Fermer
Secteurs / Activités

    Franchiseurs : quelle stratégie adopter à l’international ?

    Franchiseurs : quelle stratégie adopter à l’international ?

    Dernière mise à jour le 22 mars 2018

    En dépit du potentiel que cela peut représenter, un tiers à peine des enseignes françaises sont engagées à l’international. Des chercheurs ont identifié les freins à ce développement. Et donnent un certain nombre de clés aux franchiseurs pour les lever.

    Disposer d'un concept exportable

    Un concept perçu comme facile à dupliquer : c’est ce qui a convaincu Christophe Mauxion, directeur général de La Boucherie, à décider récemment de donner un sérieux coup d’accélérateur au déploiement de sa chaîne à l’étranger. Développée en franchise depuis 1997, fédérant 104 restaurants dans l’Hexagone, l’enseigne n’en comptait fin 2013 que 7 à l’étranger, ouverts “opportunément”, souligne-t-il, au Luxembourg, en Suisse, en Russie, en Arabie-Saoudite, mais aussi… en Moldavie et en Thaïlande !

    “Nous nous lançons aujourd’hui pour de bon, et avec confiance car nous savons que notre modèle est facile à exporter. Le bœuf, notre spécialité, plaît partout, ou à peu près. Quant au modèle du gril, il ne nécessite pas un savoir-faire trop pointu. Enfin, notre image “bistrot” a de quoi séduire les nombreux adeptes, dans le monde, de la restauration à la française”, souligne celui qui espère à l’avenir conquérir deux nouveaux pays tous les ans.

    L’approche de La Boucherie est assez représentative de celle qu’adoptent en général les réseaux vis-à-vis de l’international. Avec, tout d’abord, une phase durant laquelle, décrit Nabil Ghantous, le franchiseur, dont l’attention reste focalisée sur le marché français, ne fait que répondre aux sollicitations quand elles lui paraissent valables. Puis une démarche qui s’affirme comme plus volontariste, “le franchiseur prospecte, inscrit l’international comme un volet à part entière de sa stratégie de développement, subit peut-être des échecs mais persiste”. Et enfin, éventuellement, devient globale. “On ne peut alors même plus vraiment parler d’enseigne de telle ou telle nationalité, puisque son marché, c’est le monde. McDonald’s est un bon exemple de cette catégorie”.