Fermer
Secteurs / Activités

    Devenir franchiseur : mode d’emploi

    Devenir franchiseur : mode d’emploi

    Dernière mise à jour le 22 mars 2018

    Pour démarrer un réseau en franchise qui soit pérenne et rentable, des prérequis sont indispensables : être doté d’une capacité suffisante d’investissement, posséder un point de vente pilote bénéficiaire, être bien accompagné, avoir le bon profil… Conseils d’experts.

    Un investissement conséquent

    On peut  estimer que le franchiseur potentiel devra disposer d’un montant compris entre 70 000 et 150 000 euros au moins. Ces fonds vont couvrir l’élaboration du DIP (Document d’informations précontractuel) et du contrat, les études de marché, la rémunération d’un collaborateur et celle du dirigeant lui-même, l’élaboration du manuel opératoire, les outils de communication et les contrats publicitaires. Ces différents postes comprennent, par définition, les honoraires d’un avocat et d’un expert-comptable ainsi que, le cas échéant, l’accompagnement par un cabinet conseil.

    L’étude de marché national va permettre à la tête de réseau de se rendre compte s’il se trouve sur un créneau suffisamment porteur. Des organismes spécialisés peuvent la réaliser. “Le franchiseur peut aussi mener sa propre étude, mais elle sera alors moins précise, estime Christophe Bellet. Pour l’étude de marché locale, le franchiseur doit apporter une méthodologie au franchisé et à ce dernier, alors, de la réaliser.”

    La communication Web, papier, média et physique (notamment la présence sur des salons) doit être correctement évaluée. Ce n’est certainement pas un poste sur lequel le créateur de réseau pourra escompter faire des économies.

    Les coûts apparaissent donc importants et doivent être appréhendés sur le moyen terme : “L’entrepreneur ne doit pas imaginer qu’il va gagner de l’argent dès la première année en étant franchiseur, estime Christophe Bellet. La logique veut plutôt que la première année il perde de l’argent, qu’il atteigne l’équilibre la deuxième et soit bénéficiaire à partir de la troisième.” Le retour sur investissement serait ainsi de l’ordre de 3 à 4 ans.