Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Prévisionnels fantaisistes : quelle indemnisation pour le franchisé ?

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    26 septembre 2018

    La cour d’appel de Bordeaux vient de résilier un contrat de franchise aux torts exclusifs du franchiseur pour transmission de prévisionnels fantaisistes. Mais l’indemnisation accordée au franchisé est dix fois moindre qu’espérée.

    La cour d’appel de Bordeaux a résilié, le 2 juillet 2018, un contrat de franchise aux torts exclusifs du franchiseur.

    Le contrat est signé en juillet 2011. Très vite, des écarts « considérables » (selon les juges) sont constatés entre les prévisions et la réalité. Au lieu de 300 000 € de chiffre d’affaires en 2012, 400 en 2013 et 480 en 2014, le franchisé plafonne respectivement à 230, 223  puis 184 000 €.

    Ces contre-performances entraînent successivement des pertes de 27, 41 et 42 000 €  soit plus de 110 000 € sur trois ans (montants arrondis).

    Dès 2013, le franchisé a du mal à payer ses redevances. Et en décembre 2014, le franchiseur résilie son contrat pour non-respect de ses obligations contractuelles. Saisi, le tribunal de commerce déboute le franchisé. Qui fait appel.

    Conseils-DevenirFranchise-BusinessPlanPour la cour, les responsabilités sont clairement établies. « Si (un franchiseur) n’a pas l’obligation de remettre un prévisionnel, il doit, lorsqu’il en prend tout de même l’initiative, établir ce compte de façon sincère, sur des bases sérieuses », rappellent les magistrats.

    Or, en l’occurrence, « le prévisionnel présenté (au franchisé) n’a pas été établi » ainsi.  Il présente même un caractère « exagérément optimiste voire fantaisiste ». La preuve : « il est très vite apparu, dès le premier exercice, qu’il était totalement irréalisable ».

    « Le manquement (du franchiseur) à son obligation d‘information précontractuelle sincère et loyale est donc établi », poursuit la cour. Qui prononce la résiliation du contrat aux torts exclusifs du franchiseur. D’autant plus que le franchisé était totalement inexpérimenté dans le secteur d’activité concerné.

    Le contrat de franchise étant résilié, mais pas annulé, les sommes investies ne sont pas restituées au franchisé

    La cour refuse toutefois d’accorder la nullité du contrat demandée par le franchisé. Les magistrats estiment qu’il n’y a pas eu, de la part du franchiseur, de « manœuvres dolosives » (de volonté de tromper). De même, ils écartent l’erreur substantielle sur l’objet du contrat dans la mesure où le franchisé a « largement contribué » à l’élaboration du prévisionnel litigieux. Pour eux, le consentement du franchisé n’a donc pas été vicié.

    En conséquence, le contrat n’étant pas nul, la cour explique qu’elle ne peut pas accorder la restitution des sommes versées, mais seulement des dommages et intérêts.

    Sur ce point, le franchisé réclamait 230 000 € dont 93 000 d’investissement initial (droit d’entrée inclus), 25 000 de redevances et de contributions publicitaires et 111 000 de pertes subies.

    Mais pour les juges, « seule la somme de 25 000 € » (correspondant au montant du droit d’entrée) « s’apparente à un préjudice matériel certain, directement causé par la faute retenue à l’encontre » du franchiseur.

    Pour les juges, seul le paiement du droit d’entrée constitue un préjudice certain

    Pour les autres montants, il n’est « pas établi » que le franchisé (bien qu’en liquidation judiciaire) a « perdu irrémédiablement le bénéfice de ses dépenses d’installation ».  Pas prouvé qu’il n’a (pendant son contrat) « retiré aucun avantage des frais » (de redevances et de publicité). Ni que les « chiffres annoncés à partir desquels (il a) calculé (ses) pertes, auraient été exactement atteints.»

    Son « préjudice ne saurait donc s’estimer autrement qu’au titre d’une perte de chance sur laquelle la cour ne peut néanmoins se prononcer faute de demande sur ce fondement. »

    Pour les mêmes motifs, la cour refuse d’accorder au franchisé les 43 000 € de dommages et intérêts qu’il demandait à titre personnel en compensation des salaires qu’il ne s’est pas versé pendant deux ans.

    Par ailleurs, le franchisé (qui a tenté de continuer seul son activité après la rupture avec son franchiseur) est condamné à lui verser 2 000 € de dommages et intérêts pour violation de sa clause de non-concurrence post-contractuelle.

    Résultat : il n’obtient, à l’issue de l’arrêt d’appel, que 23 000 €, soit 10 fois moins qu’espéré.

