Fermer
Secteurs / Activités

    Le bio voit toujours plus grand

    Portées par la croissance du marché, les enseignes spécialisées multiplient les points de vente. Et font évoluer leurs magasins sur des surfaces plus grandes, afin de proposer une offre de produits élargie. Un courant favorable qui suscite les appétits.

    Le marché des produits alimentaires issus de l’agriculture biologique se situe, selon l’agence BIO, à 1,6 milliard d’euros. Il est en augmentation constante : chaque année depuis 1999, une hausse moyenne de 9,5 % a été enregistrée alors que l’ensemble du marché alimentaire ne progressait que de 3,6 % par an. Les magasins bio rencontrent un succès grandissant auprès des consommateurs : 42 % des Français consomment aujourd’hui leurs produits.

    Ce contexte est éminemment favorable au renforcement des enseignes existantes comme à l’émergence de concepts nouveaux. Les magasins spécialisés (boutiques indépendantes, réseaux succursalistes comme Naturalia qui vient d’être repris par Monoprix, ou relevant du commerce associé) sont donc de plus en plus nombreux dans l’Hexagone. On en compte pas moins de 2 000, dont environ 40 % ont moins de 10 ans d’existence. Une réalité confirmée par l’enquête annuelle réalisée par Franchise Magazine : le nombre de boutiques franchisées s’est accru de 15,1 % en 2007, après des hausses de 9,2 et 7,2 % les années précédentes.Apparue en 1988, Biocoop est la chaîne leader du secteur. Tout en se dotant progressivement d’outils commerciaux et de marketing, l’enseigne a conservé sa philosophie “militante”. Le réseau coopératif n’hésite pas, ainsi,  à prendre position sur les grands problèmes de sécurité alimentaire (en refusant, par exemple, les OGM).

    Un positionnement qui ne l’a nullement empêché de devenir le premier réseau de l’Hexagone : il regroupe désormais plus de 300 magasins et compte bien poursuivre son expansion à raison d’une vingtaine d’unités nouvelles par an, en création ou en ralliement.
    La Vie Claire, dont l’origine remonte à 1946, a pris, il y a quelques années, un nouveau départ, après avoir changé de mains à de nombreuses reprises tout en conservant sa notoriété. Présente historiquement en centre-ville, l’enseigne s’est intéressée aux zones commerciales de périphérie, où les chiffres d’affaires réalisés sont nettement supérieurs. Elle a procédé à un “relookage” de ses boutiques et les a fait évoluer sur des surfaces plus importantes. Elle fédère aujourd’hui 176 boutiques, dont 140 en franchise.

    Une nouvelle coopérative, baptisée Biomonde a vu le jour récemment, en mars 2008. Issue d’un petit groupement de commerçants créé en 1991 sous le nom de Biophare, elle vient de passer le cap de la centaine d’adhérents. Enfin, Satoriz est essentiellement implanté dans l’Est et en Rhône-Alpes. Cette petite chaîne, dont la première unité a vu le jour en 1984, mais qui n’a accéléré son expansion que depuis quelques années, regroupe aujourd’hui 25 unités, dont 4 en franchise.

    La clé du succès de tous ces concepts réside dans l’élargissement de leur offre. Les gammes de références ont été augmentées, avec en particulier une importante variété de saveurs du “terroir” et de produits frais. Les produits destinés aux bébés sont en plein développement. Quant aux petites surfaces d’antan, réservées à une minorité d’initiés, elles ont fait place à des magasins plus spacieux, à l’agencement convivial : on y soigne tout particulièrement l’accueil et l’information. Dans les réseaux organisés, 200 à 300 m² apparaissent aujourd’hui comme un minimum. Début 2008, Satoriz a ainsi inauguré à Saint-Péray, dans la périphérie de Valence, une unité de 900 m² ! À côté d’une offre de produits classiques, elle propose des rayons non alimentaires (décoration, construction, librairie) ainsi qu’un espace de restauration sur place.

    Il n’est donc guère étonnant que cette activité, conviviale et en phase avec les préoccupations environnementales actuelles, suscite bien des vocations. D’autant que les marges y sont supérieures à celles générées par la distribution “classique”. Tout le problème consiste à concilier deux qualités parfois éloignées l’une de l’autre : posséder l’esprit bio d’un côté et la bosse du commerce de l’autre.

    Enseignes du même secteur