Fermer
Secteurs / Activités

    Droit d’entrée : un ticket variable

    Droit d’entrée : un ticket variable

    Dernière mise à jour le 28 mars 2017

    Quelle est la raison d’être du droit d’entrée ? Faut-il s’inquiéter s’il est très élevé ? Ou au contraire inexistant ? Comment les franchiseurs calculent-ils cette somme requise pour intégrer leur réseau ? Les experts apportent leur éclairage.

    Le contenu du droit d'entrée

    De son côté, Olga Romulus, expert-comptable chez Fiducial, nuance : “Les enseignes n’incluent pas

    toujours les mêmes éléments dans le droit d’entrée. Comme par exemple la formation qui, parfois, n’est pas comprise. Dans ce cas, on peut avoir un droit d’entrée nul ou très faible et, à côté, un ensemble de services qui sont facturés de manière dissociée.”

    Pour le franchisé, se lancer en étant accompagné représente un coût supplémentaire qui doit lui procurer un avantage concurrentiel. Il faut donc qu’il se penche sur l’ensemble des prestations fournies par l’enseigne en contrepartie du droit d’entrée : le droit d’utilisation de la marque, une exclusivité territoriale, l’acquisition du savoir-faire au travers d’une formation, d’un accompagnement avant, pendant et après l’ouverture, etc.

    “Le droit d’entrée représente le coût de la transmission du savoir-faire mais il intègre également la rémunération des frais que le franchiseur engage pour recruter des partenaires et développer le réseau, l’accompagner, ajoute Franck Berthouloux. Ce n’est pas choquant car l’intérêt du franchisé est que la chaîne se développe et soit connue. L’essentiel est que le franchiseur, si je prends de la marge à tel et tel endroit, soit transparent sur son modèle économique.”

    “Ce que l’on peut conseiller à un candidat, résume Daniel Ballester, responsable franchise et commerce associé au CIC, c’est de se poser la question suivante : que m’apporte la franchise par rapport au fait de me lancer en solo ? Existe-t-il réellement un savoir-faire ? Il faut qu’il se renseigne très précisément sur combien de temps dure la formation ? Comment s’organise l’accompagnement à l’ouverture ?”