Plusieurs condamnations frappent la franchise Monbana

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Brève
1 décembre 2017

Le tribunal de commerce de Laval vient d’annuler un contrat de franchise Monbana. Depuis janvier, c’est la quatrième condamnation du franchiseur dans des litiges avec ses franchisés. La cour d’appel est saisie. En question : plus de 700 000 € de dommages et intérêts.

Le 8 novembre 2017, le tribunal de commerce de Laval a annulé un contrat de franchise Monbana. Pour avoir « vicié le consentement » de son ex-franchisée de Bourges, le franchiseur est condamné à lui verser 460 000 €.

Auteur de l’étude de site, le cabinet MC2 doit quant à lui payer 51 000 € à la franchisée.  Soit 10 % du préjudice global estimé par les juges.

Ce jugement fait suite à trois autres, rendus par le même tribunal le 18 janvier de cette année concernant les franchises de Strasbourg, La Rochelle et Quimper. Les franchisés, qui ne demandaient pas la nullité de leurs contrats mais des dommages et intérêts, ont en partie obtenu satisfaction. Le franchiseur a été condamné, selon les cas, à leur verser 22 000, 63 000 et 142 000 €. Pour avoir « manqué» ou n’avoir « pas été sincère et loyal (avec eux) dans son obligation d’information » (pendant la phase précontractuelle).

En cause : les écarts constatés entre les chiffres d’affaires prévus en 2012 et 2013 avant la signature des contrats et les niveaux réellement atteints ensuite. Des écarts allant, selon les juges, de 25-30 à 50 %, voire, comme à Bourges, 70 %. Une situation s’accompagnant de pertes conséquentes en lieu et place des bénéfices attendus et ayant entraîné, à Bourges, la mise en liquidation judiciaire de la société franchisée.

Des écarts de chiffre d’affaires de 25 à 70 % entre prévisions et réalité

Quand le fabricant de chocolats Monbana s’ouvre à la franchise, début 2012, le magasin historique deMonbana_Angers_49_b la chaîne, à Laval, vient de réaliser dans l’année près de 843 000 € de chiffre d’affaires et quelque 73 000 € de résultat. Une autre succursale ouverte à Tours affiche un peu plus de 525 000 € et fin 2012, Fougères dépasse les 350 000 €.

Optimistes, les premières plaquettes publicitaires font mention pour les futurs franchisés d’un CA potentiel de 500 000 € en année 1 « dans les villes importantes » et de 360 000 dans les « villes moyennes » (en dessous de 35 000 habitants). « Soit 2 à 3 fois mieux que le marché ».

Séduits par ces chiffres et par ceux issus des études de marché du cabinet MC2  – recommandé par le franchiseur – concernant les sites qu’on leur propose, les premiers franchisés signent en confiance. A titre d’exemple, l’un des prévisionnels de 2013, validé par l’enseigne, évoque des bénéfices croissants, jusqu’à près de 70 000 € en année 3.

Mais dès les premiers mois, l’activité n’est pas, pour les franchisés en litige, au niveau attendu. Leurs sociétés subissent, en année 1, des pertes de 42 à 94 000 € selon les cas. Elles assignent la société franchiseur en justice.

Monbana nie toute responsabilité dans les difficultés des franchisés

Le franchiseur reconnaît « la faiblesse des performances » de ces franchisés, mais « réfute leurs arguments ». Pour lui, le concept Monbana est rentable.

Et si ces quatre franchisés n’ont pas atteint les prévisions, cela est « en partie imputable à l’évolution générale du marché et à d’autres facteurs locaux » : ici, l’arrivée d’un concurrent important, là, un emplacement « peu attractif », la maladie de la franchisée ou le fait de n’avoir « pas mis en œuvre les recettes ayant conduit d’autres franchisés à la réussite. »

Les évaluations issues des études de marché ? Elles sont l’oeuvre de « cabinets indépendants, choisis Devenir-Franchise-Etude-Marche-Previsionnelspar les franchisés ». Les prévisionnels ? Ils ont été réalisés « par les franchisés eux-mêmes avec leurs propres experts » (même si l’un d’eux leur était recommandé lui aussi par l’enseigne). Et le fait de les valider « ne vaut ni engagement ni garantie de résultat ». De même pour les emplacements.

