Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Savoir-faire du franchiseur : un arrêt significatif

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    7 décembre 2018

    Dans un arrêt récent, la cour d’appel de Caen précise en quoi le savoir-faire d’un franchiseur doit consister pour être valide. Elle souligne aussi qu’en cas de faible originalité, il est difficile de prétendre avoir été copié.

    cour d’appel de Colmar – Alsace – FranceLa cour d’appel de Caen a récemment validé le savoir-faire d’un franchiseur contesté par l’un de ses franchisés. Elle a jugé aussi que l’ex-franchisé n’avait pas imité ce savoir-faire –  pas si original que cela – dans ses établissements.

    Le contrat est signé en avril 2011. Mais les relations ne sont pas bonnes entre les parties. En juin 2012, le franchisé – qui n’est pas tenu par une clause de non-concurrence – ouvre, loin de sa zone mais près d’une autre unité du réseau, un point de vente sous sa propre marque dans la même activité. Sur la base d’un concept qui, aux yeux du franchiseur n’est qu’une copie du sien.

    Le litige éclate en 2013 après 27 mois de collaboration (sur 36 prévus). Confronté au non-paiement des redevances, le franchiseur résilie le contrat.

    Saisi, le tribunal de commerce de Caen condamne le franchisé, entre autres, à s’acquitter de plus de 15 000 € de redevances impayées. Mais aussi de 100 000 € de dommages et intérêts « en réparation du préjudice né de la création d’un concept concurrent pendant la durée du contrat. »

    En appel, le franchisé réclame l’annulation de ce jugement et confirme sa demande de nullité de son contrat pour absence de savoir-faire du franchiseur.

    Un savoir-faire qui présente de « réelles spécificités »…

    La cour va le débouter de cette demande et, sur ce point, confirmer le jugement de première instance.

    Dans son arrêt du 11 octobre 2018, elle reconnaît, certes, que « le réseau ne présente que peu d’originalité, (dans la mesure où) il propose (…) des caractéristiques inhérentes à de nombreux » établissements du même secteur. Pourtant, elle estime que le savoir-faire du franchiseur « comporte de réelles spécificités. »

    Parmi elles : les outils de communication mis en œuvre vis à vis de la clientèle, la charte graphique, le site internet de l’enseigne, une présence active sur les réseaux sociaux, diverses actions publicitaires, des offres promotionnelles, la définition de tarifs conseillés, des outils de gestion mis à la disposition des franchisés, une centrale d’achats, le référencement de 40 fournisseurs et l’organisation du réseau (conseil des franchisés et différentes commissions).

    Pour la cour, le franchisé « ne démontre pas que les modalités d’exploitation (du point de vente) décrites dans le (manuel opératoire) seraient facilement accessibles, connues de tous ou (insignifiantes) ».

    « Constituant un ensemble d’informations pratiques relatives à une technique spécifique, le savoir-faire (du franchiseur) apparaît (…) significatif », estiment les magistrats.

    …et qui a prouvé son efficacité…

    La cour ajoute qu’après « avoir mis au point et expérimenté son savoir-faire pendant 3 ans, (le franchiseur) a développé un réseau important de franchisés constitué de 130 unités. » Une réussite qui constitue une preuve du savoir-faire et de son efficacité.

    En outre, la progression du chiffre d’affaires du franchisé sur trois exercices atteste aussi, aux yeux des juges, de « l’avantage concurrentiel décisif » qui lui a été apporté par le savoir-faire du franchiseur.

    Un savoir-faire « substantiel et confidentiel » comme précisé dans le contrat, qui est, également, « identifié » car transmis à travers divers documents et formations. (Et peu importe pour les juges que le franchisé ne les aient pas toutes suivies.)

    La nullité du contrat pour absence de cause est donc refusée. Et la cour confirme sa résiliation aux torts du franchisé ainsi que les condamnations de première instance qui en découlaient (notamment les 15 000 € d’impayés).

    …mais qui ne présente que « peu d’originalité » dans son secteur

    En revanche, les magistrats annulent les 100 000 € de dommages et intérêts infligés au franchisé pour concurrence déloyale.

    « En l’absence de clause de non concurrence expresse, note la cour, l’obligation de loyauté n’interdit pas l’ouverture d’un réseau concurrent sous une autre marque dès lors qu’aucune confusion n’est susceptible d’être créée dans l’esprit de la clientèle ». Ce qui était le cas puisque « ni la marque ni la charte graphique (du franchisé) ne présentaient de similitudes » avec celles du franchiseur.

    Par ailleurs, les magistrats estiment que les établissements de l’ex-franchisé ne constituent pas « une copie servile ou une imitation d’un produit existant ». Plusieurs éléments pointés du doigt par le franchiseur n’étant pas spécifiques à son concept, mais au contraire  « intrinsèques » à l’activité concernée.

    Pour la cour, il n’est « pas établi (non plus) que (le franchisé) a utilisé les méthodes transmises par (le franchiseur) pour ouvrir ses (points de vente)».

