Fermer
Secteurs / Activités

    Les courtiers en crédits se lancent en réseau

    Si l’essor du courtage en crédits immobiliers ou de la restructuration de dettes en France n’est pas comparable à celui que connaissent nos voisins européens, une poignée de réseaux du commerce organisé commence à s’y positionner.

    Comme le courtage en travaux ou le conseil en gestion de patrimoine, le courtage en crédit fait partie des créneaux du service aux particuliers qui ont émergé ces dernières années. Quatre réseaux positionnés exclusivement ou non sur ce segment d’activité figurent ainsi dans l’annuaire de notre site, attestant de leur volonté de recruter des partenaires. Le plus ancien, In & Fi Crédits, a été lancé en 2004 et revendique déjà 75 implantations en franchise sur le territoire. C’est aussi le seul concept à ne pas s’appuyer sur une activité ou un groupe existant. En effet, et par ordre d’apparition, Broker France (une vingtaine d’agences) a été créé en 2005 par les fondateurs de l’enseigne d’agences 4 % Immobilier, Assurtis, lancé en franchise en octobre 2005 (31 agences à fin 2006), est le fruit d’une joint venture entre le groupe April, spécialisé dans les assurances et Mediatis, filiale de Cofinoga (crédit à la consommation). Tandis que Meilleurtaux (80 unités sur toute la France) développe en franchise depuis 2006 une activité exercée depuis 1999 sur Internet.« On estime qu’il y aurait 2 000 courtiers en France contre 30 000 en Grande-Bretagne, indique Pascal Beuvelet, PDG de In & Fi Crédits. Il y a donc encore de la place en France car pour l’instant on ne compte que 4 ou 5 réseaux ». Directeur de la franchise Meilleurtaux, Alain Colliaux décrit également le créneau du courtage en crédit immobilier comme un marché « atomisé, avec beaucoup d’indépendants. En France, 18 % du marché du prêt immobilier s’effectue sous forme de courtage contre 60 % dans les pays anglo-saxons ». La part de marché du courtage en France pourrait donc fortement progresser.Pour l’heure, peu de réseaux du commerce indépendant organisé se positionnent sur ces différents métiers, et leur offre client gagnerait peut-être à plus de clarté. En termes de recrutement, deux d’entre eux (Assurtis et Meilleurtaux) ferment délibérément la porte aux néophytes. Encore faut-il que la valeur ajoutée de leurs concepts parvienne à séduire des professionnels ayant pignon sur rue. Deux autres (In & Fi et Broker France) affichent leur ouverture à tous profils, avec une préférence marquée pour les candidats disposant d’une expérience dans le milieu de la banque ou de l’assurance. Dans leur cas, c’est la capacité du franchiseur à rendre opérationnels et rentables les cabinets de leurs franchisés qui déterminera la pérennité de l’entreprise.

    Reste que la concurrence des courtiers indépendants et l’emprise parfois très forte des assureurs ou des banquiers sur leur marché (voir l’offensive actuelle des établissements bancaires sur le front du crédit immobilier) laissent une marge de manœuvre étroite aux réseaux spécialisés. Quant au créneau de la restructuration de crédits, les interrogations du consultant Jean-Michel Illien (Franchise Management) semblent de bon sens : « Pour l’instant, l’intérêt d’un développement en commerce indépendant organisé par rapport à une création en solo reste à démontrer sur ce créneau de la restructuration de crédits, estime-t-il. De même, dans le courtage en crédits, les franchiseurs doivent démontrer l’intérêt de la vie en réseau ». C’est donc en approfondissant son enquête auprès des têtes de réseau et de leurs franchisés en place que le candidat attiré par ces métiers pourra affiner son choix.

    Enseignes du même secteur