Bref, le franchiseur estime qu’il ne peut être tenu pour responsable des difficultés rencontrées et qu’il a « parfaitement rempli » son obligation d’information.

Des fautes d’une gravité variable, selon les juges

Le tribunal ne suit pas complètement cette argumentation. Certes, pour les juges, le franchiseur n’a pas tous les torts. L’un des franchisés « aurait pu faire partie des bénéficiaires ». Deux autres auraient dû enquêter et « réfléchir davantage ». Mais le reproche qu’ils formulent de « n’avoir pas eu connaissance des pertes réalisées par la majorité des filiales en 2012 est parfaitement fondé ». Ils ont été trompés.

« Il appartenait au franchiseur de fournir des éléments financiers complets et non contestables avant la signature du contrat, écrivent les juges,  tels que les chiffres d’affaires détaillés de l’ensemble des succursales et surtout leurs résultats sur les trois dernières années. » En n’éclairant pas suffisamment ses futurs partenaires, le franchiseur a manqué de sincérité et de loyauté.

D’où sa condamnation à des dommages évalués, selon les cas, à 10 %, 50 % ou 75 % des pertes subies par les sociétés franchisées sur la période 2013-2016.  Sommes auxquelles s’ajoutent celles accordées aux franchisés personnes physiques, à hauteur d’une partie de leurs rémunérations non perçues.

A Bourges le consentement de la franchisée « a été vicié »

Quant à la franchisée de Bourges, les juges estiment que sa maladie n’explique pas à elle seule, les écarts « abyssaux » constatés entre prévisions et réalité.

«En ne fournissant qu’une information tronquée, en ne prenant pas en compte les difficultés connues au moment de la signature du contrat (septembre 2013) par certains franchisés (…), et en laissant la future franchisée s’installer dans une zone totalement inadaptée au commerce envisagé, le franchiseur a, par les documents qu’il a fourni et par son manque de réalisme et de transparence, vicié le consentement de la future franchisée, lui laissant délibérément espérer des performances qu’il savait très difficilement atteignables au vu des éléments dont il disposait et qu’il a passés sous silence. »

D’où l’annulation du contrat et les 510 000 € de dommages et intérêts.

Condamné, le cabinet MC2 se défend

Sanctionné lui aussi dans le litige de Bourges, le cabinet MC2 insiste sur son « indépendance » (Monbana « ne représentant qu’ 1 % de son activité en 2014 »). Et sur son absence de responsabilité dans les difficultés de la franchisée. Son évaluation n’était selon lui qu’une « hypothèse », la communication du CA potentiel étant « de la seule responsabilité du franchiseur », de même que la validation de l’emplacement.

Mais pour les juges, le « rapport de site » de MC2 a bel et bien « influencé partiellement la décision de la franchisée» avec un chiffre prévisionnel « très éloigné de la réalité ». D’où sa condamnation à hauteur de 10 % du préjudice global.

La cour d’appel d’Angers est saisie

Ces décisions ne sont toutefois pas définitives. Le franchiseur a fait appel des trois jugements du 18 janvier. Le franchisé de Strasbourg a lui aussi contesté la décision le concernant (dommages fixés à 10 % de ses pertes). Et le cabinet d’avocats qui conseille Monbana le confirme : la décision du 8 novembre sera frappée d’appel par le franchiseur.

Les magistrats d’Angers approuveront-ils les juges de Laval ?  La société franchiseur, désormais dans le périmètre du groupe Buton, repreneur aussi de Réauté Chocolat, devra-t-elle verser aux franchisés (ou ex-) près de 700 000 €, soit presque l’équivalent de son dernier CA annuel ?

Le conflit n’est d’ailleurs pas circonscrit. Puisque, née dans ce réseau alignant aujourd’hui 25 magasins (dont une dizaine de succursales), une cinquième procédure, déclenchée par l’ex- franchisé de Bordeaux-Mérignac en liquidation judiciaire, est également en cours.

