Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Après le rachat d’un réseau : un litige perdant-perdant entre franchiseur et franchisé

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    31 juillet 2018

    La Cour de cassation vient de rejeter le pourvoi d’un franchisé qui réclamait 300 000 € de dommages et intérêts suite au rachat de son réseau. Entre autres pour non-respect de son droit de préemption. Mais la Cour rejette aussi les demandes du franchiseur liées aux redevances impayées.

    cour de cassationLa Cour de cassation a rejeté, le 13 juin 2018, le pourvoi d’un franchisé qui réclamait 300 000 € de dommages et intérêts suite à un litige survenu après le rachat de son réseau. En difficultés, le franchisé qui avait cessé de payer ses redevances s’était vu assigné en justice par son nouveau franchiseur, avec lequel, visiblement, le courant ne passait pas.

    Pour sa défense, le franchisé  affirmait que son partenaire n’avait pas joué le jeu et, entre autres, qu’il n’avait pas respecté son droit de préemption. C’est à dire, en l’occurrence, la faculté pour lui (et les autres franchisés) de se porter acquéreurs du réseau, dans un bref délai (un mois) et aux conditions de prix proposées par tout acheteur potentiel.

    Il est très rare que des franchisés disposent d’un tel droit. Dans les contrats de franchise, en général, il est réservé au franchiseur en cas de vente de l’entreprise franchisée. Les membres de ce réseau avaient toutefois obtenu cet avantage, parmi d’autres, lors d’un conflit collectif avec l’ancien franchiseur. 

    Pour la justice, le franchisé n’a pas été privé de son droit de préemption…

    Le franchisé soutenait que les règles n’avaient pas été respectées car les conditions du rachat entre les deux franchiseurs, n’avaient pas été communiquées aux franchisés. Il ajoutait qu’avant la cession, un prix de plusieurs millions d’euros avait été évoqué  par l’ancien franchiseur devant les franchisés. Alors que le réseau (de 70 magasins) avait été finalement vendu pour 300 000 € seulement, comme ils l’avaient appris bien plus tard.

    En appel, les magistrats déboutaient le franchisé. Ils retenaient qu’avant la cession, tous les membres du réseau y compris le plaignant avaient renoncé par écrit à exercer leur droit de préemption. Et, pour la cour, « la validité de cette renonciation ne (pouvait) sérieusement être remise en cause ».

    Saisie, la Cour de cassation approuve la cour d’appel et déboute le franchisé de sa demande de 300 000 € de dommages et intérêts.

    … Et le franchiseur aurait dû aider son franchisé au lieu de le sanctionner

    La Cour de cassation rejette également le pourvoi du franchiseur. Elle le déboute notamment de sa demande de versement par le franchisé de 80 000 € de  marchandises et de redevances impayées. Les juges considèrent que le franchiseur s’est contenté de relancer son ex-franchisé dès que celui-ci a cessé de payer (un an après le rachat du réseau), sans lui apporter d’aide ni assurer les visites prévues au contrat. Il a en outre coupé aussitôt son accès à la centrale d’achats et par une « attitude ambigüe » a participé ensuite à l’échec de la vente de son fonds de commerce.

    Elle valide aussi l’arrêt d’appel en ce qu’il condamne le franchiseur à restituer à son partenaire quelques 33 000 € de redevances communication inutilisées pendant des années. Une somme correspondant à la part du franchisé sur les 350 000 € reversés par l’ancien franchiseur au nouveau (suite à un jugement). Les juges estiment que le repreneur n’a pas indiqué à quoi précisément il avait réaffecté cet argent, (même s’il a relancé la communication de l’enseigne appuyée sur un nouveau concept de magasin).

    Ce litige consécutif à la reprise du réseau se conclut donc par un échec pour le franchiseur, qui perd un point de vente et plus de 100 000 €. Mais aussi pour le franchisé, qui n’a pas pu vendre son magasin, a vu sa société placée en liquidation judiciaire et n’obtient pas de la justice la compensation qu’il espérait.

     

    A lire également

    • Fête Sensation atteint la dizaine de points de vente
      17 Déc 2018

      Après Saint-Bonnet-de-Mure, près de Lyon, le concept Fête Sensation vient d’ouvrir sa dixième unité à Claye-Souilly. Le prochain point de vente à ouvrir ses portes s’implantera également en Seine-et-Marne, à Servon, près de Brie-Comte-Robert. Créé en 2011 par Damien Drieu, entrepreneur indépendant de 40 ans, Fête Sensation s’est déployé prudemment et atteint aujourd’hui 10 magasins…. Lire la suite

    • Défense des franchisés et non-concurrence après le contrat : un arrêt très clair
      17 Déc 2018

      La Cour de cassation vient de rendre, en matière de création d’une association de franchisés et de non-concurrence post-contractuelle, une décision qui intéressera tous les acteurs de la franchise. Dans ce litige, deux contrats avaient été conclus au printemps 2009 pour l’ouverture de deux établissements dans deux grandes villes. Mais, en décembre de la même… Lire la suite

    • De Neuville prépare son nouveau concept
      14 Déc 2018

      « Un mois après l’ouverture, le chiffre d’affaires du kiosque De Neuville implanté dans la gare du Nord à Paris, est largement aussi des prévisions, de l’ordre de plus 20 % », confie Alice Delooz, directrice marketing et communication de l’enseigne. Un résultat lié au très fort trafic de voyageurs et en particulier aux voyageurs internationaux (Eurostar,… Lire la suite

    • Mr.Bricolage accélère son virage vers le tout franchise
      14 Déc 2018

      Elles sont encore 65 : 65 succursales à peser lourd, en raison de leurs sous-performances (CA en recul de 4,4 % à parc comparable à fin septembre 2018), sur la santé financière et les résultats du groupe. Réuni le 11 décembre, le conseil d’administration de Mr.Bricolage a par conséquent décidé d’accélérer la mise en œuvre de… Lire la suite

    • Nullité du contrat de franchise : la variante d’un concept n’est pas forcément trompeuse
      14 Déc 2018

      Le 7 novembre 2018, la cour d’appel de Paris a refusé à un franchisé en redressement judiciaire la nullité de son contrat de franchise. En litige depuis 2013 à propos d’un contrat signé en 2011, le franchisé réclamait son annulation pour « remise d’un DIP non conforme » et « absence d’un savoir-faire viable ».   A l’appui de… Lire la suite