CORIOLIS TELECOM HABILLAGE 2017

Se lancer en franchise : comment convaincre son banquier ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Se lancer en franchise : comment convaincre son banquier ?

Dernière mise à jour le 7 septembre 2017

Si le banquier est souvent rassuré par un projet de création en franchise plutôt qu’en solo, cela ne l’empêche pas de se montrer très exigeant quant à la qualité du dossier et du futur franchisé.

Des banquiers plus sélectifs à cause de la crise

Pour tout porteur de projet, en création ou en reprise, la demande de financement auprès d’un établissement bancaire constitue une étape clé qui doit être préparée en amont avec beaucoup de soin. Les banquiers, s’ils n’ont pas fermé le robinet du crédit, se montrent toutefois nettement plus sélectifs depuis le début de la crise. Il est clair que leurs critères prudentiels sont désormais respectés à la lettre. Quelle que soit la banque sollicitée, le futur franchisé doit prendre en compte deux évolutions engendrées par la crise économique et financière : d’une part, l’apport personnel demandé est plus élevé et son niveau devient difficilement négociable ; d’autre part, le dossier ne doit comporter aucune faille.

L’avantage indéniable dont va bénéficier le candidat à la franchise, par rapport à un créateur en solo, est que le banquier connaît bien la majorité des enseignes développées sur ce modèle, ce qui va faciliter la relation. Si le financier peut être rassuré par le fait que le porteur de projet va intégrer un réseau structuré et bénéficier de l’antériorité d’un concept et d’une assistance, il va néanmoins se montrer très vigilant sur tous les éléments du dossier ainsi que sur la personnalité de l’entrepreneur. A titre d’exemple, seulement 50 % des demandes présentées à la Caisse d’Epargne sont acceptées. C’est dire si trouver son financement bancaire n’est pas tâche aisée.

Soulignons que le rôle des banquiers n’est pas de sélectionner le candidat à la franchise. Le recrutement de ce dernier a déjà été opéré par le franchiseur. Leur rôle n’est pas non plus de retravailler un dossier qui présente des carences : c’est là celui du futur franchisé, de son expert-comptable et, éventuellement, de la tête de réseau.

CORIOLIS BAN 17
IRRIJARDIN REC 17
Financez votre projet