A lire également

  • Amorino se renforce dans la capitale
    11 Déc 2017

    La franchise de glaces italiennes Amorino a ouvert sa 24ème boutique parisienne au cœur du 17ème arrondissement. Avec ses 55 m² et ses 22 places assises, elle est située dans le secteur des Batignolles, ancien quartier des artistes devenu aujourd’hui très prisé et en pleine expansion avec de nombreuses boutiques et restaurants qui s’y installent…. Lire la suite

  • Saga Cosmetics : produits de beauté discount en centre-ville et en franchise
    11 Déc 2017

    Du maquillage et des produits de soins de grandes marques à prix discount : tel est, depuis plus de quinze ans, le credo du Nantais Saga Cosmetics. L’enseigne joue la singularité sur un marché de la beauté qui voit aujourd’hui s’affronter les Kiko, MAC et autres Sephora. Dans ses rayons, aucune marque propre, mais uniquement du… Lire la suite

  • Nouvelle organisation pour Point Service Mobiles
    10 Déc 2017

    À 62 ans et après onze années entièrement consacrées à Point Service Mobiles, Martine Bocquillon, fondatrice du concept spécialisé dans la réparation de smartphones et tablettes, va quitter prochainement sa fonction opérationnelle de présidente du directoire de PSM. Elle demeure vice-présidente du conseil de surveillance aux côtés de Jean-Marie Guian, président du conseil de surveillance… Lire la suite

  • Franchisés, futurs franchisés : les raisons de leur choix
    07 Déc 2017

    Près de la moitié des candidats à l’entreprenariat sont attirés par la franchise : c’est ce qui ressort de la 14ème édition de l’enquête annuelle de la franchise, réalisée par l’institut CSA pour la Banque Populaire, en partenariat avec la Fédération française de la franchise. En effet, selon les nouveaux éléments qui viennent d’être rendus publics, 39 % des… Lire la suite

  • Le Groupe Ludendo ouvre son capital pour booster son développement
    07 Déc 2017

    Le groupe Ludendo, dont l’enseigne phare est La Grande Récré (200 points de vente en France, dont 70 en franchise), est un groupe français de dimension internationale, spécialisé dans le commerce des jeux, des jouets, de la fête et des loisirs pour l’enfant et la famille. Avec près de 400 magasins dans le monde au… Lire la suite

A lire également sur ce thème

  • Franchises de restauration : Bercy continue son offensive judiciaire
    05 Déc 2017

    Des franchisés du secteur restauration viennent de recevoir, courant novembre, un courrier circulaire  à en-tête du Ministère de l’Économie et des Finances concernant leur enseigne. Par ce courrier, Bercy les invite à le rejoindre dans la procédure judiciaire qu’il a déclenchée le 2 février dernier à l’encontre de leur franchiseur. Les lecteurs de Franchise Magazine… Lire la suite

  • Plusieurs condamnations frappent la franchise Monbana
    01 Déc 2017

    Le 8 novembre 2017, le tribunal de commerce de Laval a annulé un contrat de franchise Monbana. Pour avoir « vicié le consentement » de son ex-franchisée de Bourges, le franchiseur est condamné à lui verser 460 000 €. Auteur de l’étude de site, le cabinet MC2 doit quant à lui payer 51 000 € à la… Lire la suite

  • Révélations de la Franchise 2018 : inscriptions ouvertes jusqu’au 21 janvier
    29 Nov 2017

    En mars 2017, La Côte et l’Arête et O’Tacos sont venus ajouter leurs noms à ceux de Pitaya (en 2016), Iscocomble et Feuillette  (en 2015) ou encore Big Fernand, Lynx Rh et Dim (en 2014) au palmarès des Révélations de la franchise (ex-Espoirs). Organisées par la Fédération française de la Franchise avec le concours des membres du Collège des Experts de la FFF, en partenariat avec Reed Expositions (Franchise Expo Paris et… Lire la suite

  • Attention à certains contrats de concession
    17 Nov 2017

    Par un arrêt du 3 octobre 2017, la cour d’appel d’Angers a donné tort à un concessionnaire qui réclamait la nullité de son contrat pour défaut d’informations précontractuelles. Le litige commence en  mai 2011. Séduit par un concept innovant basé sur une activité « 100 % Internet », un entrepreneur signe un contrat de concession. L’enseigne, qui… Lire la suite

  • Opposé à sa coopérative, un adhérent est débouté en cassation
    15 Nov 2017

    Le 18 octobre 2017, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par un coopérateur en conflit  avec sa tête de réseau. A l’origine du litige: la décision prise par l’enseigne en 2011 d’agréer un autre commerçant sur ce que l’adhérent considère comme son territoire d’exclusivité. L’adhérent, qui n’a pas donné son accord à… Lire la suite