une structure me motiverait jour après jour ?
    • Ai-je les capacités de porter seul un projet ?

    La personnalité va nous apporter ces répondes ô combien essentielles. Elle est donc la clef de voûte de tous projets professionnels puisqu’elle va nous permettre de comprendre si notre savoir-être est compatible avec nos aspirations.