Fermer
Secteurs / Activités

    Franchise et autres formules : comment choisir ?

    Franchise et autres formules : comment choisir ?

    Dernière mise à jour le 1 mars 2017

    Franchise, licence de marque, commission-affiliation, coopérative : les étiquettes sont multiples. Mais, dans les faits, tout dépend à chaque fois des services proposés et des contraintes exigées.

    Commission-affiliation : association étroite

    Adoptée surtout par les enseignes de prêt-à-porter, la commission-affiliation se distingue de la franchise sur un point : la tête de réseau est propriétaire de votre stock. Conséquence : c’est elle qui décide  de sa gestion, des collections, des prix de vente.

    Le réassort est automatisé et vous percevez une commission sur votre chiffre d’affaires (qui peut aller de 39 à 45 %). Avantage : vous pouvez vous consacrer à vos ventes et n’avez pas à vous préoccuper des invendus. Inconvénient : vous dépendez encore un peu plus de votre enseigne.

    “C’est un système qui a un vrai sens économique, s’enthousiasme Nathalie Dubiez. En libérant les affiliés de la charge des stocks, il leur évite un investissement lourd. Du coup, le réseau peut recruter potentiellement plus de  partenaires. Son développement peut être plus rapide.”

    Encore faut-il que l’enseigne ne se trompe pas dans ses collections et maîtrise le savoir-faire lié au “flux tendu” des livraisons. “Le commissionnaire-affilié peut être mis en difficulté par la tête de réseau si celle-ci assure mal les approvisionnements, avertit Christine Molin, responsable du pôle franchise LCL. Il convient donc notamment de vérifier qu’elle dispose d’un outil logistique performant et d’une structure financière suffisamment solide pour supporter le poids des stocks.”

    Autre bémol : “Il est préférable que l’affilié encaisse le produit des ventes à son nom sur un compte où l’enseigne pourra prélever les sommes qui lui reviennent”, précise Nathalie Dubiez. Sinon… “Si c’est la tête de réseau qui encaisse les ventes et reverse une commission à l’affilié, le BFR (Besoin en fonds de roulement) devra être plus conséquent”, complète Christine Molin. Dans tous les cas, l’enseigne prendra une garantie pour les stocks.