Fermer
Secteurs / Activités

    Un contrat d’affiliation annulé pour tromperie

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    26 juillet 2018

    La Cour de cassation vient de confirmer l’annulation d’un contrat d’affiliation. La tête de réseau avait, selon les juges, menti sur la vraie nature de son partenariat avec quatre points de vente installés dans la zone de sa future affiliée.

    Cour de cassation juridique franchiseLe 13 juin 2018, la Cour de cassation a validé pour l’essentiel un arrêt d’appel annulant un contrat d’affiliation pour tromperie.

    Le litige tranché portait sur l’information précontractuelle délivrée par l’enseigne. Selon l’affiliée, la tête de réseau avait omis de lui transmettre d’importantes informations sur la rentabilité réelle du concept dans les sites pilotes et pour les sociétés affiliées et l’avait délibérément trompée sur l’état de la concurrence locale. Entre autres, le DIP ne mentionnait pas l’existence de quatre points de vente distributeurs des produits de la marque dans la zone d’implantation prévue au contrat.

    D’où, selon l’affiliée, l’échec subi : signature du contrat en 2011, liquidation judiciaire en 2013, plus de 400 000 € de pertes, la revente de sa résidence principale et une santé en lambeaux.

    Pour la tête de réseau, qui se développe à la fois en franchise, affiliation et avec des commerçants  lui consacrant un espace dans leur établissement, il n’y a pas eu tromperie. Notamment parce que l’affiliée a été avertie par mail, avant la signature du contrat, de l’existence de ces quatre points de vente.

    Problème (relevé par les magistrats) : au cours du contrat, l’affiliée a découvert que ces commerçants bénéficiaient eux aussi du savoir-faire de la marque, « et des mêmes avantages que les affiliés, soit, notamment, de formations, de signes de ralliement, du marketing, du (même) matériel et du (même) logiciel ». Ce qui constituait donc pour elle une réelle concurrence.

    Pour les juges, l’enseigne a vicié le consentement de sa partenaire

    Plus grave, selon les juges, l’enseigne « a menti » à l’affiliée « en lui affirmant » (avant la signature du contrat, alors qu’elle l’interrogeait à leur propos), que (ces commerçants) n’avaient, en aucun cas, le même statut que les affiliés, (et qu’ils) ne bénéficiaient (ni) de la formation ni du savoir-faire de la société ».

    Pour la Cour de cassation, pas d’hésitation : la cour d’appel a « légalement justifié sa décision » en « faisant ressortir » que la tête de réseau avait « volontairement dissimulé des informations essentielles, déterminantes du consentement » de l’affiliée (tant sur la rentabilité que sur la concurrence locale). Elle a donc eu raison d‘annuler le contrat.

    La plus haute juridiction française casse toutefois une partie de l’arrêt concernant l’indemnisation de la société affiliée et renvoie sur ce point l’affaire devant la cour d’appel de Paris autrement composée. Car il n’est pas possible d’accorder au liquidateur à la fois un versement de 50 000 € demandé à titre principal (en compensation des pertes subies) et  un autre de 130 000 € demandé à titre subsidiaire (en contrepartie des investissements « réalisés en pure perte »).

    La Cour valide en revanche la condamnation de l’enseigne à verser 50 000 € de dommages et intérêts à l’affiliée (personne physique) « en réparation du préjudice moral » qu’elle a subi.

    A lire également

    • La franchise Fabrique Givrée prête à accélérer
      16 Août 2018

      Le glacier ardéchois La Fabrique Givrée a levé, début 2018, 2 millions d’euros auprès de la société de gestion de fonds d’investissement Odyssée Venture, qui est ainsi venue renforcer, au capital les trois actionnaires-fondateurs de l’entreprise, qui ont investi dans l’entreprise toutes leurs économies. Cet apport va notamment permettre à la marque de renforcer sa… Lire la suite

    • Le boulanger artisanal Louise propose désormais l’option franchise
      14 Août 2018

      Émanation de Holding Louise, le réseau Boulangerie Louise est apparu au début des années 2010 et a grandi rapidement en implantant ses unités (250 m² en moyenne) en périphérie d’agglomération, à proximité d’axes passants et avec un parking à proximité. Parmi les éléments caractéristiques du concept : une large gamme de pains et une offre complémentaire… Lire la suite

    • Boulangeries Paul : la sanction financière du franchiseur fortement réduite
      08 Août 2018

      La cour d’appel de Paris s’est prononcée à nouveau, le 20 juin dernier, dans le cadre du litige qui oppose l’enseigne de boulangeries Paul à un ex-franchisé. L’affaire avait été jugée une première fois en janvier 2015 par la même cour (autrement composée). Le verdict, sévère, avait surpris, notamment par le montant des dommages et… Lire la suite

    • Mobalpa se réinvente et mise sur la personnalisation
      06 Août 2018

      Couleurs acidulées et ambiance pop : le nouveau design du site web de l’enseigne donne le ton. A l’occasion de son 70ème anniversaire, Mobalpa se réinvente. Le spécialiste de la cuisine, du meuble de salle de bains et du rangement entend, plus que jamais, jouer la carte de la personnalisation, auprès de clients en quête d’un… Lire la suite

    • Marché aux Affaires : 10 magasins ouverts en seulement six mois
      03 Août 2018

      Nous l’avions quitté à la tête de 206 points de vente fin février. Voilà que Marché aux Affaires en compte désormais 217. En moins de six mois, le réseau de solderies s’est notamment installée à Ferrières d’Aunis (17), Saint Martin de Crau (13), Sallaumines (62), Aubigny sur Nère (18), Brou (28), ou encore Illzach (68)…. Lire la suite