Fermer
Secteurs / Activités

    Devenir franchiseur, avez-vous le profil ? Les qualités indispensables

    Dernière mise à jour le 13 avril 2018

    Devenir franchiseur ne s’improvise pas. Le métier nécessite des moyens financiers et humains, il a ses règles et ses bonnes pratiques. Le point sur les fondamentaux à connaître avant de se lancer.

    Avez-vous le profil pour devenir franchiseur ?

    Pour créer et lancer avec succès une chaîne de franchise, des règles et des étapes doivent être respectées. Des moyens humains et financiers importants sont indispensables. Des obligations légales et de bonnes pratiques s’imposent.

    Mais d’abord, il faut disposer du bon profil. Car tout le monde ne peut pas devenir franchiseur. Certains entrepreneurs, seulement, y parviennent durablement.

    Quant aux sociétés qui se développent déjà en réseau, mais sans partenaires, elles doivent, pour réussir, changer de culture ou intégrer une équipe rompue aux règles spécifiques du management en franchise.

    Changer de métier

    Car devenir franchiseur, c’est changer de métier, maîtriser des techniques et des problématiques particulières.

    « Dans un réseau de succursales, c’est vous qui réalisez tous les investissements et donc tout vous appartient, explicite Maître Olivier Deschamps (cabinet Linkea) Alors que dans le cadre d’une franchise, les franchisés (…) apportent leurs capitaux et sont propriétaires de leurs fonds de commerce.
    C’est la différence essentielle, avec un corollaire : dans votre réseau succursaliste comme tout vous appartient, vous allez pouvoir faire à peu près ce que vous voulez ; en revanche, dans le cadre d’une chaîne de franchise, vous avez affaire à des entrepreneurs qui ont forcément leur part d’indépendance ».

    La franchise va donc vous permettre de vous développer plus rapidement et va alléger vos investissements, mais pas forcément vos soucis…

    Qualités indispensables

    « Certains candidats franchiseurs sont trop vite séduits par la franchise sans mesurer tout ce que cela comporte. Ils ne sont d’ailleurs pas forcément faits pour ce métier », avertit Franck Berthouloux (TGS France Consultants).

    Pour espérer réussir, le franchiseur « doit avoir toujours un temps d’avance sur son marché, être déjà dans le projet suivant, être un visionnaire ; mais aussi avoir la capacité de fédérer, le goût de transmettre et l’envie d’accompagner d’autres entrepreneurs », détaille l’expert.

    Fondateur du cabinet conseil Franchise Management, Jean-Michel Illien énumère quant à lui les qualités indispensables aux « franchiseurs qui réussissent«  :

    « -avoir les capacités de gestion d’un chef d’entreprise (PME)

    -avoir la capacité d’être un leader (de réseau)

    -être passionné par son projet

    -être en bonne santé car il va falloir travailler beaucoup

    -avoir une déontologie très forte car le franchisé apporte son patrimoine. C’est un engagement énorme. Le franchiseur doit être digne de cette confiance ».

    De quels conseils s’entourer ?

    Pour lancer avec succès et développer votre réseau de franchise, vous allez être amené, en tant que franchiseur, à réaliser de nombreux documents : manuel de savoir-faire, DIP (Document d’Information Précontractuelle), contrat de franchise, modèles de demande de financement, etc.

    De nombreux experts de la franchise existent dans tous les domaines : consultants, avocats, experts-comptables, tous spécialisés en franchise. Certains vous proposeront peut-être de s’occuper de tout, y compris du recrutement de vos franchisés. Évitez ce mélange des genres.

    Si vous avez besoin d’un consultant pour vous aider à rédiger votre manuel de savoir-faire – et, éventuellement vous aider à sélectionner des franchisés -, adressez-vous plutôt à un avocat pour votre contrat et votre DIP. Pour les chiffres, préférez un expert-comptable, etc. Mieux vaut multiplier les spécialistes.

    Enfin, ne cherchez pas à imposer vos conseils à vos franchisés. Même si vous pouvez leur conseiller de s’adresser plutôt à tel ou tel réseau d’experts-comptables par exemple, vos franchisés sont des entrepreneurs indépendants. Ils doivent pouvoir choisir eux-mêmes leurs propres conseils. Cela peut vous paraître paradoxal, mais c’est aussi votre intérêt (pour les prévisionnels, mais pas seulement).