Fermer
Secteurs / Activités

    À la source du zen

    Centres réservés à la relaxation, amincissement par la maîtrise de soi, coins détentes dans les magasins de prêt-à-porter : les concepts profitant de l’engouement pour le bien-être fleurissent aux quatre coins de France.
     

    Relaxation, zen attitude, méthodes chinoises, le “Je pense à moi” semble être très “tendance” en ces temps un peu moroses. Même le très sérieux Institut national de la statistique (Insee) se penche sur le sujet afin d’élaborer un indicateur du bien-être dans notre pays. Les directeurs d’enseignes, toujours à l’affût de nouvelles orientations de consommation, ne s’y sont pas trompés.

    Au cours de ces derniers mois plusieurs réseaux fondés sur ce concept se sont lancés. “Personnellement, j’ai monté mon pilote parce que je ne trouvais pas ce qui me correspondait sur le marché français”, explique Florence Deluy, jeune directrice de réseau. Ex-cadre international dans les télécoms, elle avait l’habitude de s’offrir “un massage détente” entre deux avions. De retour en France, elle cherche les mêmes services. Mais bien que le “massage” soit des plus “in”, sa pratique se trouve au cœur d’une polémique.

    Car, dans l’Hexagone, seuls les kinésithérapeutes sont légalement habilités à employer ce mot. L’offre dans le pays est donc limitée, car il est difficile de monnayer un service que l’on ne peut pas nommer. Florence Deluy, bien décidée à se lancer dans l’aventure, baptise donc son enseigne Mille et Un Bien-Être. Ses deux centres pilotes basés à Lyon proposent des offres de massages de relaxation. Pour aider à la détente de ses clients, la jeune femme a aménagé un coin repos permettant de savourer des boissons chaudes du monde entier.

    Une offre qui rappelle celle des Bains de Safi, un autre nouveau concept qui vient de s’installer à Clermont-Ferrand. À sa tête, Alain Constantin, ex-franchisé Jean-Louis David. En plus des cinq cabines destinées aux soins de style “spa”, il a installé une boutique permettant d’offrir pléthore de produits “bien-être”. Et, lui aussi, a pensé à un coin repos propice à l’évasion dans le style salon de thé.
    Il faut croire que le bien-être est capable de se mélanger à tous les styles. Il s’infiltre dans presque tous les segments de l’équipement de la personne voire de l’habillement. Dernièrement, un concept d’aide à l’amincissement – Digiform – s’est lancé sur ce créneau. Situé dans la banlieue de Nantes, le pilote propose à sa clientèle de s’adonner pendant 40 minutes à des séances de relaxation leur permettant de déclencher le processus d’amaigrissement. Son fondateur, Michel Renard (ancien du réseau L4S Amincissement) est un adepte de la médecine chinoise, de la digitoponcture et de toutes les techniques venues d’Orient mêlant étroitement psychisme et physique.Côté prêt-à-porter, c’est un autre nouveau concept haut de gamme qui a décidé de donner le ton ou plutôt, le temps. Havrey est, depuis 1959, le spécialiste des vêtements de dessus pour femme. Alors qu’en France quelque 1000 points de vente distribuent ses lignes, la direction a monté son “pilote” à Bordeaux avant de se lancer en franchise. Et là, surprise ! au milieu de la boutique, trône un coin salon-détente afin que les clientes puissent prendre le temps de se relaxer entre deux achats.

    Alors, si des statistiques sur l’engouement des Français pour les produits de bien-être ne sont pas encore disponibles, il semble bien que les têtes de réseau se soient déjà servies de cette tendance comme d’un levier. Quant aux nouveaux concepts, ils semblent avoir trouvé leur tempo côté développement et ne souhaitent pas donner de plan trop précis quant aux ouvertures à venir : Qui va piano va sano !

    Enseignes du même secteur