Fermer
Secteurs / Activités

    Devenir franchisé en province, oui mais…

    Devenir franchisé en province, oui mais…

    Dernière mise à jour le 28 février 2017

    La franchise est privilégiée par beaucoup de ceux qui souhaitent s’implanter en région. Si les opportunités sont réelles, le porteur de projet devra se garder d’idéaliser sa future vie en province, tant sur le plan professionnel que privé.

    Des revenus parfois moindres...

    Nombre de candidats au départ, en tout cas pour ceux implantés en Ile-de-France, sont persuadés qu’ils vont réaliser de substantielles économies sur de nombreux postes que ce soit dans la sphère de leur vie privée ou dans celle de leur vie professionnelle. “Il faut bien se garder de trop fantasmer sur la province, en particulier en termes de coût, prévient Pascale Pécot. Un bon emplacement dans le centre de villes comme Lyon, Nantes ou Bordeaux, ne sera pas deux fois moins cher que dans certaines rues de la capitale. Créer une franchise en province n’est pas forcément plus abordable qu’en région parisienne. Le droit d’entrée et le montant des investissements seront identiques.”

    Toutefois, le coût de l’immobilier, pour un local professionnel, sera en moyenne moins élevé en province, de même que les salaires du personnel. Sur ces deux aspects, le franchisé devra mener une étude de marché sérieuse car les coûts selon les régions sont loin d’être uniformes.

    Toujours au chapitre des finances, il devra bien prendre en considération le fait que sur le premier exercice, voire les deuxième et troisième, les revenus tirés de son activité risquent d’être relativement faibles. Nicolas Cazaban explique se rémunérer moins que lorsqu’il était salarié, mais ses rétributions tendent à progresser. “Il est vrai que j’avais auparavant une bonne situation et que je suis reparti de zéro, reconnaît-il. Mais sur le plan de la qualité de vie, la différence est considérable. En octobre, nous nous sommes encore baignés. Les plages sont à une heure de route et la montagne à une heure et demie. Et nous n’avons ressenti aucun problème d’intégration.”