Fermer
Secteurs / Activités

    Se lancer en franchise : comment convaincre son banquier ?

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

    Se lancer en franchise : comment convaincre son banquier ?

    Dernière mise à jour le 7 septembre 2017

    Si le banquier est souvent rassuré par un projet de création en franchise plutôt qu’en solo, cela ne l’empêche pas de se montrer très exigeant quant à la qualité du dossier et du futur franchisé.

    Bien sécuriser son projet

    Un quart des dossiers de création en franchise financés par la Caisse d’Epargne en 2012, par exemple, ont nécessité moins de 30 000 euros d’apport personnel, un autre quart entre 30 000 et 50 000 euros et, enfin, environ la moitié ont nécessité plus de 50 000 euros.

    “L’idée c’est d’éviter d’accorder au porteur de projet un crédit avec un niveau de remboursement tel qu’il ne pourrait pas s’en sortir en cas de difficulté passagère”, poursuit Florent Lamoureux. Car si le franchisé se trouve confronté à un problème de trésorerie, il devra tout de même rembourser son crédit. Il faut donc que le dossier soit monté avec suffisamment de souplesse en termes de remboursement pour que le chef d’entreprise puisse faire face à un aléa.

    Dans tous les établissements bancaires, la durée du crédit est généralement de 7 ans. Mais en fonction de l’activité, comme la restauration, le financier peut aller un peu au-delà. “Parfois, nous pouvons proposer aussi des modes de financements différents, comme le crédit-bail”, précise Florent Lamoureux. Sur ce plan également, le candidat à la franchise doit déjà se mettre dans les habits du chef d’entreprise qu’il va devenir en réfléchissant, avec son banquier, aux modalités d’un financement qui lui ménage une certaine sécurité.