Fermer
Secteurs / Activités

    Après le rachat d’un réseau : un litige perdant-perdant entre franchiseur et franchisé

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    31 juillet 2018

    La Cour de cassation vient de rejeter le pourvoi d’un franchisé qui réclamait 300 000 € de dommages et intérêts suite au rachat de son réseau. Entre autres pour non-respect de son droit de préemption. Mais la Cour rejette aussi les demandes du franchiseur liées aux redevances impayées.

    cour de cassationLa Cour de cassation a rejeté, le 13 juin 2018, le pourvoi d’un franchisé qui réclamait 300 000 € de dommages et intérêts suite à un litige survenu après le rachat de son réseau. En difficultés, le franchisé qui avait cessé de payer ses redevances s’était vu assigné en justice par son nouveau franchiseur, avec lequel, visiblement, le courant ne passait pas.

    Pour sa défense, le franchisé  affirmait que son partenaire n’avait pas joué le jeu et, entre autres, qu’il n’avait pas respecté son droit de préemption. C’est à dire, en l’occurrence, la faculté pour lui (et les autres franchisés) de se porter acquéreurs du réseau, dans un bref délai (un mois) et aux conditions de prix proposées par tout acheteur potentiel.

    Il est très rare que des franchisés disposent d’un tel droit. Dans les contrats de franchise, en général, il est réservé au franchiseur en cas de vente de l’entreprise franchisée. Les membres de ce réseau avaient toutefois obtenu cet avantage, parmi d’autres, lors d’un conflit collectif avec l’ancien franchiseur. 

    Pour la justice, le franchisé n’a pas été privé de son droit de préemption…

    Le franchisé soutenait que les règles n’avaient pas été respectées car les conditions du rachat entre les deux franchiseurs, n’avaient pas été communiquées aux franchisés. Il ajoutait qu’avant la cession, un prix de plusieurs millions d’euros avait été évoqué  par l’ancien franchiseur devant les franchisés. Alors que le réseau (de 70 magasins) avait été finalement vendu pour 300 000 € seulement, comme ils l’avaient appris bien plus tard.

    En appel, les magistrats déboutaient le franchisé. Ils retenaient qu’avant la cession, tous les membres du réseau y compris le plaignant avaient renoncé par écrit à exercer leur droit de préemption. Et, pour la cour, « la validité de cette renonciation ne (pouvait) sérieusement être remise en cause ».

    Saisie, la Cour de cassation approuve la cour d’appel et déboute le franchisé de sa demande de 300 000 € de dommages et intérêts.

    … Et le franchiseur aurait dû aider son franchisé au lieu de le sanctionner

    La Cour de cassation rejette également le pourvoi du franchiseur. Elle le déboute notamment de sa demande de versement par le franchisé de 80 000 € de  marchandises et de redevances impayées. Les juges considèrent que le franchiseur s’est contenté de relancer son ex-franchisé dès que celui-ci a cessé de payer (un an après le rachat du réseau), sans lui apporter d’aide ni assurer les visites prévues au contrat. Il a en outre coupé aussitôt son accès à la centrale d’achats et par une « attitude ambigüe » a participé ensuite à l’échec de la vente de son fonds de commerce.

    Elle valide aussi l’arrêt d’appel en ce qu’il condamne le franchiseur à restituer à son partenaire quelques 33 000 € de redevances communication inutilisées pendant des années. Une somme correspondant à la part du franchisé sur les 350 000 € reversés par l’ancien franchiseur au nouveau (suite à un jugement). Les juges estiment que le repreneur n’a pas indiqué à quoi précisément il avait réaffecté cet argent, (même s’il a relancé la communication de l’enseigne appuyée sur un nouveau concept de magasin).

    Ce litige consécutif à la reprise du réseau se conclut donc par un échec pour le franchiseur, qui perd un point de vente et plus de 100 000 €. Mais aussi pour le franchisé, qui n’a pas pu vendre son magasin, a vu sa société placée en liquidation judiciaire et n’obtient pas de la justice la compensation qu’il espérait.

     

    A lire également

    • Keria Groupe : cap sur l’omnicanal et la franchise
      22 Oct 2018

      A la tête de 258 magasins en France, sous les enseignes Keria Luminaires (n°1 du marché), Laurie Lumière (n°2), Tousalon, Place de la Literie et Monteleone Le linge de maison, Keria Groupe annonce l’accélération de son plan de transformation stratégique de 8 millions d’euros. Pour devenir un leader de la distribution omnicanale dans l’équipement de… Lire la suite

    • Devenir franchiseur : la cour d’appel de Paris rappelle les règles
      22 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris vient d’annuler, le 12 septembre 2018, un contrat de franchise pour « absence de cause ». Pour les magistrats, le franchiseur (débutant) n’avait pas respecté son contrat, ne déposant pas à l’INPI tous les signes distinctifs de son enseigne (un seulement sur trois mentionnés). De plus, il n’avait « justifié d’aucune communication d’un… Lire la suite

    • Palais des Thés fête les vingt ans de sa première boutique lilloise
      22 Oct 2018

      Le 29 octobre 1998, Fabienne Têtu, nouvelle franchisée Palais des Thés, ouvrait sa première boutique à l’enseigne au cœur du vieux Lille, à deux pas de la Grand’Place. Pour célébrer les 20 ans de sa première unité, Fabienne Têtu et son équipe proposent trois jours de festivités : initiation aux accords thés & mets avec le chef… Lire la suite

    • Laiterie Gilbert poursuit sa conquête de l’Hexagone
      20 Oct 2018

      L’entrée, fin 2017, de CASRA Capital, un fonds d’investissement géré par Crédit Agricole Alpes Développement, au capital de Laiterie Gilbert était annoncé comme devant, en particulier, contribuer à consolider le développement du réseau. Cela s’est récemment concrétisé avec l’ouverture de plusieurs unités du concept de fromagerie. Après s’être essayé à des professions diverses, notamment dans… Lire la suite

    • L’enseigne de bars à bière Au Fût et à Mesure fête ses 10 ans
      19 Oct 2018

      Lancée en 2008 par trois entrepreneurs Lillois, Benoit Pétiau, Guillaume Pétiau et Quentin Desreumaux, l’enseigne de bars à bières Au Fût et à Mesure fête cette année ses 10 ans. L’occasion pour la tête de réseau de dresser un premier bilan, qui met aussi en lumière la diversification de ses activités. En plus d’un réseau… Lire la suite