Fermer
Secteurs / Activités

    Devenir franchisé en province, oui mais…

    Devenir franchisé en province, oui mais…

    Dernière mise à jour le 28 février 2017

    La franchise est privilégiée par beaucoup de ceux qui souhaitent s’implanter en région. Si les opportunités sont réelles, le porteur de projet devra se garder d’idéaliser sa future vie en province, tant sur le plan professionnel que privé.

    Coût de la vie : une différence à relativiser

    Les chiffres disponibles tendent à relativiser quelque peu les différences réelles du coût de la vie entre l’Ile-de-France et la province. Selon les derniers travaux de l’Insee dans ce domaine, le niveau des dépenses de consommation, y compris les loyers, est plus élevé en moyenne de 13 % en Ile-de-France qu’en régions. Cet écart, certes significatif, demeure modéré et va à l’encontre de bien des idées reçues sur le soi-disant coût bien supérieur de Paris et sa proche banlieue.

    Cette différence de 13 % s’explique pour près de la moitié par le niveau des loyers. Ces derniers sont en moyenne 50 % plus élevés en Ile-de-France qu’au sein des autres régions. Pour un franchisé qui travaille dans un local commercial et qui loue son logement, l’impact de ce poste est donc double. Les différences sont également notables en matière de restauration (+ 20 %) et de santé (+ 13,7 %). Pris dans leur ensemble, les services ont un surcoût de 13 % en Ile-de-France alors que l’écart de prix sur les biens de consommation est faible puisqu’il ne s’élève qu’à 3 %. Il est vrai qu’un téléviseur ou un article de sport vendu dans une grande enseigne spécialisée le sera au même prix à Montpellier qu’à Paris.

    Selon l’Insee, les salaires sont, bien entendu, plus élevés en Ile-de-France qu’en régions mais dans des proportions que l’on peut qualifier de raisonnables. Pour les hommes, l’écart est compris entre 9 et 13 % ; il est situé dans une fourchette allant de 12 à 16 % pour les femmes. Notons que dans ses calculs, l’Insee a neutralisé le fait que la plupart des postes les mieux rémunérés sont concentrés en Ile-de-France. Il apparaît que cette différence en termes de niveaux de salaires correspond assez précisément à celle du coût de la vie entre l’Ile-de-France et la province. Les deux écarts tendent ainsi à se neutraliser.