Fermer
Secteurs / Activités

    Un franchisé 2021 plus altruiste…

    Dernière mise à jour le 12 mars 2021

    En 2021, le franchisé devra aussi certainement faire preuve de davantage d’altruisme dans sa relation avec son franchiseur. L’enjeu est clair : traverser au mieux cette ère d’incertitude qui s’annonce. Dans cette optique, il sera tenu, par exemple, de faire remonter davantage d’informations « terrains » qu’hier à sa tête de réseau. Une question se pose alors pour Christine Molin : « Est-ce que la prise d’initiative des franchisés pourra être demain placée au centre du jeu ? Ne va-t-on pas basculer vers une co-responsabilité, pour la pérennité de l’enseigne, partagée entre le franchiseur et les franchisés ? Car le franchisé attend aussi que le concept de son enseigne s’adapte à la conjoncture pour qu’il reste attractif. Or le franchiseur peut-il, seul, être ce levier ? » La question mérite, en tout cas, d’être posée, dit-elle. Mais notre experte reste, en revanche, convaincue d’une chose : « Le franchiseur doit rester ce visionnaire ; c’est sa mission. »

    Au cours de cette seconde année de crise pandémique, « la gestion de l’humain, par le franchiseur, sera aussi centrale », veut croire le consultant et coach du cabinet TGS France. Car en cette période indécise sur le plan des affaires, « il est indispensable de créer les conditions pour l’épanouissement de tous. » Alors certes « la transmission du savoir-faire, via la formation, demeure fondamentale, convient-il. Mais elle ne suffit plus. Le capital humain doit être aussi placé au centre du jeu. »

    Franck Berthouloux, consultant et coach certifié au sein du cabinet d’audit et de conseils TGS France« La transmission du savoir-faire, via la formation, demeure fondamentale. Mais elle ne suffit plus. Le capital humain doit être aussi placé au centre du jeu. »

    Franck Berthouloux