Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Savoir-faire et rentabilité de la franchise : comment raisonnent les juges

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

    Un franchisé réclamait la nullité de son contrat pour absence de savoir-faire et tromperie sur la rentabilité du concept. En phase totale avec la cour d’appel de Versailles, la Cour de cassation rejette son pourvoi.

    La Cour de cassation vient de débouter un franchisé qui réclamait la nullité de son contrat.

    Estimant que son franchiseur ne lui avait pas transmis « un savoir-faire efficient lui apportant un réel avantage concurrentiel », le franchisé considérait en outre que son consentement avait été vicié lors de la signature de son contrat. Le franchiseur lui ayant notamment dissimulé le fait que « de nombreuses unités de (sa) société rencontraient de lourdes difficultés, présentant des capitaux propres négatifs depuis des années ».

    Autre reproche : la transmission d’un chiffre d’affaires moyen du réseau compris entre 400 et 500 000 € aboutissant pour son projet à un prévisionnel de 455 000 « jamais atteint ».

    Le franchisé mettait aussi en avant l’absence, le concernant, de toute faute de gestion et, à l’inverse,  le fait que « plusieurs autres unités franchisées (du réseau) avaient subi d’importantes pertes financières, avaient fermé ou déposé leur bilan ». Une « récurrence d’échecs (constatée) dans des zones et à des dates différentes ».

    Pour ces raisons et quelques autres, le franchisé affirmait que son jugement avait été faussé sur la rentabilité potentielle du concept et que son contrat devait être annulé.

    Un savoir-faire démontré par la taille du réseau et le paiement des redevances

    Saisie, la Cour de cassation rejette le pourvoi du franchisé. 

    Cour de cassation juridique franchise

    Dans son arrêt du 7 mars 2018, elle approuve la cour d’appel pour qui le savoir-faire du franchiseur  est démontré par l’ancienneté et la taille du réseau au moment de la signature du contrat (une centaine de points de vente). Inutile, ajoute-t-elle, d’évaluer le contenu du manuel de savoir-faire remis, comme le réclamait le franchisé pas convaincu que l’existence de 100 points de vente prouve la rentabilité du concept.

    Pour les magistrats de la plus haute juridiction française, la cour d’appel a eu raison de considérer que le contrat n’était « pas sans cause » et  que la situation du réseau était « saine » puisque les franchisés payaient leurs redevances, du moins jusqu’en 2014 (année où la société du franchiseur qui les encaissait était encore bénéficiaire).

    Rentabilité : la loi « n’oblige pas le franchiseur à communiquer les résultats de ses franchisés »

    Sur le vice du consentement du franchisé, la Cour de cassation approuve également les magistrats d’appel pour qui il n’y a pas eu tromperie dans la mesure où le franchiseur a transmis son DIP en avertissant le franchisé que, d’une unité à l’autre, les variations de niveaux atteints par les ventes annuelles pouvaient être « substantielles » (de 350 à 700 000 €, exemples à l’appui).

    Les magistrats semblent aussi avoir tenu compte de l’expérience conséquente du franchisé dans un autre réseau et des deux années ayant séparé la remise du DIP de la signature du contrat.

    La Cour ajoute que « l’article L. 330-3 du code de commerce (Loi Doubin) ne met pas à la charge (du franchiseur) une obligation d’information sur les résultats des différents franchisés. »

    Les magistrats approuvent enfin la cour d’appel quand elle considère que le CA moyen indiqué par le franchiseur dans son DIP n’était « pas erroné ». Au vu des exemples de CA « réalisés en 2008 et 2009 par 9 franchisés dans 11 unités de la région (concernée). »

    Pour toutes ces raisons, la Cour de cassation estime que la cour d’appel a « légalement justifié sa décision ». La nullité du contrat de franchise est refusée.

    A lire également

    • JouéClub prépare activement la période des fêtes
      21 Sep 2018

      Après la présentation des tendances actuelles du marché du jouet lors d’une conférence de presse fin tenue fin août par le nouveau président de la coopérative, Jacques Baudoz, Jouéclub se prépare à présenter son catalogue de Noël de 400 pages. Parallèlement, l’enseigne renforce comme tous les ans ses équipes. Le marché se caractérise en effet… Lire la suite

    • France Literie affûte son image d’expert du sommeil
      21 Sep 2018

      « Nous sommes là pour être unique et différent », résume Pierre Weibel, Président directeur général de France Literie. Son réseau existe depuis plus de trente ans ; le responsable entend aujourd’hui en faire le n°1 de l’expertise literie. Avec pour armes le savoir-faire de l’enseigne, sa méthode de vente exclusive et une communication désormais résolument orientée vers… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Forum franchise : 150 enseignes seront réunies à Lyon le 4 octobre
      20 Sep 2018

      Pour sa 10ème édition, le Forum Franchise de Lyon attend le 4 octobre (Cité – Centre de Congrès) environ 150 enseignes à la recherche de nouveaux candidats. Un nombre qui fait de l’événement, porté par la CCI Lyon Métropole, le deuxième plus important rassemblement français dédié à la franchise et au commerce organisé, derrière Franchise… Lire la suite

    • Le courtier ACE Crédit étend son réseau d’agences en franchise
      19 Sep 2018

      Le réseau de courtage en prêts immobiliers ACE Crédit vient d’ouvrir une nouvelle agence en franchise à Compiègne, dans l’Oise. Cette nouvelle implantation est dirigée par Samuel Payet, 25 années d’expérience professionnelle dans le secteur de l’assurance, et Rémi Prieur, 10 ans d’expérience dans des établissements bancaires parisiens. ACE Crédit regroupe 81 agences en France, dont 70 en… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite

    • Toutes les clés pour entreprendre en restauration
      11 Sep 2018

      Le premier Forum dédié à l’Accompagnement des Entrepreneurs de la Restauration aura lieu le 25 septembre 2018 à Paris. Cette matinée d’ateliers en petits groupes, conférences et tables rondes s’adresse à « tout porteur de projet en restauration, quel que soit son état d’avancement », explique son organisateur Emergence concepts, agence conseil et incubateur sur ce secteur…. Lire la suite

    • Un concept de franchise non viable
      10 Sep 2018

      Le 4 septembre 2018, la cour d’appel de Reims a prononcé la résolution d’un contrat de franchise à la demande d’un ex-franchisé. La première rencontre avec le franchiseur a lieu au printemps 2014. Il exploite un concept de petits magasins urbains de cigarettes électroniques, un créneau alors à la mode. Depuis le 15 décembre 2013,… Lire la suite

    • Casa Pizza Grill : une franchisée partiellement indemnisée et un bilan des conflits mitigé
      28 Août 2018

      Le 3 mai 2018, la cour d’appel de Montpellier s’est prononcée, sur renvoi de la Cour de cassation, dans un litige opposant  l’ex-franchisée Casa Pizza Grill d’Évry à son franchiseur. Dans son premier arrêt du 21 octobre 2014, la cour avait annulé le contrat de franchise litigieux pour tromperie (état de la concurrence locale incomplet… Lire la suite