Fermer
Secteurs / Activités

    Reprendre le personnel en évitant les surprises

    Dernière mise à jour le 28 février 2020

    Reprendre une équipe déjà formée au savoir-faire du franchiseur est un atout. Attention toutefois aux départs toujours possibles. Conclure une convention d’accompagnement avec le cédant peut s’avérer pertinent.

    Le rachat d’une entreprise franchisée, c’est aussi, bien sûr, la reprise – obligatoire – du personnel. « En général, l’acquéreur est satisfait. Il hérite d’une équipe déjà formée au savoir-faire du franchiseur, opérationnelle et à la tâche », note Maître Olga Zakharova-Renaud. « Mais attention, certains salariés peuvent être très attachés à la personne du cédant (et le suivre). Ce qui peut créer des difficultés s’ils occupent des postes clés, du type manager de restaurant… ».

    « Ce problème peut s’anticiper, poursuit l’avocat, par exemple en concluant avec le vendeur une convention d’accompagnement pour une période qui peut aller de trois mois à un an. »

     

    «La période de transition de trois mois avec le cédant m’a été très bénéfique ».

    Franchise-reprise-personnel

    Une période de transition de trois mois, c’est ce qu’a conclu Céline Godet à Poitiers. « Cela m’a permis d’avoir une meilleure connaissance de la structure, témoigne la franchisée Age d’Or Services, de laisser le temps à nos clients personnes âgées de s’habituer, mais aussi de me familiariser avec les outils de la franchise, l’informatique notamment, et bien sûr avec les neuf salariés avec lesquels j’ai organisé des rendez-vous individuels et collectifs. »

    Si elle a dû remplacer trois départs (une personne en retraite, une autre qui a choisi de se consacrer à son nouveau-né, une troisième qui a décidé de se rapprocher de son conjoint), cela lui a donné l’occasion d’embaucher de nouvelles compétences et d’ajouter à son offre de services des activités de jardinage et bricolage. La dirigeante, qui se prépare à d’autres embauches, a aussi décidé de proposer au personnel « un accord d’entreprise sur l’annualisation du temps de travail, de manière à permettre à la structure de mieux répondre aux variations de l’activité tout au long de l’année. »

    Au Jardin des Fleurs d’Aix-les-Bains, l’équipe fait bloc. « Nous sommes six filles de 26 à 54 ans, souligne Aurélie Fréval. Comme j’étais moi-même salariée depuis quatre mois dans le magasin, nous n’étions pas des inconnues les unes pour les autres. J’ai aussi été bien conseillée par le responsable management du réseau, qui m’a appris comment me comporter.»