Fermer
Secteurs / Activités

    Bonne performance pour le commerce associé en 2008 - Brève du 11 mai 2009

    Plus 4,9 % à périmètre courant : c’est la hausse du chiffre d’affaires 2008 (après +5,1 % en 2007) des groupements et coopératives en France, selon la Fédération des enseignes du commerce associé. Un résultat que la FCA ne manque pas de comparer à celui de l’ensemble du commerce de détail sur la même période (-0,3 % selon les indicateurs de la Banque de France).
    Principal moteur de cette croissance : la grande distribution alimentaire (groupements E. Leclerc, Système U et Intermarché notamment), qui représente plus de 67 % du CA total du commerce associé, et a vu son chiffre d’affaires augmenter de 6,1 % à 79 Md€. De son côté, le « non-alimentaire » qui, ces dernières années, affichait les plus fortes progressions (+7 % en 2007) ressort en 2008 à + 2,5 %.
    Dans le non-alimentaire, les enseignes d’équipement de la maison adhérentes de la FCA se maintiennent à +0,91 %, et celles d’équipement de la personne à +0,57 %. Plus performantes, les chaînes de jouets-puériculture annoncent +9,8 %, et celles de tourisme (hôtellerie et voyages) +6,4 %. Bien orientés également, les réseaux d’optique affichent + 3,1% et ceux de pharmacies +2,1 %. Davantage impactés par la conjoncture, l’immobilier (-16,4 %), l’automobile (-1,48 %) ou les sports-loisirs (-0,3%) ont d’après nos calculs reculé, ou stagné.
    Au total, les 124 enseignes nationales développées par les 74 groupements recensés par la FCA ont réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 117,5 Md€, portant ainsi la part du commerce associé à 28 % du commerce de détail français. « J’avais espéré 120 Md€ de chiffre d’affaire pour 2008 : si le 4ème trimestre n’avais pas été aussi difficile, nous aurions atteint ce volume », a souligné Guy Leclerc, président de la FCA.
    La Fédération a également indiqué que le 1er trimestre 2009 s’inscrivait, selon les premiers chiffres recueillis, dans la tendance (négative) du 4e trimestre 2008. Ses dirigeants s’attendent à un 1er semestre 2009 stable par rapport au 2e semestre 2008, puis à une reprise de l’activité au 2e semestre 2009.