    Sans « appropriation des éléments distinctifs du savoir-faire du franchiseur », ni « imitation suspecte de son produit », il n’y a pas eu, pour les juges, de concurrence déloyale imputable au franchisé.

    On l’aura compris, si le savoir-faire du franchiseur est substantiel, sa faible originalité a permis à l’ex-franchisé de se lancer dans le même secteur sans forcément avoir à l’imiter.

    A lire également

    • On Air Fitness lance son développement en franchise
      20 Jan 2019

      L’origine du concept de remise en forme On Air Fitness remonte à 995, lorsque Claude Bolle, jeune retraité, décide de reprendre le club de remise en forme dans lequel il est inscrit et qui vient de déposer le bilan. Alors que les abonnements vendus à l’époque impliquent un engagement de 2 ans minimum financés à… Lire la suite

    • Le réseau de fitness Keep Cool se renforce en Alsace
      17 Jan 2019

      Située au cœur de la zone commerciale Les portes du Ried à Erstein, en périphérie sud de Strasbourg, une nouvelle salle de sport Keep Cool vient d’ouvrir ses portes. Elle renforce la présence de l’enseigne en Alsace, qui aligne désormais à 13 salles dans la région et 250 sur l’ensemble du territoire. Le concept repose… Lire la suite

    • Deux franchisées mécontentes échouent à obtenir la nullité de leur contrat
      16 Jan 2019

      La cour d’appel de Paris vient, dans un arrêt très motivé du 9 janvier 2019*, de refuser la nullité de  leurs contrats à deux franchisées en litige avec leur franchiseur. Dans ce conflit, les contrats sont signés en juillet 2011 et janvier 2012 avec un créateur de réseau qui s’est lancé en décembre 2010. Il s’agit… Lire la suite

    • 6 et 7 février : Paris accueille le Salon des Entrepreneurs
      15 Jan 2019

      Après avoir accueilli plus de 50 000 visiteurs en 2018, le Salon des Entrepreneurs pose de nouveau ses bagages au Palais des Congrès de Paris, les 6 et 7 février. Un événement placé cette année sous le signe de la Vitalité d’entreprendre. Changer de vie professionnelle, lancer sa propre activité, reprendre une entreprise, développer son business :… Lire la suite

    • Fitwave veut multiplier les salles de sport
      13 Jan 2019

      Fitwave est à l’origine un appareil qui utilise l’oscillation sphérique, c’est-à-dire un plateau intelligent capable de mettre en œuvre 700 programmes différents selon 5 niveaux de difficulté. Selon ses concepteurs, il permet à tous, débutants et sportifs confirmés, de travailler les muscles et les articulations, sans impact et sans faux mouvement, en un temps record… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Deux franchisées mécontentes échouent à obtenir la nullité de leur contrat
      16 Jan 2019

      La cour d’appel de Paris vient, dans un arrêt très motivé du 9 janvier 2019*, de refuser la nullité de  leurs contrats à deux franchisées en litige avec leur franchiseur. Dans ce conflit, les contrats sont signés en juillet 2011 et janvier 2012 avec un créateur de réseau qui s’est lancé en décembre 2010. Il s’agit… Lire la suite

    • Un franchisé peut-il librement céder sa société ?
      07 Jan 2019

      La cour d’appel de Paris a tranché, le 14 novembre 2018, un litige entre un franchiseur et un de ses franchisés. En question : la cession, fautive selon le dirigeant, des deux sociétés du franchisé. Dans ce litige, les contrats de franchise sont signés en janvier et décembre 2012 pour l’ouverture d’un premier puis d’un second… Lire la suite

    • Défense des franchisés et non-concurrence après le contrat : un arrêt très clair
      17 Déc 2018

      La Cour de cassation vient de rendre, en matière de création d’une association de franchisés et de non-concurrence post-contractuelle, une décision qui intéressera tous les acteurs de la franchise. Dans ce litige, deux contrats avaient été conclus au printemps 2009 pour l’ouverture de deux établissements dans deux grandes villes. Mais, en décembre de la même… Lire la suite

    • Nullité du contrat de franchise : la variante d’un concept n’est pas forcément trompeuse
      14 Déc 2018

      Le 7 novembre 2018, la cour d’appel de Paris a refusé à un franchisé en redressement judiciaire la nullité de son contrat de franchise. En litige depuis 2013 à propos d’un contrat signé en 2011, le franchisé réclamait son annulation pour « remise d’un DIP non conforme » et « absence d’un savoir-faire viable ».   A l’appui de… Lire la suite

    • Contrat de franchise annulé : quels dommages et intérêts ?
      11 Déc 2018

      La cour d’appel de Paris vient de fixer, suite à une longue procédure,  le montant des dommages et intérêts accordés à un franchisé dont le contrat a été annulé. Un montant assez éloigné de ce qu’il attendait. Dans ce litige, il a été définitivement jugé, après un arrêt de la Cour de cassation de 2014,… Lire la suite