    A lire aussi sur le sujet :

    -Sanctions du manquement par le franchiseur à son obligation d’information

    A lire également

    • Le concept ludique Bricks4Kidz ouvre sa première unité dans la capitale
      11 Déc 2018

      Le réseau Bricks4Kidz, qui propose des activités ludo-éducatives à partir des briques Lego, poursuit son expansion sur le territoire français, avec l’arrivée de Jade Soulé, franchisée à Toulouse-Est. Le mois de novembre dernier a également été marqué par le lancement du développement de l’enseigne sur Paris, par l’intermédiaire de Gaëlle Kotbi, déjà franchisée Bricks4Kidz depuis octobre… Lire la suite

    • Contrat de franchise annulé : quels dommages et intérêts ?
      11 Déc 2018

      La cour d’appel de Paris vient de fixer, suite à une longue procédure,  le montant des dommages et intérêts accordés à un franchisé dont le contrat a été annulé. Un montant assez éloigné de ce qu’il attendait. Dans ce litige, il a été définitivement jugé, après un arrêt de la Cour de cassation de 2014,… Lire la suite

    • Mondial Tissus se mue en marque-enseigne
      10 Déc 2018

      Huit ans après sa reprise par Denis Lévy, le fondateur de Franprix, Mondial Tissus poursuit sur la voie du renouveau. Identité visuelle modernisée en 2013, reprise des ouvertures en propre l’année suivante, déploiement de la franchise dans la foulée… L’enseigne a passé un cap supplémentaire cet été avec le lancement de sa marque propre baptisée… Lire la suite

    • La maison de thé Kusmi Tea étend son réseau
      10 Déc 2018

      Kusmi Tea s’est installé, fin novembre, à Pau, au sein du Centre Commercial Quartier Libre de Lescar, une commune de la périphérie paloise. Le décor de cette boutique, d’une surface d’environ 70 m², reprend les codes épurés et colorés de l’enseigne, dont elle propose l’ensemble des gammes. Les clients peuvent également y profiter d’un tout… Lire la suite

    • Savoir-faire du franchiseur : un arrêt significatif
      07 Déc 2018

      La cour d’appel de Caen a récemment validé le savoir-faire d’un franchiseur contesté par l’un de ses franchisés. Elle a jugé aussi que l’ex-franchisé n’avait pas imité ce savoir-faire –  pas si original que cela – dans ses établissements. Le contrat est signé en avril 2011. Mais les relations ne sont pas bonnes entre les… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Contrat de franchise annulé : quels dommages et intérêts ?
      11 Déc 2018

      La cour d’appel de Paris vient de fixer, suite à une longue procédure,  le montant des dommages et intérêts accordés à un franchisé dont le contrat a été annulé. Un montant assez éloigné de ce qu’il attendait. Dans ce litige, il a été définitivement jugé, après un arrêt de la Cour de cassation de 2014,… Lire la suite

    • Savoir-faire du franchiseur : un arrêt significatif
      07 Déc 2018

      La cour d’appel de Caen a récemment validé le savoir-faire d’un franchiseur contesté par l’un de ses franchisés. Elle a jugé aussi que l’ex-franchisé n’avait pas imité ce savoir-faire –  pas si original que cela – dans ses établissements. Le contrat est signé en avril 2011. Mais les relations ne sont pas bonnes entre les… Lire la suite

    • Non-concurrence et non-affiliation après le contrat de franchise : de plus en plus encadrées par les tribunaux
      04 Déc 2018

      Dans trois arrêts récents, la cour d’appel de Paris s’est prononcée à propos de clauses de non-concurrence et/ou de non-affiliation post-contractuelles. Ces clauses – qui interdisent aux franchisés de poursuivre leur activité (en solo ou en réseau) sur un territoire donné et pendant un certain temps après la fin de leur contrat – font l’objet… Lire la suite

    • Ventes sur Internet : l’Autorité de la concurrence sanctionne sévèrement une tête de réseau
      01 Déc 2018

      Le 24 octobre 2018, l’Autorité de la Concurrence a infligé une sanction de 7 millions d’euros à un fabricant. Motif : avoir empêché ses distributeurs agréés de vendre en ligne sa production destinée aux particuliers. Plus précisément, l’Autorité reproche au fabricant d’avoir exigé « une remise en main propre » des marchandises (par le distributeur à l’acheteur final)…. Lire la suite

    • Concurrence pendant le contrat : un franchisé sanctionné
      29 Nov 2018

      La Cour de cassation vient de confirmer la condamnation d’un franchisé qui avait ouvert un établissement concurrent de son réseau pendant son contrat. Dans ce litige, le contrat de franchise est conclu en février 2001 avec un terme courant 2011. Or, en octobre 2008, le franchisé ouvre, via une société qu’il détient (différente de sa… Lire la suite