Fermer
Secteurs / Activités

      Est-il plus difficile d’obtenir un financement pour un projet de création d’entreprise en franchise ?

      Dernière mise à jour le 4 mai 2021

      « Notre métier est exactement le même : accompagner des projets qui ont toutes les chances de réussir, répond Florence Soubeyran. Mais l’environnement économique a changé, nous nous devons de ne pas inviter les entrepreneurs en franchise à aller vers des projets qui seront potentiellement trop complexes dans ce contexte ». En résumé : ce ne sont pas les conditions d’octroi de crédit qui sont durcies, c’est l’environnement qui rend les choses plus délicates. Ainsi, « la règle des 30 % d’apport personnel n’a pas changé et reste une sorte de référentiel, le niveau d’apports requis dépend avant tout de la rentabilité d’exploitation prévisionnelle. Nous avons aujourd’hui moins de certitudes sur la capacité à réaliser ce prévisionnel, il est important qu’il y ait une marge de manœuvre afin que le franchisé ne se retrouve pas dos au mur dès qu’il connait une baisse d’activité ou un démarrage plus lent qu’attendu ».

      Pour Sandrine Lagier, l’assise financière va devenir primordiale : « Avec des porteurs de projets qui étaient très justes en termes d’apport, on arrivait parfois à aller chercher des financements complémentaires qui faisaient que ça pouvait passer : je ne suis pas certaine qu’aujourd’hui, ce genre de compléments suffira pour convaincre ». Au-delà du volet financier, l’expert-comptable juge indispensable « que les franchiseurs soient encore plus regardants qu’avant sur le profil des porteurs de projet : il faut bien avoir conscience de ce qu’est un entrepreneur et de ce que cela implique d’entreprendre en période de crise, avec toutes les difficultés à prévoir sur les deux années à venir ».

      Expert-Franchise-Sandrine_Lagier_In_Extenso

      « Il est indispensable que les franchiseurs soient encore plus regardants qu’avant sur le profil des porteurs de projet. »

      Sandrine Lagier, expert-comptable In Extenso