Fermer
Secteurs / Activités

    Philippe Cougé, président-fondateur Game Cash - Interview du 21 mai 2014

    Après avoir repris et intégré des ex-magasins Game, nous relançons notre recrutement de partenaires franchisés dans tout l’Hexagone

    Un an après la reprise de 24 boutiques du réseau succursaliste Game, où en est Game Cash aujourd’hui ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ?
    Nous avons aujourd’hui près de 70 points de vente. Le rachat, en 2013, de 24 magasins Game nous a fait faire un bond en avant. Après transformation, la plupart ont été cédés à des franchisés. Pour 19 d’entre eux cela a été l’opportunité d’ouvrir un deuxième ou un troisième magasin. Par ailleurs il faut savoir que Game faisait environ 30 % d’occasion, pour Game Cash la proportion s’élève à 80 %. Nous avons donc déployé notre concept et trouvé le public correspondant. Nous visons une clientèle de jeunes, d’étudiants, en centre-ville. Cette étape étant désormais terminée, nous nous orientons vers de nouvelles ouvertures. La prochaine doit avoir lieu, en juin, sur 160 m² en plein centre de Saint-Etienne. Cette boutique proposera, comme tout le réseau, un large choix de jeux vidéo d’occasion et d’appareils multimédia. Elle comportera également une zone rétro-gaming destinée aux nostalgiques souhaitant renouer avec les jeux de leur enfance ou bien les partager avec leurs enfants : toutes les consoles de l’âge d’or des années 80 en parfait état de marche, parmi lesquels la Super Nintendo, la Megadrive, la Game Boy…
    L’acquisition des magasins Game représentait pour une enseigne comme la nôtre une opération lourde, d’autant que nous nous sommes engagés à garder tous 78 salariés qui le souhaitaient. Pour y parvenir nous avons pu en particulier compter sur le soutien d’Oséo (devenu BPI France aujourd’hui). Et nous nous sommes aussi mis, volontairement, dans une procédure de sauvegarde, afin de pouvoir négocier des délais de reconstitution de notre trésorerie. Nous allons sortir de cette procédure fin juin.

    Game Cash est spécialiste du jeu vidéo d’occasion. Avez-vous fait évoluer votre concept ces dernières années ?
    Nous nous sommes positionnés depuis 2005, lorsque nous avons commencé le déploiement du réseau, comme une chaîne spécialiste du jeu vidéo d’occasion. Nos magasins achètent et revendent chaque jour des milliers de jeux et films d’occasion à travers la France. Cela est facilité par l’utilisation d’outils dédiés que nous avons développés, en particulier un argus permettant de suivre l’évolution des prix du marché en temps réel. Cela a visiblement été payant et nous nous sommes un des rares réseaux de franchise qui ait tenu la route, alors qu’un certain nombre d’enseignes apparues avec l’explosion des jeux vidéo ont aujourd’hui disparu. Nous avons également développé très tôt un modèle multicanal, qui permet aux boutiques de prolonger leur activité sur le Net.
    Par ailleurs, depuis deux ans, nous avons entrepris de diversifier notre offre, en nous ouvrant de plus en plus à l’ensemble du multimédia : jeux pour smartphones, CD Audio, mangas, disques en vinyle, dont la demande connait un regain mais aussi appareils photo numériques (ou smartphones et tablettes) d’occasion. Autre développement : nous venons aussi de lancer, en partenariat avec Gamoniac, un nouveau service baptisé PlayMax, qui est destiné aux joueurs curieux et passionnés. Ils vont pouvoir découvrir plus de titres en ayant accès aux jeux vidéo en illimité, sur toutes les consoles, pour le prix d’un seul jeu. PlayMax fonctionne selon un principe d’échange : ils choisissent les jeux qu’ils désirent et les reçoivent à la maison dans les 48 heures. Il leur suffit ensuite de les renvoyer gratuitement afin d’en recevoir de nouveaux.

    Quels sont vos projets de développement aujourd’hui ? Combien de nouvelles franchises souhaitez-vous encore ouvrir en France
    Nous estimons qu’il est encore possible d’ouvrir 70 points de vente en France, c’est à dire de doubler, à terme, notre taille actuelle, pour atteindre un potentiel d’environ 150 unités. Mais une étape intermédiaire serait d’atteindre la centaine de magasins. C’est notre objectif immédiat. Huit boutiques nouvelles sont ainsi prévues en 2014. Nous visons en priorité des villes de taille importantes dans lesquelles nous ne sommes pas présents : Rennes, Marseille, Strasbourg. Pour y parvenir, nous sommes à la recherche de futurs chefs d’entreprise passionnés de jeux vidéo et disposant d’un apport personnel de 40 à 50 000 euros.
    Notre concept permet donc à des candidats motivés et passionnés, disposant d’une expérience réussie dans la vente, de créer leur entreprise, et de s’appuyer sur un  savoir-faire de 20 ans dans un réseau à taille humaine. Pour bien marquer notre volonté d’expansion, nous souhaitons être à nouveau présents sur Franchise Expo Paris en 2015. Dans le même ordre d’idée, pour confirmer notre souhait de poursuivre notre expansion en s’appuyant principalement sur la franchise, nous allons, comme nous l’avons déjà évoqué, rejoindre la Fédération Française de la Franchise dans la période qui vient.

    50 000 €
    Apport personnel
    12 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur GAME CASH

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise GAME CASH
    Consultez l'Indicateur de la Franchise