Devenir franchisé d’un réseau succursaliste ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Devenir franchisé d’un réseau succursaliste ?

Dernière mise à jour le 1 mars 2017

De plus en plus de réseaux succursalistes s’ouvrent à la franchise. Beaucoup réussissent leur lancement. Mais pas tous. Quelles précautions les franchisés doivent-ils prendre avant de les rejoindre ?

Des réseaux renommés

Depuis plusieurs années en France, de grandes enseignes jusque-là purement succursalistes (c’est à dire propriétaire de tous leurs magasins), s’ouvrent  à la franchise (ou à la commission-affiliation).  Parmi elles : Picard, Starbucks, Darty, Habitat, Alinea, Courir, Go Sport, la Fnac, Eram (et ses 8 enseignes), etc.

Points communs de la plupart de ces réseaux : leur taille, souvent supérieure à 300 points de vente dans l’Hexagone, leur notoriété et une position dans le top 5 de leur secteur. Plusieurs se sont également bien développés dans le reste du monde, avec, pour certains, une expérience de la franchise.

Des caractéristiques auxquelles s’ajoute, sauf exception, un grand appétit de conquête et plusieurs dizaines d’ouvertures espérées à chaque fois grâce aux nouveaux leviers mis en œuvre.
Autre similitude : leur volonté de parfaire leur maillage du territoire en s’installant dans des villes  moyennes et petites, en dessous de 100 000, 50 000, voire 10 000 habitants. Là où une succursale ne serait pas rentable en raison du poids de la masse salariale nécessaire. Mais où un franchisé qui s’investit personnellement pourra, lui y parvenir.

Quant au profil des candidats recherchés, il est souvent le même : des commerçants de leur secteur les mieux implantés possible dans leur ville, dominant – ou en tout cas connaissant très bien – leur marché local (et celui de l’immobilier de commerce). Franchisés venus d’enseignes concurrentes et pluri franchisés (membres de plusieurs enseignes) appréciés. En particulier dans le prêt à porter, secteur pionnier en la matière avec des conversions précoces comme celles de Celio en 2006, Devred 1902 en 2007, Kiabi en 2009 et quelques autres.

Tous les secteurs ou presque sont concernés. On trouve ainsi dans la liste Générale d’Optique et Grand Optical (Groupe Grandvision) aussi bien qu’Euromaster (la filiale de Michelin).

Dernier trait commun de plusieurs de ces réseaux (mais pas tous) : la décision de franchiser a été prise à un moment de leur histoire où leur secteur ou eux-mêmes connaissaient un ralentissement de l’activité. La franchise apparaissant alors comme l’un des relais de croissance envisagés pour se relancer face à la concurrence des « pure players » sur Internet et/ou à la crise de la consommation.

FINANCEMENT FM 2017 RECTANGLE
Financez votre projet