Fermer
Secteurs / Activités
    Habillage Mondial Tissus

    « L’assistance doit être continue et personnalisée »

    Dernière mise à jour le 21 janvier 2019

    Les experts insistent sur la nécessité d’un suivi personnalisé. Lors des visites qu’il vous rend, l’animateur doit pouvoir vous prodiguer des conseils adaptés à votre cas particulier. Et vous délivrer un compte-rendu écrit.

    « L’assistance doit avoir lieu au lancement et de façon continue pendant le contrat. Elle est inhérente à la franchise », rappelle Maître Nathalie Castagnon. « Il n’est même pas nécessaire qu’elle soit détaillée par écrit pour qu’elle s’impose au franchiseur. Ceci étant, si rien n’ est précisé dans le contrat, on peut s’interroger ».

    Nathalie-Catasgnon-EA
    Nathalie Castagnon, avocate spécialiste de la franchise.

    Et pour l’expert, si le franchisé doit se sentir appuyé en continu par l’organisation du franchiseur, il est important que le suivi assuré soit personnalisé.

    « Certains franchiseurs estiment qu’avec leur centrale d’achat, leur site internet, leur logiciel métier, leur assistance est complète », regrette Nathalie Castagnon. Or il s’agit là d’une forme d’assistance collective, mais pas individuelle. Ce n’est pas suffisant ». Plus précisément, pour la spécialiste du droit de la franchise, « chaque visite n’a de sens que si elle est assortie d’un compte-rendu adressé au franchisé. Si l’animateur a pointé des anomalies ou des pratiques à corriger, des actions à mener, s’il a délivré des conseils, il doit lui en rendre compte par écrit ».

    « La visite de l’animateur n’a de sens qu’assortie d’un compte-rendu »

    Avocate des franchisés, Maître Charlotte Bellet détaille les apports souhaitables : « Le franchiseur ou son animateur doit être capable de vous prodiguer des conseils adéquats (en cas) de manque de fréquentation du point de vente, de manque de rentabilité, d’une politique publicitaire inadaptée au tissu local,  d’une difficulté quelconque avec un fournisseur, votre bailleur, votre banque, un de vos salariés, un concurrent ou encore une administration ». Selon elle aussi, il est recommandé »d’exiger un compte-rendu écrit et contradictoire signé du franchisé et de l’animateur« .

    Qu’en est-il de la fréquence des visites ? « Juridiquement, il n’est pas obligatoire de la chiffrer, observe Nathalie Castagnon. La jurisprudence se contente de formules du type « le franchiseur ou son représentant se rendra de manière régulière sur le point de vente franchisé« . Cela peut vouloir dire une fois par an. Est-ce suffisant ? C’est à voir ».

    FINANCEMENT BAN FM 2019