Fermer
Secteurs / Activités

    Malaises en série chez Lady Fitness

    Lady Fitness n'est pas en forme. Créée en 2000, mais vraiment lancée en 2005, l'enseigne a enregistré, selon nos informations, au moins 17 dépôts de bilan de centres franchisés en quatre ans (dont 13 ont entraîné une liquidation judiciaire). Et une dizaine de procès ont été engagés contre le franchiseur… Pour un réseau d'une quarantaine d'unités.
    “Nos franchisés n'ont pas été réactifs face à la crise, plaide Hervé Rivoal, fondateur et président de Lady Fitness. Certains ex-salariés, qui n'avaient pas les épaules pour assumer les risques d'une entreprise, ont paniqué.”
    Reste que les problèmes ont commencé bien avant la récession. “Les premières difficultés sont apparues trois mois après mon ouverture en 2006, témoigne un ancien franchisé. Les chiffres n'étaient pas du tout en phase avec les prévisionnels”. “Voilà plus de trois ans que j'exerce sans jamais parvenir à dégager le moindre résultat net positif” explique un autre exploitant qui ne reste “encore debout aujourd’hui” que grâce aux “négociations de plus en plus serrées” qu'il mène “sans l'aide du réseau” avec ses fournisseurs et son bailleur.
    Les tribunaux se sont déjà prononcés. En avril 2010, une ordonnance du tribunal de commerce de Lyon a autorisé 9 franchisés à ne plus verser de redevances au franchiseur. Et le 4 mai, la Cour de cassation a donné gain de cause à l'ex-franchisé lorrain qui demandait l'annulation de son contrat. Les juges ont relevé que l'état du marché local ne comportait aucun chiffre, que les perspectives de développement étaient constituées “d’affirmations banales” et “non étayées”, enfin que le franchiseur, s'étant abstenu de mentionner une précédente liquidation judiciaire du club proposé à la reprise, avait “entraîné le vice du consentement” de son partenaire.
    Quelques franchisés ont accepté une transaction, après avoir subi, pour certains, selon M° Olivier Tiquant, leur avocat (cabinet Meresse) “des pressions inadmissibles comme le chantage au dépôt de bilan de la société franchiseur“. D'autres poursuivent l'enseigne en justice. Une plainte a été déposée pour extorsion de fonds. Et l'ex-franchisé lorrain a entamé une procédure au pénal pour escroquerie.
    Entré au capital en juin 2009, le fonds Fred Partners, qui reste minoritaire, avait-il conscience des contentieux en cours ? Interpellé par les franchisés, il a indiqué qu'il ne s'estimait pas concerné par les litiges “antérieurs à sa prise de participation”. Par ailleurs, après avoir déclaré, lors de son arrivée, vouloir aider les dirigeants à “investir davantage dans la structuration et l'animation du réseau”, il a semblé revenir en arrière quant à son implication dans la marche de la franchise, même si, dans le même temps, le contrat et le DIP ont été revus par un cabinet d'avocats spécialisés réputé pour son sérieux.
    Fin novembre 2010, le réseau comptait 34 centres, dont une poignée en apparente bonne santé. Tandis que d’autres continuent à ouvrir, comme le 9 décembre à Conflans Sainte-Honorine, près de Paris.

    50 000 €
    Apport personnel
    15 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur LADY FITNESS

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise LADY FITNESS